Skorba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

35° 55′ 21.3″ N 14° 22′ 42.2″ E / 35.922583, 14.378389 Skorba - aussi orthographié Sqolba - est le site d'un ensemble de temples mégalithiques, situé à Żebbieħ au nord-ouest de l'île de Malte. Découvert au début des années 60, il est resté à l'écart des campagnes de fouilles du XIXe siècle. Il est fouillé par David H. Trump entre 1961 et 1963. Ce site est particulièrement important pour documenter la préhistoire maltaise puisqu'il a été occupé sur deux millénaires, du début de la phase Għar Dalam (5 400 av. J.-C.) à la fin de la phase Tarxien (2 500 av. J.-C.)[1]. Sur l'emplacement d'un village néolithique de la phase Għar Dalam visible à l'est et à l'ouest du complexe, David H. Trump a identifié deux temples, un premier temple méridional de la phase de Ġgantija (3 600-3 000 av. J.-C.) et un temple septentrional de la phase de Tarxien (2 900-2 500 av. J.-C.). En 1992, l'Unesco rajoute les temples de Skorba au patrimoine mondial de l'humanité[2].

Bien avant la construction des temples, l'homme a occupé le site dès l'âge de pierre. Les plus vieux vestiges consistent en un mur de 11 m de long datant de la première moitié du IVe millénaire.

Plan du site de Skorba

Le temple méridional est de forme tréflée à trois absides orienté suivant un axe sud-est / nord-ouest d'environ 20 x 12 m dans une enceinte de 25 x 15 m.

Un détail important est le pavage en pierre à l'entrée du temple. Ces dalles, au nombre de six, comportent cinq trous sur trois d'entre elles. Ces trous sont interprétés par D. H. Trump comme étant destinés à recevoir des libations[1].

Un bloc de 3,90 m de haut, utilisé pour la construction de l'embrasure intérieure, semble être lié à un réaménagement ultérieur de la phase Tarxien. Ce bloc a la particularité d'être en calcaire à globigérine, absent de l'environnement géologique proche du temple. La carrière la plus proche se trouve à plus de 1 500 mètres et le transport d'un bloc de plusieurs tonnes dans un paysage accidenté est en soi une sorte d'exploit.

Le temple septentrional multi-tréflé, pourtant plus récent est mal conservé. D'environ 15 x 15 m, il est accolé au premier suivant un axe sud nord.

L'ensemble du site, temples compris, perd tout caractère cultuel au milieu du Ier millénaire av. J.‑C. Les temples sont alors réaménagés pour être transformés en habitations par une nouvelle vague d'arrivants rendant ainsi leurs plans difficilement lisibles[3].

Skorba

Il existe une poterie spécifique de Skorba appelée Skorba grise et Skorba rouge. La poterie Skorba grise est caractérisée par la couleur grise de la céramique, pouvant tirée jusqu'au noir. La poterie Skorba rouge se différencie par la couleur rouge ou brune de l'engobe.

La fouille du site a mis au jour des figurines de pierre et de terre cuite. il s'agit de torses féminins stylisés mais montrant clairement poitrine et triangle pubien. Trouvés également, des os de bovidés usés par frottement pour leur donner la forme de phallus, et des crânes de chèvre fracassés comme on pourrait le voir dans un abattoir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b D. H. Trump (1966)
  2. « fiche officielle de classement no 132 » (consulté le 11 mars 2008)
  3. A. Blondy (1991) p. 225.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Alain Blondy (1991) Malte, Arthaud, Paris, Réed. 2007
  • (en) David H. Trump (1966) Skorba, Oxford University Press

Sur les autres projets Wikimedia :