Site nucléaire de Brennilis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Brennilis
Image illustrative de l'article Site nucléaire de Brennilis
Administration
Pays France
Coordonnées 48° 21′ 12″ N 3° 52′ 20″ O / 48.3533, -3.8722 ()48° 21′ 12″ Nord 3° 52′ 20″ Ouest / 48.3533, -3.8722 ()  
Opérateur Électricité de France
Année de construction 1962
Date de mise en service 1967
Statut Désaffecté - en cours de démantèlement
Réacteurs
Réacteurs actifs 0
Production d’électricité
Divers

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Centrale nucléaire de Brennilis

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Centrale nucléaire de Brennilis
Turbines à combustion : deux de 85 MW et une de 125 MW.

Le site nucléaire de Brennilis était une centrale nucléaire française équipée d'un réacteur nucléaire EL4 (eau lourde n°4) d'une puissance électrique de 70 mégawatts. Elle est située sur les communes de Loqueffret et Brennilis dans le Finistère, dans les Monts d'Arrée à environ 25 km de Carhaix-Plouguer, à 25 km au sud de Morlaix et 60 km de Brest.
C'est la première centrale de France où a été entreprise une procédure de démantèlement ( en cours depuis 1985) ; chantier spécifiquement référencé comme l'installation nucléaire de base no 162.

Histoire du site[modifier | modifier le code]

  • En 1962, le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) entame la construction du réacteur nucléaire expérimental EL4, prototype industriel de production d'électricité fonctionnant à l'uranium faiblement enrichi, modéré à l'eau lourde et refroidi au gaz carbonique (filière HWGCR), d'une puissance de 70 MWe[1].
  • En 1967, il est mis en service et la production d'électricité démarre.
  • En 1971, les choix gouvernementaux portant sur la filière à eau pressurisée mettent fin au caractère expérimental du réacteur de la centrale de Brennilis.
  • De 1967 à 1985, la centrale est exploitée conjointement par EDF et le CEA, elle produit 6,235 TWh pendant 106 000 heures de fonctionnement (soit environ 12 ans).
  • En 1985, le réacteur est arrêté définitivement et EDF en prépare la phase de démantèlement. Le coût du démantèlement est évalué en 2005, à 482 millions d'euros par la Cour des comptes, soit 20 fois plus que l'estimation de la commission PEON qui est à l'origine du parc nucléaire actuel[2].

Attentats de 1975 et de 1979[modifier | modifier le code]

Le 15 août 1975, deux explosions endommagent la prise d'eau d'une turbine et détruisent un poste téléphonique. De nombreuses vitres sont également brisées. L'attentat fut revendiqué par le FLB-ARB. Les deux explosifs étaient placés :

  • l'un sur le palier supérieur portant le moteur électrique d'entraînement de la grille de filtrage de l'eau de refroidissement de la vapeur, turbine entraînant l'alternateur et la climatisation de l'enceinte du réacteur, l'eau provenant du lac Saint-Michel (effet efficace : blocage de la grille tournante) ;
  • l'autre à la base de la cheminée servant à la filtration et au rejet de l'air, du CO2 provenant de la dépressurisation de salles entourant le réacteur ; dépressurisation du centre vers la périphérie (sans effet : béton écorché à la base de la cheminée).
    Analyse du but de l'attentat : arrêter la centrale par le blocage de périphériques essentiels.

En 1979, ce sont deux pylônes électriques à l'entrée de la centrale qui sont détruits par le FLB–ARB. L'électricité ne pouvant plus être évacuée, la centrale doit s'arrêter. C'est la première fois qu'un groupe terroriste réussit à perturber le fonctionnement d'une centrale nucléaire.

Un démantèlement expérimental[modifier | modifier le code]

Le bâtiment du réacteur.
Autre vue du bâtiment du réacteur.

La première phase du démantèlement a été lancée en 1985 :

  • décharge du combustible nucléaire ;
  • vidange des circuits ;
  • mise à l'arrêt définitif (autorisation de mise à l'arrêt signée le 9 août 1985, pour une opération de mise à l'arrêt qui se déroulera en fait de 1985 à 1992[3]).

Un « confinement sûr » sur place (sous un mausolée ou un sarcophage) n'est pas envisageable, pour des raisons liées, entre autres, à la nature du sous-sol (faille sous le réacteur) et à l'existence d'une nappe phréatique baignant l’enceinte du réacteur[3].

Historique du démantèlement[modifier | modifier le code]

Début du démantèlement[modifier | modifier le code]

En 1995 se tient une première enquête publique en vue du « démantèlement partiel » (phase 2 du démantèlement). Sous la pression d'une campagne réclamant « le retour à l'herbe » par Jean-Yves Cozan, responsable du Parc naturel régional d'Armorique, le décret de 1996[4] prévoyait que l’exploitant soumettrait au ministre chargé de l’environnement la réalisation d'une étude de faisabilité de démantèlement complet avant fin 1999. La phase 2 a démarré en 1997 :

La centrale de Brennilis était supposée être la première centrale nucléaire à subir un « démantèlement total » en France. « EDF et le CEA, les grandes entreprises et l'ensemble des intervenants ont déclaré leur intention de faire de cette opération une vitrine. » Ainsi s'exprimait en 1995 Christian Frémont, alors préfet du Finistère.

Incidents[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 12 au 13 décembre 2000, une montée de la nappe phréatique provoque une inondation dans la station de traitement des effluents.

En janvier 2001, la centrale a connu un départ de feu dans un joint inter-bâtiment.

Coup d'arrêt[modifier | modifier le code]

En 2005, la phase 2 étant pratiquement terminée, il restait les travaux de la phase 3 qui se situent dans l'enceinte du réacteur :

  • démantèlement des échangeurs thermiques ;
  • démantèlement du bloc réacteur ;
  • démolition du bâtiment du réacteur nucléaire.

Cette phase 3 génère un nouveau type de déchets radioactifs issus du démantèlement, faiblement ou moyennement actifs mais à très grande durée de vie (dits FMA vie longue). Le stockage de ces déchets doit être temporairement assuré dans l'installation ICEDA, qui est en cours de construction par EDF sur le site nucléaire de Bugey, en attendant l'ouverture du site de stockage définitif, décidé dans le cadre de la loi dite « Bataille ».

La solution un temps préconisée d'attendre la décroissance de la radioactivité résiduelle de la cuve et des internes du réacteur pendant encore au moins 40 ans a été abandonnée au profit d'un démantèlement faisant largement appel à des moyens téléopérés (bras et engins robotisés pilotés à distance), permettant les travaux en zone contaminée ou irradiée. En réalité, ce changement de stratégie a été dicté par quelques principes de "bon sens" et selon les préconisations de l'Autorité de Sûreté Nucléaire et l'AIEA (Agence Internationale de l'Énergie Atomique) : profiter des connaissances des "anciens" ayant exploité les centres de production d'électricité d'origine nucléaire, la décroissance radioactive insuffisante pour se passer de moyens téléopérés, et en particulier pour la Centrale de Brennilis, la volonté d'« un retour à l'herbe » dans le cadre du Parc naturel régional d'Armorique, et selon la volonté des élus locaux. Néanmoins, cette stratégie sera mise à mal par l'annulation du décret de 2006, suite à un recours des associations des opposants à l'énergie nucléaire [5] et également au cours de l'Enquête Publique qui en a suivi (cf. ci-dessous) pour les raisons principales : l'absence de motivation d'un démantèlement immédiat (cette stratégie de démantèlement immédiat étant pourtant demandée par l'ASN et l'AIEA), l'absence d'un centre de stockage des déchets nucléaires (aujourd'hui en construction dans l'Ain) et une connaissance insuffisante de l'état initial chimique et radiologique. Cette annulation du décret et l'avis négatif de l'enquête publique retarde le retour à l'herbe.

Décret de 2006[modifier | modifier le code]

Début 2006, Dominique de Villepin signe un décret[6] pour que EDF réalise le « démantèlement total » (phase 3) de la centrale à fin de Mise à l’Arrêt Définitif (MAD) et démantèlement complet de l’INB n° 162.

Annulation du décret par le conseil d'état[modifier | modifier le code]

Le 6 juin 2007, à la demande du réseau Sortir du nucléaire 2007, le Conseil d'État annule ce décret et donc de la procédure de démantèlement telle qu'engagée. L'organisation antinucléaire explique avoir engagé cette démarche, « (...) pas pour contester la nécessité de démanteler les installations nucléaires. Il s'agit en réalité d'empêcher EDF d'abuser l'opinion publique en procédant de façon précipitée au démantèlement de ce petit réacteur d'une puissance de 70 mégawatt (MW), et en prétendant que cette opération se déroule sans difficulté. EDF veut de surcroît faire croire qu'il serait tout aussi « aisé » de démanteler les réacteurs actuels[7]. »

Le 11 juillet 2007, le réseau Sortir du nucléaire publie un rapport d'inspection de l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire) resté confidentiel, et qui « épingle » sévèrement le chantier de démantèlement de Brennilis. Le quotidien Ouest-France explique « Début juin, les militants du réseau sortir du nucléaire ont obtenu de la justice l'arrêt du démantèlement de la centrale de Brennilis (Finistère). Voilà qu'ils viennent de dénicher un document plutôt embarrassant pour EDF[8]. »

Le 2 octobre 2007, une décision 2007-DC-0067 de l’Autorité de Sûreté Nucléaire précise les conditions d’application des dispositions du décret 96-978 du 31 octobre 1996 auxquelles l’INB n° 162 est à nouveau soumise[3].

Le 29 novembre 2007, le quotidien Le Télégramme rend compte de la réunion de l'observatoire du démantèlement tenue la veille : « Le plutonium détecté dans le chenal de rejet des eaux du site de Brennilis (29) provient de l'activité passée de la centrale nucléaire. EDF l'a reconnu, hier, pour la première fois en public. Par contre, l'actinium 227, élément radioactif découvert dans la région, serait d'origine naturelle. Deux laboratoires indépendants l'affirment. Ce qui n'exclut pas certains dangers[9]. »

Nouvelle enquête publique[modifier | modifier le code]

Le 25 juillet 2008, EDF renouvelle sa demande d’autorisation de mise à l’arrêt définitif et de démantèlement de l’INB 162, avec des travaux échelonnés sur 15 ans[3], ce qui doit entamer l'étape réglementaire de déclassement de l'INB (procédure de 1 à 3 ans), avec enquête publique (prévue par les articles R.123-1 à R.123-23 du code de l'environnement).

En février 2009, l'entreprise privée chargée du démantèlement a été choisie. Il s'agit d'ONET Technologies, une entreprise de Marseille qui devrait également être chargée de deux autres démantèlement de sites nucléaires en France[10]. Le démantèlement a déjà coûté 482 millions d'euros alors que la phase 3 n'a pas encore commencé[11].

Du 27 octobre 2009 au 11 décembre 2009 (incluant une prolongation de 14 jours décidée au vu de la complexité des dossiers) ; le public a pu venir consulter les documents proposés par EDF et participer à l'enquête publique, via une réunion publique le 3 décembre 2009 et via un registre d'enquête mis à disposition dans 17 lieux d’enquête, ou en rencontrant un commissaire enquêteur (70 personnes environ l'ont fait). Un dossier était disponible sur le site Internet de la préfecture du Finistère (rubrique « actualités ») et rapport préliminaire de sûreté (RPS) était consultable à la préfecture et en sous-préfecture de Châteaulin. Selon le rapport de 2010, le public a apporté 104 observations dont :

Les oppositions se fondaient surtout - selon le rapport d'enquête - sur :

  • le fait qu'il n'y avait pas eu de Débat Public National sur le démantèlement des installations nucléaires, alors que le droit européen selon les demandeurs le demandait[13] ;
  • le manque de justification d'un démantèlement immédiat (la législation sur les études d’impact demandant de comparer plusieurs solutions et de les justifier[14]) ;
  • des carences en matière d'inventaire radiologique initial, d'incidence sur les ZNIEFF…  ;
  • l'absence de site de stockage pour les déchets FMA (Faible ou Moyenne Activité) à vie longue et pour les FMA à vie longue et les FMA à vie courte et à envoi différé (La commission d'enquête a effectivement conclu en 2010 que les capacités de stockage de l'ANDRA de Morvilliers et de Soulaines pouvaient recevoir les déchets FMA vc et TFA, mais qu'aucun centre ne pouvait à ce jour accueillir les 40 t de déchets MA à vie longue du bloc réacteur. EDF envisageait en attendant la construction de ce centre, un stockage provisoire dans le sous-sol de l'enceinte du réacteur, sous le niveau maximum de la nappe phréatique après rabattement puis dans l'ICEDA (Installation de Conditionnement et d’Entreposage des Déchets Activés) prévue dans l'Ain, dont le décret d’autorisation de création a été signé le 23 avril 2010, qui serait au mieux achevé en 2014, et qui devrait aussi recevoir les déchets FMA à vie courte à envoi différé (35 tonnes), en attente de stockage ultérieur selon ce même rapport d'enquête publique (p 20/25 de la version pdf).
  • le manque d'analyses contradictoires et indépendantes d’EDF ;
  • le manque d'information permettant d'évaluer le coût du démantèlement (« ni sur les sommes déjà dépensées, ni sur le coût prévisionnel des opérations à venir[15] » ; « Seule une information sur le coût global du démantèlement des centrales à l’arrêt a été donnée en réunion publique : 2 milliards d’euros pour les 9 centrales en cours de démantèlement » précise la commission qui ajoute que le coût des mesures compensatoires n’est apparu « que dans la réponse à l’Autorité Environnementale[16]. » , deux pages du mémoire en réponse (p. 29-30) développant les capacités financières d'EDF, mais sans apporter « plus de précisions sur le coût de la déconstruction de Brennilis. La commission d’enquête regrette ce manque de transparence[17] »);
  • le manque de garanties quant au niveau de dépollution finale du site.
  • certains problèmes de sécurité comme le risque d'incendie dans la cuve, par inflammation du zircaloy au moment de son ouverture...

Le 17 février 2010, EDF a envoyé à la commission d'enquête son mémoire en réponse[18] ;

En mars 2010, le rapport d'enquête[3], des avis et conclusions de la commission d'enquête de mise à l'arrêt définitif et de démantèlement complet de l'installation d'entreposage de matériels de la centrale nucléaire des Monts d'Arrée (25 pages) [19]. La commission d'enquête conclut qu'elle ne peut qu’émettre, « à l’unanimité, un avis défavorable au projet, présenté par EDF, de mise à l'arrêt définitif et de démantèlement complet de l'installation d'entreposage de matériels de la centrale nucléaire des Monts d'Arrée (INB n°162), située sur le territoire des communes de Loqueffret et Brennilis ». Elle demande que la CLI dispose des moyens financiers nécessaires pour mener sa mission d’information de la population et faire procéder à des expertises contradictoires, mais propose néanmoins l'achèvement de la phase 2 du démantèlement dans les plus brefs délais et qu'EDF soit autorisée à :

  • compléter l’inventaire de l’état initial, radiologique et chimique du site,
  • terminer les opérations de démantèlement de la STE,
  • assainir et combler le chenal de rejet des effluents dans l’Éllez,
  • assainir les zones de pollution diffuse,
  • engager le démantèlement des échangeurs après leur caractérisation radiologique.

La commission introduit sa conclusion et ses arguments par la phrase : « la commission d’enquête n’est pas du tout convaincue que la solution proposée, c'est-à-dire le démantèlement complet et immédiat, soit la mieux adaptée au cas du Site des Monts d’Arrée[20] » après avoir précisé (note p. 6 du rapport) que « EDF, malgré la demande de la commission d’enquête, n’a pas souhaité répondre aux recommandations ou réserves émises par la CLI et la CLE. » et ajoute « la commission d’enquête n’a aucune garantie que ces réserves et recommandations seront effectivement prises en compte par EDF ». En particulier sur les 1 900 pages du dossier, la commission note qu'une seule page[21] est consacrée à la justification du projet, et que cette page « se borne à indiquer qu’EDF, qui avait fait le choix du démantèlement différé en 1997, a changé de stratégie au début des années 2000 et met en avant les avantages du démantèlement immédiat en minimisant ses inconvénients ».

Décret de 2011, reprise du démantèlement[modifier | modifier le code]

Le décret du 27 juillet 2011 autorise EDF à reprendre les opérations de démantèlement sur les parties suivantes[22],[23] :

  • les échangeurs de chaleur,
  • les structures de la station de traitement des effluents,
  • le hangar à déchets,
  • ainsi que l'assainissement des terres sous-jacentes aux structures de la station de traitement des effluents donc hors bloc réacteur.

Ces opérations doivent être réalisées dans les cinq ans.

Le décret du 27 juillet 2011 prévoit aussi qu'EDF dépose une demande d'autorisation de démantèlement total de la centrale avant le 31 décembre 2011.

Contamination du milieu naturel[modifier | modifier le code]

La CRIIRAD a réalisé en mars 2006 des prélèvements de mousses aquatiques à proximité de la centrale, derrière la STE (Station de Traitements des Effluents). On y trouve plusieurs éléments radioactifs provenant incontestablement de la centrale : césium 137 et cobalt 60. Une concentration anormalement élevée d'actinium 227 est également mesurée[24] mais une étude entreprise en commun par un laboratoire indépendant[25] et le Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement du CEA (LSCE) a conclu à l'origine naturelle de ce dernier élément[26].

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

La centrale de Brennilis est un des endroits où se déroulent l'action d'une des aventures de Spirou et Fantasio intitulée L'Ankou.

La centrale de Brennilis apparaît dans les premières pages de la bande dessinée Bran Ruz d'Alain Deschamps et Claude Auclair.

Film[modifier | modifier le code]

Le démantèlement de la centrale de Brennilis constitue le sujet du film documentaire Brennilis, la centrale qui ne voulait pas s'éteindre de Brigitte Chevet (2008, 58'). [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bbibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Monts d'arrée EL4 D (Brennilis) - site de l'ASN française - mise à jour du 05 avril 2011
  2. Cour des comptes, Le démantèlement des installations nucléaires et la gestion des déchets radioactifs : Rapport au Président de la République suivi des réponses des administrations et des organismes intéressés,‎ janvier 2005, 279 p. (lire en ligne), p. 119
  3. a, b, c, d et e Danielle Faysse, André Gilbert et Pierre Cassara, Enquête publique relative à la demande, présentée par EDF, de mise à l'arrêt définitif et de démantèlement complet de l'installation d'entreposage de matériels de la centrale nucléaire des Monts d'Arrée (INB n°162). Enquête n°E09000396/35 : 2 – Avis et conclusions de la commission d'enquête,‎ 27 octobre – 11 décembre 2009, 25 p. (lire en ligne)
  4. Décret 96-978 du 31 octobre 1996 autorisant la création de l’INB no 162 destinée à conserver sous surveillance, dans un état intermédiaire de démantèlement, l’ancienne INB no 28 et a autoriser des opérations de démantèlement partiel pour une durée de 7 ans, prorogée de 3 ans en 2004. Cette seconde phase, dite de démantèlement partiel, a été autorisée en 1996 et s’est déroulée jusqu’en 2007.
  5. Démantèlement de la centrale nucléaire de Brennilis, ASN.
  6. décret 2006-147 du 9 février 2006
  7. Dossiers d'actualité - Réseau "Sortir du nucléaire"
  8. http://www.mayennesurvoltee.com/Mayenne_survoltee/Actualites/actua_nation/actua_brennilis_12072007/BRENNILIS.jpg
  9. Le Télégramme - Le Télégramme - Côtes-d'Armor - Brennilis
  10. Le Télégramme - Économie - Brennilis. Onet Technologie va démanteler le réacteur
  11. Usine Nouvelle Le bon filon du démantèlement
  12. Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest
  13. Le rapport d'enquête cite la directive européenne n°85/337, et la Convention d’Aarhus du 25-06-98 signée par la France et intégrée dans le droit national par décret du 12 septembre 2002 - no 2002 1187, comme ayant été évoqués comme argument par de nombreux participants à l'enquête publique (p 7 de la version pdf du rapport)
  14. Article 9, alinéa 3 du décret n°2007-1557 du 2 novembre 2007, modifié, précise que l'étude d'impact comprend : « Les raisons pour lesquelles, notamment du point de vue des préoccupations d'environnement, le projet a été retenu parmi les autres options envisagées ».
  15. page 21/25 du rapport d'enquête de 2010
  16. Page 20/25 su rapport d'enquête de 2010
  17. Page 21/25 du rapport d'enquête de 2010
  18. Rapport d'enquête (2010) , p 6
  19. Accès au rapport d'enquête, les avis et conclusions de la commission d'enquête de mise à l'arrêt définitif et de démantèlement complet de l'installation d'entreposage de matériels de la centrale nucléaire des Monts d'Arrée, site de la Préfecture du Finistère
  20. page 11/25 du [rapport d'enquête de 2010]
  21. pièce 7- chapitre 4-2 du document soumis à enquête
  22. République française, « Décret n° 2011-886 du 27 juillet 2011 autorisant Electricité de France à procéder aux opérations de démantèlement partiel de l'installation nucléaire de base n° 162 dénommée EL4-D, installation d'entreposage de matériels de la centrale nucléaire des monts d'Arrée, située sur le territoire de la commune de Loqueffret (département du Finistère) »,‎ 27 juillet 2011 (consulté le 8 septembre 2011)
  23. EDF reçoit le feu vert pour démanteler la centrale nucléaire de Brennilis - 28 juillet 2011
  24. criirad
  25. ACRO
  26. Etude de l’origine des éléments de la famille de l’uranium-235 (actinium-227 et descendants) observés en excès dans les environs du réacteur nucléaire expérimental EL4 en cours de démantèlement. Site des Monts d’Arrée – centrale de Brennilis (29) - Années 2007-2008. Rapport & Annexes de résultats