Sing Sing (prison)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

41° 09′ 06″ N 73° 52′ 08″ O / 41.15167, -73.86889

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sing Sing.
La prison Sing Sing, sur les rives du fleuve Hudson.

Sing Sing est une prison américaine de l’État de New York, située à une cinquantaine de kilomètres au nord de la ville de New York, sur les rives de l'Hudson.

La prison est toujours en fonctionnement au début du XXIe siècle et sa capacité est de 1 700 prisonniers. Elle est classée comme établissement de sécurité maximum et a été le lieu, avant 2004, d'exécutions capitales.

Le nom de la prison provient du nom d'origine du village d'Ossining, où se situe la prison.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

En mars 1796, la décision de construire deux prisons dans l'État de New York est prise, une à Albany, l'autre dans le sud de la ville de New York. Une équipe d'inspecteurs, chargée de visiter les prisons, acheter les vêtements, le mobilier et les infrastructures, est également mise en place. Aucune prison n'est finalement construite à Albany, mais à Auburn, dont la construction a lieu en avril 1815 et l'ouverture un an plus tard.

La construction de la prison débute en 1825, sous la supervision d'Elam Lynds, directeur de la prison d'Auburn mandaté par les autorités new-yorkaises. Il s'inspire d'une prison visitée dans le New Hampshire, où le travail des détenus pour la construction est encouragé. Il choisit le lieu-dit de Mount Pleasant dans le village d'Ossining (traduisible par « pierre sur pierre »), et sélectionne 100 détenus dans sa prison, afin d'extraire dans une carrière voisine le marbre nécessaire à sa construction. 20 100 dollars servent à l'achat des 130 acres de terrains.

Sing Sing au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Une fois achevée, en 1826 la prison demeure auto-suffisante grâce aux profits de l'exploitation du marbre. Elle est à ce titre considérée comme une prison modèle et se distingue aussi au XIXe siècle par la rigueur de ses règles de détentions, imposant la loi du silence et le port d'uniformes rayés et autorisant les châtiments corporels. Des scandales parcourent néanmoins la direction d'Elam Lynds, comme la grossesse d'une prisonnière ou encore la détérioration des conditions de vie des prisonniers. En 1861, le gouverneur de l'État est obligé d'envoyer l'armée pour réprimer une émeute.

Sing Sing au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Photographie de Thomas Mott Osborne (à gauche).

Un gardien notable arrivé en 1914, Thomas Mott Osborne tente de moderniser la prison, comme le laissait supposer sa réputation et ce qu'il avait vu incognito à la prison d'Auburn. Il souhaite centrer son action sur ce qu'il appelle la Mutual Welfare Society. Un conseil d'administration élu par les détenus s'occupe de maintenir l'ordre et de punir les infractions aux lois. Au départ moqué par la presse, les résultats probants de cette expérience le conduisent à se voir félicité de toutes part. C'est alors la fin des privilèges pour les détenus influents qui corrompaient les gardiens. Certains d'eux tentèrent en vain d'attaquer Thomas Mott Osborne pour des abus et une mauvaise gestion, mais la justice prononce un non-lieu et un retour du gardien à la prison de Sing Sing.

Un autre gardien qui marque l'institution est Lewis Lawes, arrivé en janvier 1920. Il y a alors 795 détenus hommes et 102 détenues femmes. Il veille à confier des postes à des détenus modèles de confiance, comme celui de barbier. Fait notable sous son exercice, un reporter du New York Daily News, qui avait dissimulé un appareil photo sur sa cheville, parvient à photographier le moment où la première décharge d'électricité transite par le corps de Ruth Snyder, une femme meurtrière de son mari qui avait été condamnée à mort par chaise électrique. La photo fait scandale et conduit Lewis Lawes à abandonner les méthodes les plus brutales et les abus des gardiens et surtout mettre en œuvre des réformes historiques concernant les condamnations à mort.

Sing Sing au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1996, Katherine Vockins lance le programme Rehabilitation Through the Arts (RTA) à destination des prisonniers. Il vise à donner à certains des cours d'art dramatique, dans le but de monter des pièces et de leur offrir une formation qui pourra leur servir une fois sortis de prison. Le programme a un tel succès qu'il est étendu à cinq autres prisons new-yorkaises.

Un projet est actuellement à l'étude pour convertir la prison en musée.

Détenus notables[modifier | modifier le code]

Directeurs et gardiens notables[modifier | modifier le code]

Date d'entrée en fonctions Date de cessation de fonctions Nom
1826 18?? Elam Lynds
1868 18?? David P. Forrest
1??? 1913 John S. Kennedy
1913 1914 James M. Clancy
1914 1917 Thomas Mott Osborne
1920 1941 Lewis E. Lawes

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Détenu sur une chaise électrique, à la prison de Sing Sing.

Sing Sing fait partie des prisons qui ont marqué la culture populaire américaine.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • Serge Gainsbourg la cite dans la chanson Chez Les Yé-Yé en 1963 : « Oui à Sing-Sing je finirai ».
  • Claude Nougaro lui consacre une chanson : « Sing Sing Song », qui est une adaptation de « Work Song » standard de jazz créé par Nat Adderley
  • Jean-Pierre Ferland a composé une chanson qui s'intitule Sing Sing. « Je sors de Sing Sing... ».
  • Thierry Hazard lui consacre une chanson sur son premier album (Pop music).

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Un personnage de Georges Simenon y est emprisonné dans le roman policier Le Chien jaune.
  • C'est le lieu d’exécution du "faux" Giovanni Cafarello dans le roman de Timothée de Fombelle, Vango.
  • C'est là où Monroe Edwards, faussaire célèbre, meurt dans la nouvelle Bartleby de Herman Melville.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]