Sinfonia (Berio)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sinfonia est une œuvre du compositeur Luciano Berio, composée en 1968. Symphonie chorale pour huit voix (sopranos, altos, ténors, basses) et orchestre, elle fut créée dans une version en quatre mouvements en 1968 à New York sous la direction de l'auteur, puis créée dans une version en cinq mouvements à Donaueschingen sous la direction d'Ernest Bour la même année.

Présentation[modifier | modifier le code]

Sinfonia est une composition du compositeur italien Luciano Berio qui a été commandée par l'Orchestre philharmonique de New York pour son 125e anniversaire. Composée en 1968 pour orchestre et huit voix amplifiées, il s'agit d'un travail post-sériel novateur musicalement, avec plusieurs chanteurs commentant des objets musicaux, à travers un parcours névrotique de citations musicales et de passages dissonants. Les huit voix ne sont pas utilisées de manière traditionnelle, ne chantant pas vraiment, mais parlant, murmurant, ou criant des citations tirées de l'ouvrage Le Cru et le cuit de Claude Lévi-Strauss, ou encore de la nouvelle L'Innommable de Samuel Beckett, mêlées à des notations musicales de Gustav Mahler.

Au sujet de cette œuvre, que d'aucuns qualifient de gigantesque « collage », Luciano Berio dira non sans humour qu'il s'agit d'un « documentaire sur un objet trouvé »[1]. Selon Leonard Bernstein[2], la Sinfonia de Berio fut représentative du renouveau artistique de la musique classique des années soixante, après une décennie de pessimisme.

Mouvements[modifier | modifier le code]

La pièce est en cinq mouvements:

I[modifier | modifier le code]

Citations extraites du livre Le Cru et le cuit de Levi-Strauss.

II - O King[modifier | modifier le code]

Les huit voix prononcent en boucle le nom de Martin Luther King.

III - In ruhig fliessender Bewegung[modifier | modifier le code]

Mouvement central et point culminant de l'œuvre avec de nombreuses citations musicales. Ce mouvement a exactement la même durée que le troisième mouvement de la deuxième symphonie de Mahler résurrection, compositeur auquel Berio rend un hommage appuyé. De nombreuses citations littéraires du livre L'Innommable de Beckett augmentées de slogans de Mai 68, des extraits de James Joyce, de bribes de phrases diverses complètent l'ensemble.

IV[modifier | modifier le code]

Reprise de divers éléments du mouvement précédent.

V[modifier | modifier le code]

Citations de Levi-Strauss et reprise analytique des éléments musicaux des mouvements précédents dans une approche en référence à la pensée freudienne.

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Instrumentation de Sinfonia
Cordes
premiers violons, seconds violons, altos,

violoncelles, contrebasses, 1 harpe

Bois
4flûtes, dont un piccolo, 3 hautbois le troisième jouant du cor anglais
4 clarinettes dont une clarinette soprano, 3 bassons dont un contrebasson
Cuivres
4 cors en fa, 4 trompettes , 3 trombones, 1 tuba
Claviers
piano, orgue électrique, clavecin électrique
Percussions
percussion

Citations musicales[modifier | modifier le code]

Liste partielle des citations musicales utilisées dans le 3e mouvement de Sinfonia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean et Brigitte Massin (dir.) Luciano Berio in Histoire de la musique occidentale, Aubin, Fayard, 1991 (p.1203).
  2. Bernstein, Leonard (1976), The Unanswered Question: Six Talks at Harvard, Harvard University Press, Cambridge (Massachusetts), 2002 (p. 423).

Sources[modifier | modifier le code]