Sinbad : La Légende des sept mers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sinbad.

Sinbad :
La Légende des sept mers

Titre original Sinbad: Legend of the Seven Seas
Réalisation Patrick Gilmore
Tim Johnson
Scénario John Logan
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 2003
Durée 86 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sinbad : La Légende des sept mers (Sinbad: Legend of the Seven Seas) est un film d'animation américain de Tim Johnson et Patrick Gilmore, produit par Jeffrey Katzenberg et sorti en 2003.

Le film est une adaptation de la légende persane Sinbad le Marin.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Éris, la déesse de la Discorde, désire voler le mystérieux Livre de la paix ; pour cela, elle demande à son monstre marin de lui amener un redoutable voleur : Sinbad. Mais pour satisfaire les envies de la déesse, ce bandit doit voler son meilleur ami, le prince Proteus.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Marketing[modifier | modifier le code]

Un jeu PC, basé sur le film, fut commercialisé par Atari, qui travailla en étroite collaboration avec l'un des réalisateurs du film, Patrick Gilmore. Il a été commercialisé avant la sortie VHS et DVD du film. La chaîne Burger King commercialisa aussi six jouets promotionnels au moment de la sortie du film. Hasbro Inc avait produit une série de figurines Sinbad dans le cadre de sa marque de figurines GI JOE.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Le film reçu un accueil mitigé de la part des critiques. Sur Rotten Tomatoes, 45 % de ses détracteurs lui ont donné une évaluation positive basé sur 121 avis[1]. Metacritic a donné au film une cote de 48/100 basé sur 33 commentaires[2].

Le fait d'avoir retiré l'histoire du film de son contexte arabe et l'avoir placé dans un cadre grec lui a valu certaines critiques. Jack Shaheen, critique de la représentation hollywoodienne des Arabes, estime que "le studio craignit des difficultés financières et peut-être même politiques s'ils avaient fait le héros du film arabe", et a affirmé que "…si rien n'est fait pour combattre les stéréotypes négatifs sur les Arabes, les fausses idées continueront. Il est regrettable que l'occasion n'a pas été prise de les changer, surtout dans l'esprit des jeunes". À un certain moment, Jack Shaheen demanda à Katzenberg d'inclure des références à la culture arabe dans le film[3]. Katzenberg fut tellement déçu par la piètre performance du film qu'il alla même jusqu'à déclarer que "l’animation traditionnelle était morte"[4].

L'île des cyclopes[modifier | modifier le code]

L'île des cyclopes est un court-métrage d'animation interactive sur le DVD du film montrant la rencontre avec le cyclope éponyme[5].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Sinbad - Legend of the Seven Seas (2003) », Rotten Tomatoes (consulté le October 24, 2012)
  2. (en) « Sinbad: Legend of the Seven Seas », Metacritic (consulté le October 24, 2012)
  3. (en) Sean Clarke, « Printing the legend », The Guardian,‎ July 23, 2003 (lire en ligne)
  4. (en) Laura M. Holson, « Animated Film Is Latest Title To Run Aground At DreamWorks », The New York Times,‎ July 21, 2003 (lire en ligne)
  5. (en) Ben Simon, « Sinbad: Legend Of The Seven Seas », Animated Views,‎ November 10, 2003 (lire en ligne)