Simpsons (magasin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simpson.
Magasin Simpson du centre-ville de Toronto qui est maintenant un magasin La Baie

Simpsons était une chaîne de grands magasins canadiens. Elle fut fondée par Robert Simpson sous le nom de The Robert Simpson Company en 1872 et prit le nom de Simpson's par la suite jusqu'aux années 1960. À la mort du fondateur en 1897, le commerce fut vendu à un ensemble d'investisseurs car il n'avait pas d'héritier mâle. La chaîne fut vendue en 1978 à la Compagnie de la Baie d'Hudson et finalement intégrée dans sa propre chaîne La Baie entre 1989 et 1991.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Page du catalogue Simpson's de 1901.

Robert Simpson, Écossais d’origine, arriva au Canada en 1854 à l'âge de 21 ans[1]. Il travailla d'abord comme commis dans le magasin général de la D. Sutherland and Sons à Newmarket (Ontario), près de Toronto. En octobre 1858, Simpson et un autre commis, William Trent fils d’un fermier assez aisé de l’endroit, ouvrent leur propre magasin dans cette ville. On y vend des produits d’épicerie, des bottes, de la quincaillerie, des souliers et des articles de mercerie. En mars 1861, l’association est liquidée et il change de partenaire de partenaire deux mois plus tard. Le magasin devient un magasin de gros. Le 29 octobre 1870, un incendie ravage le magasin, et malgré un essai à le repartir pour Noël, on doit déclarer faillite au début de 1871[1].

Robert Simpson doit repartir à zéro et le fait à Toronto en 1872 avec le R. Simpson, Dry Goods sur la rue principale de la ville, la rue Yonge. Afin de se démarquer de la forte concurrence (dont la T. Eaton Company qui deviendra Eaton), il commence à distribuer des prospectus en couleur aux résidents de la ville. Comme la ville est en croissance, le magasin de Simpson prospère, déménage plus haut dans la rue et est agrandi plusieurs fois. En 1890, on y compte pas moins de 200 employés. Le 4 décembre 1894, le magasin déménage dans un tout nouvel édifice en briques de six étages à l’angle de Queen et de Yonge mais il brûlera en 1895 pour être rebâti.

Progression[modifier | modifier le code]

Robert Simpson ne vivra pas assez vieux pour voir son entreprise prospérer très longtemps et décède en 1897. N'ayant pas d'héritier mâle, la succession est approchée par une société américaine pour le rachat du commerce mais un petit groupe d’investisseurs dirigé par Harris Henry Fudger, Joseph Wesley Flavelle et Alfred Ernest Ames achète les stocks et les biens meubles de la société pour 135 000 $Can afin de la garder canadienne. Les trois hommes et membres en vue de la société torontoise reprennent en main l'entreprise et agrandissent bientôt le magasin plusieurs fois pour accueillir les clients toujours plus nombreux.

En 1905, Simpson's acquiert John Murphy Co. de Montréal et débute une service de ventes par correspondance. En 1916, le service de vente par correspondance de Simpson's ouvre un grand entrepôt à Régina, et trois ans plus tard, il étend ses activités à Halifax. La popularité du système de vente par correspondance mène à l'ouverture de comptoirs de vente à Halifax et Régina Canada en 1924, dans ses entrepôts.

Durant la Grande Dépression de 1929, Simpson's innove en matière de promotion pour rester en affaires : des célébrités arpentent constamment les allées du magasin pour tenir des causeries ou dédicacer des livres, des défilés de mode ont lieu presque tous les jours et une immense animalerie est ouverte. Après la crise, les affaires reprennent mais lors de la Seconde Guerre mondiale, 1703 employés de Simpson sont appelés sous les drapeaux ce qui rend le travail difficile. Quatre-vingt-cinq de ceux-ci périssent et seulement 583 retournent chez Simpson's après la guerre.

Alliance avec Sears[modifier | modifier le code]

Peu avant la fin de la guerre, Simpson fait l’acquisition de Smallman and Ingram, de London (Ontario) et en 1946, de R.H. Department Store, le plus grand magasin de Regina. Le service de vente par correspondance de Simpson prend de l’ampleur et Simpson's commence à négocier avec Sears une éventuelle association. En 1952, les deux concluent une entente qui verra le service de vente par correspondance de Simpson's passer à Sears alors que les deux sociétés s'associent pour exploiter une chaîne de magasins de vente au détail sous la bannière Simpsons-Sears à l’extérieur des cinq grandes villes canadiennes où Simpson possède ses propres magasins : Halifax, Montréal, Toronto, London et Regina.

Au cours des années 1950 et 1960, la banlieue se développe et les magasins s'y déplacent. Simpson's ouvre des magasins à Scarborough et North York en Ontario, à Pointe-Claire au Québec, ainsi qu'ailleurs en banlieue des deux plus grandes villes canadiennes. De nouveaux magasins Simpsons-Sears sont ouverts dans les villes de moyenne importance, ou leurs banlieues, à travers le Canada et des points de vente au détail sont créés dans les petites villes. Au cours de cette même période, Simpson se lance dans l'immobilier et construit entre autres le Simpson Tower, inaugurée en 1969, où loge le siège social de l’entreprise. Cet édifice abrite aujourd’hui le siège social de la Compagnie de la Baie d’Hudson.

Durant les années 1970, le sentiment nationaliste au Québec mène à l'élection du Parti québécois. Celui-ci passe la Charte de la langue française qui impose l'usage de l'affichage commercial en français dans la province. Les compagnies doivent franciser leur nom et Simpson's devient Simpsons, perdant l'apostrophe anglaise. Durant les années 1980 le "s" final disparaîtra finalement.

Vente à HBC[modifier | modifier le code]

En 1978, Simpsons et Zellers passent aux mains de la Compagnie de la Baie d’Hudson (HBC), qui hérite ainsi d'une plus grande présence sur le marché. Simpsons lui apporte une expérience en matière de magasins de prestige. HBC combine les activités administratives aux siennes, mais la chaîne demeure à peu près indépendante au cours des premières années. Seuls quelques comptoirs Simpsons deviennent des magasins La Baie et une installation de La Baie devient un magasin Simpson. HBC tenta de donner aux magasins Simpson une vocation de haut de gamme mais n'y parvint pas et à la fin des années 1980, tous les magasins Simpson à l’extérieur de Toronto sont convertis en magasins La Baie. En 1991, le dernier magasin Simpson, le quartier-général de Toronto, les rejoint finalement. Il deviendra le magasin-phare de HBC et le nom Simpson disparaît complètement du paysage commercial canadien.

Emplacements[modifier | modifier le code]

Les magasins Simpsons à travers le Canada, maintenant généralement sous la bannière La Baie, se retrouvent à :

Le centre de distribution de Simpsons à Toronto (Allen Road et Lawrence Avenue) est maintenant un centre d'achat.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) Bibliothèque et Archives Canada, « Robert Simpson », Dictionnaire biographique du Canada en ligne,‎ 2000 (consulté le 2008-05-28)