Simone Peter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Simone Peter
Simone Peter, en 2014.
Simone Peter, en 2014.
Fonctions
Co-présidente de l'Alliance 90 / Les Verts
En fonction depuis le 19 octobre 2013
En tandem avec Cem Özdemir
Prédécesseur Claudia Roth
Ministre de l'Environnement, de l'Énergie
et des Transports de la Sarre
10 novembre 200918 janvier 2012
Ministre-président Peter Müller
Annegret Kramp-Karrenbauer
Gouvernement Müller III
Kramp-Karrenbauer I
Prédécesseur Stefan Mörsdorf
Successeur Anke Rehlinger (Environnement)
Heiko Maas (Transports et Énergie)
Biographie
Nom de naissance Simone Maria Peter
Date de naissance 3 décembre 1965 (48 ans)
Lieu de naissance Quierschied, Sarre (RFA)
Parti politique Grünen
Diplômé de Université de la Sarre
Profession Chercheur

Simone Maria Peter, née le 3 décembre 1965 à Quierschied, est une femme politique allemande, membre de l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen).

Chercheuse spécialisée dans les énergies renouvelables, elle a été ministre de l'Environnement du Land de la Sarre, entre 2009 et 2012, dans la première coalition jamaïcaine allemande. Elle est élue co-présidente fédérale des Grünen en octobre 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

En 1985, elle passe son Abitur à Dillingen, une ville moyenne dans l'Ouest de la Sarre.

Elle intègre, l'année suivante, l'université de la Sarre, dont elle ressort diplômée en biologie en 1993. Un an plus tard, en 1994, elle devient associée de recherche et d'enseignement au département de microbiologie et doctorante dans ce domaine.

Débuts rapides en politique[modifier | modifier le code]

Membre de l'Alliance 90 / Les Verts à partir de 1996, elle intègre la commission administrative de la section Sarrebruck-centre en 1998. En 1999, elle entre au comité directeur régional, en tant que porte-parole pour l'Environnement et l'Énergie.

Une spécialiste des énergies renouvelables[modifier | modifier le code]

Ayant passé avec succès son doctorat en 2000, elle quitte l'université ainsi que l'ensemble de ses fonctions au sein des Grünen. En 2001, elle est recrutée par Eurosolar, association européenne de promotion de l'énergie solaire, en tant qu'associée de recherche et rédactrice en chef de la revue « Solarzeitalter - Politik u. Ökonomie Erneuerbarer Energien ».

Devenue porte-parole du groupe fédéral de travail des Verts sur l'Énergie en 2003, elle quitte ces fonctions ainsi que l'agence en 2004. Aussitôt, elle rejoint l'Agence des énergies renouvelables, à Berlin, en tant que chef de projet et directrice générale.

Ministre de l'Environnement de la Sarre[modifier | modifier le code]

En Sarre, à la suite des élections régionales du 30 août 2009, le ministre-président chrétien-démocrate Peter Müller est contraint de former une coalition jamaïcaine avec le Parti libéral-démocrate (FDP) et l'Alliance 90 / Les Verts. Le 10 novembre suivant, Simone Peter est donc nommée ministre de l'Environnement, de l'Énergie et des Transports dans le gouvernement de Sarre. Reconduite à ce poste le 24 août 2011, lorsque Annegret Kramp-Karrenbauer prend la succession de Müller, elle est relevée de ses fonctions lors de la rupture de la coalition, le 18 janvier 2012.

Co-présidente fédérale des Verts[modifier | modifier le code]

La ministre-présidente étant incapable de constituer une nouvelle majorité, le Landtag est dissous et des élections anticipées sont convoqués le 25 mars suivant. Simone Peter est alors désignée chef de file (spitzenkandidatin) des écologistes, qui remportent 5 % des voix, soit le minimum requis pour siéger au Parlement, et 2 députés sur 51. À l'ouverture de la législature, elle est désignée vice-présidente du groupe parlementaire.

Lors des élections fédérales du 22 septembre 2013, l'Alliance 90 / Les Verts réalise une contre-performance avec 8,4 % des voix. Un renouvellement générationnel est alors engagé, qui se traduit par l'élection, le 19 octobre, de Simone Peter comme co-présidente fédérale, aux côtés de Cem Özdemir, avec 75,9 % des suffrages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]