Simone Bonnafous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnafous.
Simone Bonnafous
Portrait
Date de naissance 1955
Président de l’Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne
Précédent Paul Mengal 2006 à 2012 Luc Hittinger Suivant
Autres fonctions
Précédent Jean-Louis Mucchielli Directrice générale de la DGESIP en fonction Suivant

Simone Bonnafous, née en 1955, est une universitaire française, spécialiste de la communication politique et médiatique. Elle est directrice générale de l'enseignement supérieur et l'insertion professionnelle au ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Simone Bonnafous est ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, agrégée de grammaire et docteure d'État. Après l'agrégation, elle entre au laboratoire de lexicométrie et textes politiques de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, faisant ainsi le choix de concilier ses intérêts pour la langue, le discours et la politique.

Après une thèse de troisième cycle relative au congrès de Metz du Parti socialiste, elle est recrutée par l'Université Paris-Est Créteil (UPEC) en 1980 comme Maître de conférences en expression-communication à la faculté d'Administration économique et sociale où elle dispense des cours de culture générale, de note de synthèse et de communication à destination d'adultes qui préparent les concours de la fonction publique.

En 1990, Simone Bonnafous soutient sa thèse d’État sur le discours sur les immigrés et l'immigration dans la presse française de 1974 à 1984. Le président de l'université lui propose d'intégrer l'équipe de direction où elle devient assesseure à la communication et crée le service de communication de l'UPEC. Parallèlement, elle est élue dans les différents conseils centraux (CA et CEVU).

En 1992, elle cofonde le département de communication politique et publique où s'ouvrent une licence, une maîtrise, puis une formation continue et un DESS et devient professeure au sein de ce département de la Faculté des lettres.

En 1999, elle lance une équipe interdisciplinaire autour des thèmes du discours et de la communication sociale et politique (le CEDITEC), qu'elle dirige jusqu'en 2008 ; elle est élue la même année doyenne de la Faculté des lettres et sciences humaines.

Présidente d'université[modifier | modifier le code]

Simone Bonnafous est élue présidente de l'Université Paris-Est Créteil en janvier 2006 et exerce cette fonction jusqu'en mars 2012. Elle a par ailleurs exercé la fonction de vice-présidente de la Conférence des présidents d'université de décembre 2008 à décembre 2010.

C'est sous son mandat que l'université intègre l'IUFM de l'académie de Créteil et qu'elle devient membre fondateur du PRES Université Paris-Est. C'est aussi sous sa présidence que l'UPEC devient une université autonome en passant aux responsabilités et compétences élargies (janvier 2010). Avec son équipe, elle a soutenu des projets structurants comme l'IAE Paris-Est, l’École d'urbanisme de Paris, l’École de santé Paris-Est, et l’École supérieure de l’éducation, de la formation et de l'intervention sociale et le rattachement de l’École nationale vétérinaire d'Alfort à l'Université.

Directrice de la DGESIP[modifier | modifier le code]

Le 11 juillet 2012, Simone Bonnafous est nommée par le conseil des ministres Directrice générale pour l'enseignement supérieur et l'insertion professionnelle (DGESIP) au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche[1],[2], succédant à Jean-Louis Mucchielli.

Controverse[modifier | modifier le code]

En tant que directrice de la DGESIP, Simone Bonnafous a envoyé plusieurs lettres à des directeurs d'université, leur demandant d'orienter leur politique, leur organisation et leur action. L'esprit de ces lettres a été perçu comme contraire au principe d'indépendance des universités, et elles ont été critiquées largemement. De plus, certaines des mesures suggérées par ces lettres se situent en dehors de la loi, et ont été critiquées comme "illégales"[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2007 Analyse du discours et sciences humaines et sociales, avec Malika Temmar, Ophrys, collection Les chemins du discours, 165 p.
  • 2007 (dir. en coll. avec Marlène Coulomb-Gully), Femmes et médias, Le 8 mars à la "une". Une comparaison internationale, Sciences de la Société n°70, Presses universitaires du Mirail.
  • 2007 La journée internationale des femmes en France. Entre marronnier et foulard islamique, avec Marlène Coulomb-Gully, Sciences de la société, n°70, p. 80-94
  • 2006 Les déclarations de journée internationale des femmes. Entre récit, occultation et performativité", Communication, Laval, QUébec, Editions Nota bene, vol. 24 n°2, p.49-73.
  • 2003 (coll.). Argumentation et discours politique. Antiquité grecque et latine, Révolution française, monde contemporain, Rennes: Presses universitaires de Rennes.
  • 2001 "L'arme de la dérision chez Jean-Marie Le Pen", Hermès n°29, CNRS Editions, pp. 53-63.
  • 2001 (coll.). « Discours et gestes télévisés. Quelles méthodes ? », Mots. Les langages du politique, n° 67 (décembre), pp. 110-128.
  • 1999 (dir. en coll. avec P. Fiala). Argumentation d'extrême-droite, Mots-Les langages du Politiques n°58.
  • 1998 « Les argumentations de Jean-Marie Le Pen », Revue politique et parlementaire, n° 995, pp. 27-39.
  • 1996 (dir. en coll.). « Les médias dans le conflit yougoslave », Mots. Les langages du politique, n° 47 (juin)
  • 1992 Sans distinction de race, Paris: Presses de Sciences Po.
  • 1991 L'immigration prise aux mots, Paris: Kimé.
  • 1983 Processus discursifs et structures lexicales : le congrès de Metz (1979) du Parti Socialiste, numéro spécial de la revue Langages, Larousse, 123 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Simone Bonnafous nommée directrice générale de la DGESIP », sur educpros.fr,‎ 11 juillet 2012 (consulté le 11 juillet 2012)
  2. L’ex-présidente de l’université nommée au ministère, 12 juillet 2007, Le Parisien
  3. Néolibéralisme autoritaire et démocratie universitaire, MediaPart, Pascal Maillard, 16 mai 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]