Simon bar Sabbae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Simon bar Sabbae, mort en 341, était évêque et deuxième catholicos de Séleucie et Ctésiphon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est élu en 326/327 à la suite de la mort de son prédécesseur Papa bar Aggai, dont il était coadjuteur depuis 316. À cette époque, la Perse était en guerre contre l'Empire romain, et lorsque l'empereur perse Shapur II — de la famille duquel Simon était par ailleurs proche — augmenta les impôts exigés des chrétiens pour faire face aux dépenses de guerre, Simon refuse. Simon est alors accusé de fraterniser avec l'Empire romain et, pour cette raison, Shapour II ordonne la mort de tous les prêtres chrétiens, ce qui était une occasion de se débarrasser d'une communauté hostile à un conflit avec Byzance chrétienne.

Les chrétiens furent alors persécutés, les églises détruites et, Simon ayant refusé d'idolâtrer le soleil comme le zoroastrisme l'exigeait, fut décapité un Vendredi saint 17 avril 341 avec de nombreux religieux et laïcs[1] : Abdella (ou Abdhaihla), Ananias (Hannanja), Chusdazat (Guhashtazad, Usthazan, ou Gothazat)[2], le prêtre Pusai (Pusei, Phusikos, Fusicus, Pusicius)[3] avec sa fille Askitrea (« Vierge et martyre »), l'eunuque Gochth (Azad / Asatus) etc., estimés à 100 ou 1 150 selon les sources. Al Masû'dî estime ce nombre à 200 000 victimes et Sozomène à 16 000.

Vénération[modifier | modifier le code]

Martyr et saint, il est vénéré le 17 avril dans l'Église orthodoxe, le 21 avril dans l'Église catholique latine, le 14 avril dans l'Église catholique syriaque et le 30 avril dans l'Église grecque-catholique melkite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tajadod 1993, p. 131.
  2. Arnauld 1841, p. 844.
  3. de Granada 1592, p. 148.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Arnauld, La perpétuité de la foy de l'Église catholique sur l'Eucharistie, Paris, Migne,‎ 1841 (lire en ligne).
  • Luis de Granada (trad. Nicolas Colin), Catéchisme : ou Introduction au symbole de la foy, Lyon,‎ 1592 (lire en ligne).
  • Nahal Tajadod, Les porteurs de lumière, Paris, Plon,‎ 1993 (ISBN 2259026672).
  • Éphrem-Isa Yousif, Les chroniqueurs syriaques, Paris, L'Harmattan,‎ 2002 (ISBN 2-7475-2709-3).