Simon Schwarzfuchs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Simon Schwarzfuchs en 2013.

Simon Raymond Schwarzfuchs est un rabbin et historien français, né en 1927 à Bischheim dans le Bas-Rhin[1]. Il a enseigné à l’université Bar-Ilan de Ramat Gan en Israël.

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Simon Scharzfuchs est le fils de Georges Schwarzfuchs et Marthe Meyer. Georges Schwarzfuchs est un hazzan (ministre officiant). Simon a un frère Gérard né en 1926 et une soeur Denise née en 1928.

Après l’annexion de l’Alsace-Lorraine en novembre 1940 et l’évacuation des habitants de Strasbourg et d’une partie de l’Alsace qui s’en suivit, Simon Schwarzfuchs est réfugié avec sa famille à Limoges où il poursuit ses études au lycée Gay-Lussac[2].

Dans le Maquis[modifier | modifier le code]

Membre des Éclaireurs Israélites de France et du mouvement de la Jeunesse sioniste (MJS) dont il est un membre très actif de fin février 1942 à juin 1944, Simon Schwarzfuchs rejoint le maquis de la Sixième EIF à la fin de la Seconde Guerre mondiale, à la veille du débarquement, en juin 1944. Il est versé dans la première section de la Compagnie Marc Haguenau, au sein de laquelle il participe aux combats de la Libération de la France dans le Tarn[3],[4].

L'historien[modifier | modifier le code]

Malgré sa formation rabbinique, il n'occupe qu'une fonction rabbinique et pour un temps limité: celle de membre du Beth Din de Paris[5].

Il est professeur émérite d’histoire juive à l’université Bar-Ilan. Il a enseigné à l’École pratique des hautes études, où il a inauguré la chaire d’Études juives.

Simon Schwarzfuchs est chevalier de la Légion d'honneur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres en collaboration :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Weill, « Simon Raymond Schwarzfuchs », Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 47, p. 4938
  2. Jean Daltroff, « Plas (Pascal) et Schwarzfuchs (Simon) dir., Mémoires du grand rabbin Deutsch : Limoges 1939-1945 », Revue d’Alsace, consulté le 19 février 2013.
  3. Sous la coordination éditoriale de Catherine Richet,Organisation juive de combat, Editions Autrement, 2006, pages 172 et 404
  4. Cubertafond, Jean; Cubertafond, Marie-Louise. Comité Français pour Yad Vashem. 2014.
  5. Voir, Rabi. Anatomie Du Judaïsme Français, p. 163.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]