Simon Le Duc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leduc.

Simon Le Duc, surnommé l'Aîné, né à Paris le 15 janvier 1742 et mort à Paris le 22 janvier 1777 (à 35 ans), est un violoniste et compositeur français.

Son frère Pierre Le Duc (1755-1818) fit également une carrière de violoniste et d'éditeur de musique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Simon Leduc[1] a été élève de Pierre Gaviniès pour le violon. Il fut un artiste distingué en son temps, codirecteur du Concert Spirituel aux côtés de François-Joseph Gossec et Pierre Gaviniès entre 1773 et la date de son décès.

« Un mois après sa mort, on répétait une de ses symphonies, qui devait être exécutée au Concert des Amateurs le lendemain. Au milieu de l'adagio, le chevalier de Saint-Georges, attendri par l'expression du morceau, et se rappelant que son ami n'existait plus, laissa tomber son archet, et versa des larmes. Cet attendrissement se communiqua bientôt de proche en proche, et tous les concertans quittèrent leurs instrumens et se livrèrent à la plus vive douleur. (Alexandre-Etienne Choron et François-Joseph-Marie Fayolle)[2] ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres gravés au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Ces œuvres sont citées par François-Joseph Fétis[3]

  1. Sonates pour le violon avec accompagnement d'alto, ou de basse, ou de clavecin, op. 1 ; Paris, La Chevardière.
  2. Premier concerto pour violon et orchestre, op. 2 ; Paris, La Chevardière.
  3. Symphonies pour l'orchestre, op. 3 ; Paris, Bailleux.
  4. Sonates pour violon avec accompagnement de basse, Ve livre, op. 4 ; Paris, La Chevardière.
  5. Deuxième concerto pour violon, op. 5.
  6. Trois symphonies pour l'orchestre, 2e livre ; Paris, Bailleux.
  7. Symphonie concertante pour deux violons, op. 7 ; Paris, Bailleux. Il a été fait deux éditions de cette symphonie, qui a été exécutée au Concert Spirituel avec beaucoup de succès.
  8. Sonate pour violon avec accompagnement de basse, œuvre posthume.

Œuvres connues de nos jours[modifier | modifier le code]

  1. 3 Symphonies, dont la n° 3 en mi bémol majeur
  2. une symphonie concertante pour deux violons
  3. 3 concertos pour violon
  4. Trio pour orchestre en sol mineur, opus 2, n° 2, 1767
  5. De la musique de chambre

Œuvres éditées[modifier | modifier le code]

  • 1957 : Simon Leduc, Symphonie en ré majeur [Musique imprimée]. Reconstitution par Fernand Oubradous : XVIIIe ‑ XXe siècle : 11742-1957, Paris, Éditions musicales transatlantiques,‎ 1957. (notice BnF no FRBNF39727221f)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La forme internationale du nom de ce musicien est Leduc, Simon (1742-1777), (notice BnF no FRBNF140136578), « naquit à Paris en 1748, et mourut à la fleur de l'âge, en 1787 » nous dit François-Joseph Fétis après Alexandre-Etienne Choron et François-Joseph-Marie Fayolle
  2. Alexandre-Etienne Choron, (1771-1834) et François-Joseph-Marie Fayolle, (1774-1852), Dictionnaire historique des musiciens, artistes et amateurs: morts ou vivans qui se sont illustrés en une partie quelconque de la musique et des arts qui y sont relatifs ... , Volume 1 : XVIIIe ‑ XIXe siècle : 1771-1852, Paris, Valade,‎ 1810-1811.(notice BnF no FRBNF339915642), Gallica.
  3. François-Joseph Fétis, Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, Volumes 5-6 : XVIIIe ‑ XIXe siècle : 1784-1871, Paris, Firmin-Didot,‎ Année.(notice BnF no FRBNF304321593).