Simon Foucher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Foucher.
Simon Foucher
Picto infobox auteur.png

Philosophe et religieux

Époque Moderne

Naissance
Décès
9 mai 1696 (à 52 ans), Paris
École/tradition
Influencé par
A influencé

Simon Foucher (1er mars 1644, Dijon - 27 avril 1696, Paris), abbé et chanoine de Dijon, était un philosophe français du XVIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un marchand, destiné à une carrière ecclésiastique, il fait ses vœux très tôt. Il est chanoine à la cathédrale de Dijon, puis démissionne pour déménager à Paris. Là, il étudie la théologie à la Sorbonne, puis mène la vie d'un homme de lettres, publiant et correspondant jusqu'à sa mort.

Pensée[modifier | modifier le code]

Lié avec des savants et des philosophes de son temps (Gilles Ménage, Adrien Baillet, Jacques Rohault, Leibniz), Foucher fut un critique important de la philosophie de Malebranche. Il usa d'arguments sceptiques de type académique, inspirés de Sextus Empiricus et de Cicéron, pour critiquer son occasionnalisme. Ainsi, il rejetait l'idée cartésienne que l'essence de la matière réside dans l'étendue, tout en maintenant les dogmes de l’Église catholique comme intuitivement évidents. L'un de ses objectifs les plus importants consistait à réconcilier la foi avec le scepticisme, c'est-à-dire à admettre l'incertitude inhérente au scepticisme académique tout en restant un bon chrétien, en dépit du fait que foi et cognition semblent nous pousser dans deux directions différentes :

« Nous ne saurions satisfaire en même temps à la raison et à la foi, parce que la raison nous oblige d'ouvrir les yeux et la foi nous commande de les fermer[1]. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. Critique de la Recherche de la Vérité, 1675, « Lettre », p.6.

Principaux travaux[modifier | modifier le code]

  • Dissertation sur la recherche de la vérité ou sur la philosophie académique, 1673 ;
  • Critique de la Recherche de la vérité, 1675 (sur l'œuvre de Malebranche) ;
  • plusieurs traités de physique ;
  • Une très riche correspondance avec Leibniz (Gerhard, Philosophische Schriften, tome 1, p. 369-sq., ici).

Sources secondaires[modifier | modifier le code]

  • Félix Rabbe, L’Abbé Simon Foucher, chanoine de la Sainte Chapelle de Dijon : étude philosophique, Didier & cie, 1867.
  • (en) Fiche sur l'Encyclopedia Britannica
  • (en) Richard A. Watson et Marjorie Grene, « Malebranche's first and last critics : Simon Foucher and Dortous de Mairan », Journal of the History of Philosophy, 1995.
  • (en) Matteo Camposapiero, « Pure Intellect, Brain Traces, and Language : Leibniz and the Foucher-Malebranche Debate », in Daniel Garber et Steven Nadler (dir.), Oxford studies in early modern philosophy, 2010, vol. V, p. 115-145.
  • Sébastien Charles, « Cicero redivivus : Foucher, apôtre moderne de l’académisme et critique du cartésianisme », Asterion, 11, 2013.
    • « Pyrrhonisme et académisme dans les Dialogues sur la religion naturelle : Hume lecteur de Foucher ? », in Sébastien Charles (dir.), Hume et la religion. Nouveaux enjeux, nouvelles perspectives, Hildesheim, Georg Olms Verlag, 2013, p. 35-49.