Simca 1100

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Simca 1100
Simca 1100
Simca 1100 Spécial

Marque Drapeau : France Simca puis Talbot
Années de production 1967 - 1981
Classe Compacte
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 4 cylindres en ligne
Position du moteur Transversale avant
Cylindrée 944 cm3
1 118 cm3
1 204 cm3
1 294 cm3
Puissance maximale 48 à 82 ch
Transmission Traction avant
Boîte de vitesses Manuelle 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide 880 à 920 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline 3 et 5 portes
Break
Fourgonnette
Pick-up
Freins Disques à l'avant, tambour à l'arrière
Dimensions
Longueur 3 944 mm
Largeur 1 588 mm
Hauteur 1 458 mm
Chronologie des modèles
Précédent aucun Simca-Talbot Horizon Suivant
Une Simca 1100 Spécial avec jantes de TI.

La Simca 1100, qui est la première automobile à traction avant de la marque Simca, fut fabriquée à plus de deux millions d'exemplaires entre 1967 et 1981 à Poissy. La Simca 1100 est la voiture la plus vendue en France en 1972[1] ; précédemment, la plus vendue était la Peugeot 204 et ensuite ce sera la Renault 12.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La Simca 1100 bénéficia lors de sa conception de choix techniques résolument modernes, alors que les dirigeants américains de Chrysler (actionnaire majoritaire de Simca) auraient souhaité l'étude d'un véhicule plus traditionnel. Un exemplaire de présérie fut présenté à Gabriel Voisin qui montra un vif intérêt pour la nouvelle voiture.

La 1100 est l'ancêtre de la plupart des voitures compactes françaises actuelles. En effet, dès septembre 1967, elle propose la traction avant, le moteur transversal et une suspension à quatre roues indépendantes par barres de torsion. De plus, à une époque où le client n'a souvent le choix qu'entre une berline quatre portes et un break, la 1100 est livrable en cinq portes (berline à hayon), en trois portes, en break cinq portes (pour les modèles 1969) et en break trois portes.

À sa sortie, deux moteurs sont disponibles[2] (« moteurs Poissy »), 944 cm3 de 48 ch (5 chevaux fiscaux) et un 1 118 cm3 de 60 ch (6 chevaux fiscaux). Les « moteurs Poissy » sont non chemisés peuvent fonctionner à l'essence sans plomb 98 RON à partir de juillet 1973[3].

La 1100 a été aussi produite en Espagne sous l'appellation 1200 avec des roues spécifiques. En mai 1973, Chrysler España présente sur la base de la 1200 le véhicule tout chemin Campero à la carrosserie en matière plastique. Il est produit jusqu'à la fin des années 1970[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Pour 1970, le tableau de bord à cadrans circulaires est nouveau, le break trois portes (LS) disparaît et les clignotants avant passent de l'orange au blanc jusqu'en 1974. En juin 1970, un moteur 1 204 cm3, monté sur la 1100 Spécial, sera augmenté à 1 294 cm3 sur la version Spécial pour 1972 puis sur la TI pour 1974[1]. Pour 1972, le hayon arrière est modifié et comporte une lunette arrière agrandie. Pour 1975, les 1100 reçoivent une nouvelle planche de bord avec combiné agrandi, des poignées de portes extérieures encastrées, des optiques arrière plus grandes incluant feux de recul et de brouillard. Choc pétrolier oblige, un moteur 1 118 cm3 54 ch basse compression, acceptant l'essence ordinaire, s'ajoute. En 1977, la fourgonnette 1100 VF2 sert de base à la Matra-Simca Rancho. Début 1978, Chrysler songe au remplacement de la 1100 et lance sa « world car » Horizon. Cependant, la 1100 continue jusqu'à l'année-modèle 1981, dès juillet 1979, elle s'appelle Talbot 1100.

Modèles[modifier | modifier le code]

  • LS : 48, 54 ou 60 ch.
  • LE (mars 1974) /LX (juillet 1974) : 48 ou 54 ch, bandes latérales de décoration sur LX 3 ou 5 portes.
  • GL : 60 ch, baguettes latérales, joncs de gouttière, entourages de pare-brise et de lunette arrière chromés, version qui disparaît pour 1971 au profit de la LS 6 CV.
  • GLS/GLX : 60 ch, sièges à dossier inclinables, montre, allume-cigarettes, faux déflecteur arrière chromé, enjoliveurs larges de bas de caisse, joncs de passage de roues et couvre-jantes chromés.
  • ES (mars 1974) : 60 ch et présentation de type Spécial.
  • Spécial (juin 1970) : 75 ch, 3 ou 5 portes, appuie-têtes, projecteurs à iode encastrés dans la calandre et jantes à voile ajouré. Proposée initialement équipée de deux carburateurs Weber double corps (délicats à régler, notamment pour la synchronisation des ouvertures), elle fut remplacée après une légère augmentation de la cylindrée par une deuxième version a un seul carburateur. Lors de son lancement, c'était la plus rapide des berlines 7 CV.
  • TI (juillet 1973) : 82 ch, 3 ou 5 portes, nouveaux sièges, volant sport, jantes en alliage léger, 6 projecteurs à iode, déflecteur aérodynamique avant et calandre noir mat.
  • Commerciale tôlée (septembre 1967) puis Fourgonnette et Fourgonnette VF1.
  • Fourgonnette surélevée VF2 (février 1973) et pick-up bâché VF2 (décembre 1975).
  • Fourgonnette VF3 (juillet 1977) à toit rehaussé sur base VF2.

Export[modifier | modifier le code]

Une version fut vendue aux États-Unis de 1969 à 1971 sous le nom de Simca 1204[5],[6].

Au Royaume-Uni, les versions commerciales (VF1, VF2 et pick-up) ont été vendues sous la marque Dodge de 1976 à 1979, puis toujours en tant que véhicules Dodge, mais avec des badges Talbot de 1980 à 1982, et enfin uniquement sous l'appellation Talbot à partir de 1983[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Simca, un appétit d'oiseau, par Jacques Rousseau, Jacques Grancher éditeur.
  2. Guide Simca, par Michel G. Renou, éditions E.P.A.
  3. Shell, guide d'utilisation, février 1990.
  4. En photos sur le forum simca1100.forums1.net, le site (en) rootes-chrysler.co.uk, le site (es) pieldetoro.net et le forum (pl) samochodyswiata.pl.
  5. http://laurent.bunnik.perso.sfr.fr/sim11001.htm
  6. (en) « The SIMCA 1204 hits the United States ... and flops », sur rootes-chrysler.co.uk, site dédié à "toutes les marques automobiles qui sont devenues Chrysler Europe"' (consulté le 2 mai 2014)
  7. Dossier "Simca 1100 [5] : 1979-1985, à l'ombre de l'Horizon" dans le numéro 206 du magazine Gazoline

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Revue Technique Automobile, Simca 1100 - Spécial et TI 1968-1981.