Silvan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Silvan
Farqîn,Mayyâfâriqîn
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Région de l'Anatolie du sud-est
Province Diyarbakır
District Silvan
Maire
Mandat
Fadil Erdede, Parti pour la paix et la démocratie - BDP
2009-2014
Préfet Efkan Ala
2004
Indicatif téléphonique international +(90)
Plaque minéralogique 21
Démographie
Population 98 593 hab.
Géographie
Coordonnées 38° 08′ 34″ N 41° 00′ 26″ E / 38.142792, 41.007328 ()38° 08′ 34″ Nord 41° 00′ 26″ Est / 38.142792, 41.007328 ()  
Localisation
Districts de la province de Diyarbakır
Districts de la province de Diyarbakır

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 14.svg
Silvan

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 14.svg
Silvan
Liens
Site de la mairie http://www.silvan.bel.tr
Site du district http://www.silvan.gov.tr
Site de la province http://www.diyarbakir.gov.tr
Sources
« Index Mundi/Turquie »

Silvan appelée Np'rker en arménien : Նփրկերտ et Farqîn par les Kurdes abréviation de Mayyâfâriqîn[1], Meyafarqîn ou Mafarqîn est le chef-lieu de l'arrondissement de même nom dans la province de Diyarbakır en Turquie. À l'époque byzantine elle était connue sous le nom de Martyropolis[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les sources chrétiennes (syriaques, arméniennes et grecques) sur la fondation de Martyropolis sont nombreuses. Elle aurait été fondée sur l'emplacement d'un « grand village » appelé Maïferqat (en arménien Np'rkert) par l'évêque Marutha qui avait obtenu l'autorisation du roi de Perse Yazdgard Ier à la fin du IVe siècle. L'évêque rapporte les dépouilles des chrétiens victimes des persécutions en Perse. C'est ce qui lui vaut son nom de Martyropolis[3].

La ville prend de l'importance comme ville frontière sous Théodose II. Elle est prise par le Sassanide Kavadh Ier (502). Les fortifications de la ville sont renforcées par l'empereur byzantin Justin Ier ce qui n'empêche pas que la ville retombe aux mains des Sassanides en 589. Les byzantins récupèrent la ville deux ans après et la gardent jusqu'en 639[3].

En 639, sous le règne du calife Omar ibn al-Khattab la ville passe sous le contrôle des Arabes. Elle passe sous contrôle des Hamdanides en 935 puis des Bouyides en 978, puis des Marwanides en 983[3].

Les Marwanides font de Mayyafarikin leur capitale, ils réparent les remparts. La ville et toute la province de Diyarbakir sont prises en 1085 par le Seldjoukide Malik Shah. Pendant les années qui suivent la ville change de mains à plusieurs reprises au gré des rivalités entre clans seldjoukides et souverains locaux[3].

En 1118, les Artukides prennent la ville. Ils vont résister trente ans aux attaques de Zengi. L'Artukide Temür Tash fait construire le pont de Karamân près de Mayyafarikin, ce pont était une des merveilles de l'époque par ses dimensions. la dynastie reste en place mais préfère résider à Mardin, laissant un gouverneur à Mayyafarikin[3]. Ils échappent aux lutes entre Ayyoubides, Seldjoukides de Roum et Khwârazm-Shahs en acceptant en 1260 de se déclarer vassaux des Mongols. Les Artukides finissent par disparaître en 1408 sous les attaques des Qara Qoyunlu[4].

Avant le génocide arménien de 1915, près de 14 000 Arméniens peuplaient la région de Silvan ; ils furent tous massacrés [5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mayyâfâriqîn écrit Mayyafarikin par les Turcs car la lettre Q ne fait pas partie de l'alphabet de la langue turque moderne.
  2. Martyropolis, la ville des martyrs à cause des tombes de victimes chrétiennes de persécutions perses à la fin du IVe siècle.
  3. a, b, c, d et e Hilda Pearson, E. Van Donzel, Encyclopédie de L'islam, BRILL,‎ 1989, 295 p. (ISBN 9004088490, présentation en ligne, lire en ligne), p. 920, article Mayyafarikin
  4. Janine & Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, PUF, coll. « Quadrige »,‎ 2004, 1056 p. (ISBN 978-2-130-54536-1), p. 107, article Artuqides, Artukides ou Ortokides
  5. Raymond Haroutioun Kévorkian, Le Génocide des Arméniens, Odile Jacob, Paris, 2006 (ISBN 2-7381-1830-5), p. 449.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hilda Pearson, E. Van Donzel, Encyclopédie de L'islam, BRILL,‎ 1989, 295 p. (ISBN 9004088490, présentation en ligne, lire en ligne), p. 920, article Mayyafarikin
  • Janine & Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, PUF, coll. « Quadrige »,‎ 2004, 1056 p. (ISBN 978-2-130-54536-1), p. 107, article Artuqides, Artukides ou Ortokides

Article connexe[modifier | modifier le code]