Silly-en-Gouffern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Silly-en-Gouffern
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Exmes
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Haras du Pin
Maire
Mandat
Josette Lasseur
2008-2014
Code postal 61310
Code commune 61474
Démographie
Gentilé Silléens
Population
municipale
414 hab. (2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 20″ N 0° 04′ 13″ E / 48.7555555556, 0.0702777777778 ()48° 45′ 20″ Nord 0° 04′ 13″ Est / 48.7555555556, 0.0702777777778 ()  
Altitude Min. 159 m – Max. 246 m
Superficie 39,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Silly-en-Gouffern

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Silly-en-Gouffern

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Silly-en-Gouffern

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Silly-en-Gouffern

Silly-en-Gouffern est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie, peuplée de 414 habitants[Note 1] (les Silléens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 8 km à l'est d'Argentan, Silly-en-Gouffern s'étend sur 3 983 hectares dont près de 80 % de bois (3 107 hectares)[1] et s'étire sur 13,5 km depuis son extrémité nord-ouest touchant Bailleul jusqu'à son extrémité sud-ouest touchant Almenêches.

La plus grande partie de son territoire est occupée par la forêt de Gouffern. En son milieu, dans une petite bande de terre non boisée, coule la rivière l'Ure, d'est en ouest, à proximité de laquelle se situent le village et la plupart des maisons, et de part et d'autre de laquelle se trouvent la forêt de Petite Gouffern, au sud, et celle de Grande Gouffern, au nord. La commune est également traversée dans son axe est-ouest par la départementale 926 (ancienne route nationale 26).

Constituée de bocage dans sa partie non boisée, Silly-en-Gouffern se situe au Pays d'Auge où elle est à la lisière sud, en bordure de la plaine d'Argentan.

Le méridien zéro ou Méridien de Greenwich traverse la commune de Silly-en-Gouffern à son extrémité ouest (en Grande forêt de Gouffern au niveau de la route départementale D916, près de Sévigny).

Communes limitrophes de Silly-en-Gouffern[2]
Bailleul
Occagnes
Villedieu-lès-Bailleul, Tournai-sur-Dive,
Aubry-en-Exmes
Le Bourg-Saint-Léonard
Sévigny
Urou-et-Crennes
Sai
Silly-en-Gouffern[2] Le Pin-au-Haras
Aunou-le-Faucon Almenêches La Cochère

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve à Silly-en-Gouffern des traces très anciennes de peuplement, comme le menhir appelé « la Pierre levée », datant du Néolithique[3].

Des vestiges antiques furent également trouvés, notamment un camp romain près de Sainte-Eugénie[4],[5] et un autre camp gallo-romain au lieu-dit du « Chêne au Renard »[6]. C'est dans ce dernier lieu, situé sur la rive gauche de l'Ure, en Forêt de Petite Gouffern, à « un quart de lieue de l'ancienne abbaye », que fut découvert, en juillet 1830, un trésor d'au moins 5000 médailles romaines pesant 36 livres[5],[7],[8],[9]. Par ailleurs, une fontaine, appelée « fontaine de dévotion Saint-Laurent », porte l'inscription : « poste d'eau construit au-dessus et dans la substruction d'une très ancienne fontaine publique dont les restes ont été découverts et restaurés en 1897, faisait partie d'une station romaine, celle de Silius »[10].

L'abbaye de Silly-en-Gouffern, fondée vers 1150, était au Moyen Âge une importante abbaye normande.

Tombée aux mains des Anglais, Silly-en-Gouffern fut reprise par les Français en mai-août 1364[11].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1997 Roger Thomas    
1997 mars 2001 Gilbert Plivard    
en cours Josette Lasseur SE Secrétaire de mairie (retraitée)
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints.

Silly-en-Gouffern est l'une des seize communes de la communauté de communes du Pays du Haras du Pin. Avec cette communauté de communes, elle fait partie du Pays d’Argentan Pays d’Auge Ornais (PAPAO).

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 414 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Silly-en-Gouffern a compté jusqu'à 863 habitants en 1851. Elle est la plus peuplée, devant Le Bourg-Saint-Léonard, et de loin la plus vaste (devant Survie) des treize communes du canton d'Exmes.


           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
644 639 675 748 762 712 856 863 830
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
789 704 729 687 600 605 584 585 597
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
582 577 524 476 469 408 459 412 401
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
384 370 445 479 465 440 433 414 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[17].
  1. Source: Le canton d'Exmes sur le site France, le trésor des régions.
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. a et b Voir « Menhir dit la Pierre Levée (classé MH) » et « Menhir de la Pierre Levée (classé MH) », base Mérimée, ministère français de la Culture, voir aussi la section qui lui est consacrée dans l'article sur la forêt de Gouffern.
  4. Voir « Camp au lieu-dit Sainte-Eugénie à Silly-en-Gouffern », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  5. a et b Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France, « Notice sur quelques antiquités romaines de l'arrondissement d'Argentan (Orne) par M. Stanislas de Colleville », 1838, p. 81-82
  6. Voir « Camp gallo-romain au lieu-dit du « Chêne au Renard » », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. Lettre de M. Galeron à M. de Caumont du 26 juillet 1830, dans Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 1830, p. 336
  8. Joseph Odolant-Desnos, La France; description géographique, statistique et topographique, volume Orne, chez Verdière, 1834, p. 43
  9. Société de savants et de littérateurs de Rouen, de Caen et des principales villes de la Normandie, sous la direction de M. de Caumont, Revue normande, volume 1, 1830, article « Médailles romaines découvertes à Silly près d'Argentan », p. 135-136
  10. Voir « Fontaine de Dévotion Saint-Laurent à Silly-en-Gouffern », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. Alfred Coville, Les États de Normandie : leurs origines et leur développement au XIVe siècle, Paris, 1894 p. 328
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  14. Voir « Abbaye de Prémontrés Notre-Dame à Silly-en-Gouffern », base Mérimée, ministère français de la Culture. La date de fondation de l'abbaye varie selon les sources mais est toujours donnée avant 1151. Voir aussi concernant l'histoire de cette abbaye : Recherches historiques sur la ville de Séez par M. de Maurey d'Orville, 1829, p. 317-320.
  15. « Œuvres mobilières à Silly-en-Gouffern », base Palissy, ministère français de la Culture.
  16. « 2 retables, 2 tableaux : Saint Norbert recevant la règle des Prémontrés des mains de saint Augustin, La Mort de saint Joseph », base Palissy, ministère français de la Culture,« Maître-autel, gradin, retable, bas-reliefs, statues : saint Augustin et saint Norbert, tableau : La Transfiguration », base Palissy, ministère français de la Culture
  17. « Silly-en-Gouffern sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :