Sillon de Talbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Réserve naturelle régionale du Sillon de Talbert
Image illustrative de l'article Sillon de Talbert
Vue aérienne à marée basse
Catégorie UICN IV (aire de gestion des habitats/espèces)[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Ville proche Pleubian
Coordonnées 48° 52′ 40″ N 3° 04′ 44″ O / 48.8778, -3.0788948° 52′ 40″ Nord 3° 04′ 44″ Ouest / 48.8778, -3.07889  
Superficie 18,73 ha[1]
Création 22 décembre 2006[1]
Administration Commune de Pleubian

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Réserve naturelle régionale du Sillon de Talbert

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Réserve naturelle régionale du Sillon de Talbert

Le Sillon de Talbert est un cordon littoral formé de galets et de sable situé dans les Côtes-d'Armor sur la commune de Pleubian. Il se trouve entre les débouchés de deux rivières, le Trieux et le Jaudy dont l'action des courants, combiné à la marée, ont favorisé sa création par érosion littorale. Il s'étend vers le nord-est dans la Manche sur environ 3,2 km de long pour une largeur moyenne de 100 m et une hauteur d'environ 10 m.

Cette structure écopaysagère particulière est à la fois un site d’intérêt écologique et une curiosité géologique. Elle est désormais protégée avec la création en 2006 de la Réserve naturelle régionale du Sillon de Talbert qui couvre une superficie de plus de 18 hectares (hors surface couverte par le domaine public maritime).

Vue aérienne à marée haute

Cette langue sableuse et de galets protège également le littoral de l’érosion et des vagues, spécialement durant les grandes marées. Il offre une zone maritime presque toujours calme entre l'est du Sillon et l'île de Bréhat située 5 km au sud-est. La langue est bordée au nord par plusieurs rochers rendant la navigation côtière délicate et auxquels elle était autrefois reliée. À trois kilomètres au nord se trouvent les récifs des Épées de Tréguier sur lesquels est bâti le phare des Héaux de Bréhat marquant l'entrée ouest de la baie de Saint-Brieuc.

Le sillon de Talbert constitue le point continental le plus septentrional de la Bretagne.

Réserve naturelle[modifier | modifier le code]

Article général Pour des articles plus généraux, voir réserve naturelle et réserve naturelle régionale.

La Réserve naturelle régionale du Sillon de Talbert (RNR 182) est une réserve naturelle régionale (RNR) de la région Bretagne. Elle couvre une superficie de plus de 18 hectares et n'a une emprise foncière que sur une seule commune, Pleubian (surface couverte par le domaine public maritime non connue).

Histoire du site et de la réserve[modifier | modifier le code]

Lors de la dernière glaciation, il y a 20 000 ans, le niveau de la mer était environ 120 m plus bas qu'actuellement. Les températures basses et le gel ont provoqué l'éclatement des roches en place qui ont laissé des volumes importants de déblais. Lors de la remontée du niveau marin qui a suivi la glaciation, les vagues et les courants ont émoussé les débris et les ont transportés jusqu'à former un cordon. Celui-ci joignait jusqu'au milieu du XVIIIe siècle les îlots d'Olonne mais il fut brisé lors d'une tempête ce qui le transforma en flèche littorale à pointe libre.

Les galets du sillon de Talbert ont été utilisés pendant des siècles comme matériau de construction jusqu'à ce qu'un arrêté préfectoral de 1907 en arrête l'exploitation [réf. souhaitée].

Cette formation de galets dite « sillon » constitue un habitat rare et même exceptionnel en Europe, ce qui explique son classement dans le réseau Natura 2000. Il est actuellement en cours de protection et restauration et a été classé en réserve naturelle régionale le 22 décembre 2006.

Écologie (biodiversité, intérêt écopaysager)[modifier | modifier le code]

Le sillon de Talbert

Flore[modifier | modifier le code]

Le sillon de Talbert présente un intérêt botanique et comprend deux ensembles végétaux différents : une végétation dunaire à la base du sillon et une végétation spécialisée plus en avant du site. Parmi la végétation dunaire on trouve la renouée de Ray (espèce protégée au niveau national) et le chardon bleu (espèce protégée au niveau régional).

La végétation spécialisée se compose notamment de chou marin, aussi appelé crambe maritime, une espèce botanique protégée au niveau national et régional[2] qui recouvrait autrefois une partie du Sillon de Talbert.

Les eaux entourant le sillon possèdent une forte diversité d'algues. Environ 400 espèces différentes y sont recensées.

Faune[modifier | modifier le code]

Le sillon est situé sur un couloir de migration des oiseaux d'importance majeure pour l'Europe de l'Ouest. Il sert d'étape et reposoir mais aussi de site de nidification pour un grand nombre d'oiseaux migrateurs et en particulier pour 4 espèces remarquables : la Sterne naine (un des 2 seuls sites en Bretagne), la Sterne pierregarin, le Grand gravelot et le Gravelot à collier interrompu[3].

Mais il est également possible d'observer (et écouter) pipits maritimes et alouettes, huîtriers-pie et courlis[4].

Administration, Plan de gestion, règlement..[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle est gérée par la commune de Pleubian.

Outils et statut juridique[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle a été créée par une délibération du Conseil régional du 22 décembre 2006.

Intérêt touristique[modifier | modifier le code]

Il est lié à l'intérêt géomorphologique du site et à son intérêt écologique, mais une fréquentation importante du site peut nuire à la fréquentation des oiseaux et à la flore particulière qui s'y développe ou pourrait s'y développer. On estime à 80 % la végétation spécifique de la dune qui a disparu depuis 40 ans, en grande partie à cause du piétinement[5]. C'est d'ailleurs pour protéger le site que les chiens doivent être tenus en laisse et qu'ils sont même interdits du 15 avril au 1er août, au plus fort de la période de reproduction des oiseaux.

Il faut compter environ une bonne heure pour atteindre l'extrémité du sillon. Il peut être parcouru à tout moment de la marée comme il n'est jamais recouvert par la mer.

Galerie de photo[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

BEAULIEU (F. de). Le sillon de Talbert, ArMen, n° 112, 2000.

STÉPHAN P., SUANEZ S., FICHAUT B. (2010) - Franchissement et recul des cordons de galets par rollover. Impact de la tempête du 10 mars 2008 dans l'évolution récent du sillon de Talbert (Côtes-d'Armor, Bretagne), Norois, n° 215, p. 59-75.

STÉPHAN P., SUANEZ S., FICHAUT B. (2012) - Long-term morphodynamic evolution of the Sillon de Talbert gravel barrier (Brittany, France), Shore & Beach, vol. 80, n° 1, p. 19-36.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b et c Muséum national d'Histoire naturelle, « Sillon de Talbert (FR9300002) », sur Inventaire national du Patrimoine naturel,‎ 2003+ (consulté le 7 janvier 2014)
  2. « Sillon de Talbert », sur Réserves Naturelles de France,‎ 15/08/2014 (consulté le 15/08/2014)
  3. http://www.reserves-naturelles.org/sillon-de-talbert
  4. http://www.presquile-de-lezardrieux.com/index.php3?codepage=520
  5. « Office de Tourisme Presqu'île de Lézardrieux - Sillon de Talbert », sur http://www.presquile-de-lezardrieux.com,‎ 22/08/2014 (consulté le 22/08/2014)