Silas Weir Mitchell (médecin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Silas Weir Mitchell et Mitchell.
Silas Weir Mitchell (1829-1914)

Silas Weir Mitchell, né le 15 février 1829 à Philadelphie, Pennsylvanie et mort le 4 janvier 1914, est un médecin neurologue et écrivain américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du médecin John Kearsley Mitchell (1798–1858), il fit ses études à l'Université de Pennsylvanie et obtint son diplôme de médecin au Jefferson Medical College en 1850. Pendant la Guerre de Sécession, il est chargé des maladies et traumatismes nerveux au Turners Lane Hospital de Philadelphie et à la fin de la guerre il se spécialise en neurologie. Dans cette spécialité, il se rendit célèbre par l'introduction de la cure de repos dans le traitement des maladies nerveuses, notamment de l'hystérie. Ce traitement consistait en un isolement des malades, un confinement au lit, un régime et des massages. Il fut adopté par la suite dans le monde médical. Parmi ses écrits médicaux on peut citer : Les lésions des nerfs et leurs conséquences (Injuries of Nerves and Their Consequences, 1872) et La graisse et le sang (Fat and Blood, 1877). L'érythromélalgie, une maladie circulatoire des extrémités a été nommée « maladie de Mitchell » en son honneur.

Son œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

En 1863, il publie dans le Magazine Atlantic Monthly une courte nouvelle pleine d'intelligence, combinant l'analyse de problèmes psychologiques et physiologiques, intitulée Le cas de George Dedlow (The Case of George Dedlow). Désormais ses productions écrites se partagent entre sa profession première de médecin et celle, nouvelle, d'écrivain. Dans le domaine médical, il rédige des monographies sur le poison des crotales, sur l'hygiène intellectuelle, sur les blessures des nerfs, sur la neurasthénie, sur les maladies nerveuses de la femme, sur les effets des blessures par balle sur le système nerveux et sur les relations entre infirmière, médecin et patient. Sur un plan plus littéraire il écrit des histoires pour la jeunesse, plusieurs volumes respectables de poèmes et de la fiction en prose de valeur diverse, qui lui donnent une place notable parmi les auteurs américains de la fin de la XIXe siècle. Ses romans historiques,Hugh Wynne, Free Quaker (1897), Les aventures de François (The Adventures of François, 1898) et La ville rouge (Red City, 1909), se placent à un rang élevé dans ce genre de fiction.

Il fut le médecin de Charlotte Perkins Gilman à qui il precrivit une cure de repos, ce qui donna à la patiente l'idée d'une nouvelle le papier peint jaune, (The Yellow Wallpaper), dans laquelle la narratrice est rendue folle par sa cure de repos.

Son rôle de mécène[modifier | modifier le code]


Seventy Year Ago (La tante Sallie dans la chaise du Dr. M.) Tableau de 1877 par Thomas Eakins, Université de Princeton.

S.W. Mitchell était l'ami et le protecteur du peintre Thomas Eakins. Lorsque ce dernier fut renvoyé de l'Académie des Beaux-Arts de Pennsylvanie, il aurait suggéré à l'artiste un voyage dans les Badlands du Dakota du Nord. Mitchell était le propriétaire de la chaise de Chippendale de Philadelphie représentée dans plusieurs tableaux d'Eakins comme William Rush et son modèle (1877) et le bas-relief tricotage (1883).

John Singer Sargent a peint deux portraits de Mitchell. L'un fait partie de la collection du Collège des médecins de Philadelphie, l'autre, commandé par la compagnie mutuelle d'assurances de Philadelphie en 1902, a été vendu en 2009.

En mémoire de sa fille Maria, Mitchell a commandé un monument au sculpteur Augustus Saint-Gaudens, L'Ange de la Pureté (une version en marbre blanc de Caritas Amor), qui se trouve maintenant au Philadelphia Museum of Art[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le rôle éminent du Dr. Mitchell dans le domaine des sciences et des lettres fut reconnu par des titres honorifiques qui lui furent conférés par diverses universités américaines et étrangères et par le titre de membre actif ou honoraire de plusieurs sociétés savantes. En 1887 il fut président de l'association américaine des médecins (Association of American Physicians) et en 1908-1909, président de l'association neurologique américaine (American Neurological Association).

Éponymie[modifier | modifier le code]

  • Peau de Weir Mitchell : peau rouge, luisante et moite observée dans des cas de lésion incomplète irritative d'un nerf.
  • Traitement de Weir Mitchell ou cure de repos : méthode de traitement de la neurasthénie et de l'hystérie par un repos absolu au lit, une alimentation fréquente et abondante et un usage systématique des massages et de l'électricité.
  • Maladie de Mitchell : autre nom de l'érythromélalgie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Tous les ouvrages cités sont en anglais.

  • A Catalogue of the Scientific and Literary Work of S. Weir Mitchell (Philadelphie, 1894)
  • Talcott Williams. Dr. S. Weir Mitchell in The Century Magazine, volume vii, (New York, 1898)
  • Talcott Williams. Articles publiés dans The Book News Monthly, volume xxvi, (Philadelphie, 1907)
  • Ellis Paxson Oberholtzer. Personal Memories of Weir Mitchell in The Bookman, volume xxxix (New York, 1914)
  • B. R. Tucker, S. Weir Mitchell (Boston, 1914)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Nathan Hale : Freud et les américains : L'Implantation de la psychanalyse aux États-Unis, Éd.: Les Empêcheurs de penser en rond, 2002, ISBN 2-84671-023-6

Sur les autres projets Wikimedia :