Silésie (province)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

51° 07′ 00″ N 17° 02′ 00″ E / 51.11666667, 17.03333333 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Silésie (homonymie).
La province de Silésie (en rouge) au sein du Royaume de Prusse (en bleu)

La provine de Silésie (en allemand : Provinz Schlesien) est une ancienne province du Royaume de Prusse (en allemand : Königreich Preußen) et de l'État libre de Prusse (en allemand : Freistaat Preußen), dont la capitale était Breslau (Wrocław aujourd'hui).

La province de Silésie fut créée par le règlement du 30 avril 1815 (en allemand : Verordnung wegen verbesserter Einrichtung der Provinzial-Behörden, vom 30. April 1815). Ce règlement la divisa en quatre quatre districts et définit leur territoire respectif :

  • Le district de Basse-Silésie (en allemand : Regierung in Nieder-Schlesien zu Liegnitz) ou de Liegnitz (Legnica) comprenait les cercles de Löwenberg, Bunzlau, Goldberg, Liegnitz, Lüben, Glogau, Sprottau, Sagan, Freistadt et Grüneberg ainsi que la partie orientale de la Haute-Lusace prussienne ; la seigneurie de Hoyerswerda et de la partie de la Haute-Lusace prussienne située à l'Ouest de celle-ci étant incorporées au district de la Nouvelle-Marche et de la Lusace (en allemand : Regierung in der Neumark und Lausitz zu Frankfurt) ou de Francfort-sur-l'Oder, de même que le cercle de Schwiebus ;
  • Le districts de Moyenne-Silésie (en allemand : Regierung in Mittel-Schlesien zu Breslau) ou de Breslau (Wrocław) comprenait les cercles de Neumarkt, Breslau, Ohlau (avec Wansen), Strehlen, Brieg, Ramslau, Oels, Wartenberg, Trebnitz, Militsch, Wohlau, Steinau et Guhrau ;
  • Le districts de Haute-Silésie (en allemand : Regierung in Ober-Schlesien zu Oppeln) ou d'Oppeln (Opole) comprenait les cercles Kreuzburg, Rosenberg, Lublinitz, Beuthen, Pleß, Ratibor, Leobschütz, Cosel, Tost, Groß-Strehlitz, Oppeln, Falkenberg, Neustadt, Neiße et Grottkau (sans Wansen) ;
  • Le district des Montagnes de Silésie (en allemand : Regierung im Schlesischen Gebirge zu Reichenbach) ou de Reichenbach (Dzierżoniów) comprenait les cercles de Nimptsch, Münsterberg, Frankenstein, Reichenbach, Schweidnitz, Striegau, Bolkenhain, Hirschberg, Jauer ainsi que le comté de Glatz.

Le 14 octobre 1919, l'Assemblée constituante prussienne (en allemand : verfassunggebende preußische Landesversammlung) adopta une loi (en allemand : Gesetz betreffend der Errichtung einer Provinz Oberschlesien, von 14. october 1919) érigeant le district d'Oppeln en province et divisant ainsi la province de Silésie en deux provinces distinctes :

L'article 32 de la Constitution de l'État libre de Prusse du 30 novembre 1920 confirma la division de la province de Silésie en deux provinces en prévoyant leur représentation au Conseil d'État (en allemand : Staatsrat)[1].

En application de l'article 83 du traité de Versailles du 28 juin 1919, la province de Haute-Silésie fut amputée du territoire d'Hultschin (en allemand : Hultschiner Ländchen ; en tchèque : Hlučínsko ; en polonais : Kraik hulczyński), cédé au nouvel État tchéco-slovaque. Ce territoire, partie méridionale du cercle de Ratibor (en allemand : Kreis Ratibor), comprenait : une ville (en allemand : Stadtgemeinde), trente-sept communes rurales (en allemand : Landgemeinden) et trente domaines (en allemand : Gutsbezirke).

D'autre part, la province de Haute-Silésie fut amputée de deux tiers de la Haute-Silésie-Orientale (en allemand : Ostoberschlesien).

Ce territoire, d'une superficie de 10 885,80 km², comprenait :

  • Le district d'Oppeln, à l'exception :
    • Des trois cercles de Falkenberg, Grottkau et de Neisse ;
    • De la partie orientale du cercle de Neustadt ;
    • De la partie méridionale du cercle de Ratibor, correspondant au territoire d'Hultschin.

Le plébiscite du 20 mars 1921 donna 59,6 % des voix pour le maintien en Allemagne et 40,4 % pour le rattachement à la Pologne.

En application du 7° de l'article 27 du traité de Versailles du 28 juin 1919, entré en vigueur en janvier 1920, la province de Basse-Silésie fut amputée des territoires suivants, cédés au nouvel État polonais :

  • Une partie du cercle de Groß Wartenberg (en allemand : Kreis Groß Wartenberg) : après la démarcation définitive du 17 juillet 1920, les communes rurales (en allemand : Landgemeinden) de Kunzendorf (Dziadowa Kłoda) et de Schleise (Ślizów, aujourd'hui partie de Syców) firent retour au cercle de Groß Wartenberg ;
  • Le territoire de Reichthal (en allemand : Reichthaler Ländchen), partie septentrionale du cercle de Namslau (en allemand : Kreis Namslau), d'une superficie de 85 km², comprenant : la ville (en allemand : Stadtgemeinde) Reichthal (Rychtal), les neuf communes rurales (en allemand : Landgemeinden) de Butschkau, Dörnberg (Darnowiec), Droschkau (Drozki), Herzberg (Stogniewice), Kreuzendorf (Krzynowniki), Proschau (Proszow), Schadegur (Sadogora), Sgorsellitz (Zgorzelec), Skorischau (Skoroszow) ainsi que les domaines (en allemand : Gutsbezirke) de Droschkau, Groß Butschkau (Buczek Wik), Klein Butschkau, Schadegur, Sgorsellitz et une partie de celui de Skorischau ;
  • Une partie du cercle de Guhrau (en allemand : Kreis Guhrau) : les quatre communes rurales (en allemand : Landgemeinden) de Gabel, Katschkau, Roniken et Triebusch ainsi que les trois domaines (en allemand : Gutsbezirke) de Gabel, Roniken et Triebusch ;
  • Une partie du cercle de Militsch (en allemand : Kreis Militsch).

Les deux provinces de Haute-Silésie et de de Basse-Silésie furent provisoirement réunifiées entre 1938 et 1941.

Territoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la province de Silésie recouvrait :

  • La Silésie prussienne, avec le comté de Glatz (en allemand : Grafschaft Glatz) ;
  • La Haute-Lusace prussienne.

Silésie prussienne[modifier | modifier le code]

La Silésie prussienne (en allemand : Preußisch-Schlesien) correspondait à la partie de l'ancien duché de Silésie (en allemand : Herzogtum Schlesien) cédée au roi de Prusse, Frédéric II, en tant que prince-électeur de Brandebourg, par l'archiduchesse d'Autriche et impératrice consort du Saint-Empire romain germanique, Marie-Thérèse, en tant que reine de Bohême, après la première guerre de Silésie, par les préliminaire de paix de Breslau, du 11 juin 1742, confirmé par le traité de paix définitif de Berlin, du 28 juillet suivant, et délimité par le recès de Ratibor (en allemand : Schlesischer Grenz-Recess), du 6 décembre suivant.

La cession fut confirmée, après la deuxième guerre de Silésie, par le traité de Dresde du 25 décembre 1745 et, après la troisième guerre de Silésie et la guerre de Sept Ans, par le traité de Hubertsbourg du 15 février 1763.

Elle comprenait :

  • En Basse-Silésie (en allemand : Niederschlesien) :
  • En Haute-Silésie (en allemand : Oberschlesien) :
    • Trois principautés immédiates : Münsterberg (Ziębice), Oppeln (Opole) et Ratibor (Racibórz) ;
    • Trois principauté médiates : la partie prussienne des deux principautés de Jägerndorf (Krnov) et de Troppau (Opava), situé en deçà de l'Oppa, formant, avec l’ancien district morave de Katscher (Kietrz), le cercle de Leobschütz (Głubczyce), ainsi que la partie prussienne de la principauté de Neisse (Neiße) ;
    • Deux baronnies ou grandes baronnies : Pless (Pleß) et Beuthen (Bytom) ;
    • Deux seigneuries franches ou petites baronnies : Loslau (Wodzisław Śląski) et la partie prussienne d’Oderberg (Bohumín) ;
  • Le comté de Glatz (en allemand : Grafschaft Glatz).

Ainsi délimitée, la Silésie prussienne ne comprenait qu'une partie des anciens duchés silésiens :

  • Le Brandebourg (en allemand : Provinz Brandenburg), province du royaume de Prusse, comprenait l'ancien duché de Crossen (en allemand : Herzogtum Crossen), incorporé à la Nouvelle-Marche (en allemand : Neumark) en 1482 ;
  • Le duché de Haute et de Basse-Silésie (en allemand : Herzogtum Ober- und Niederschlesien), ancien pays de la Couronne de Bohême, partie de l'Empire d'Autriche, comprenait :
  • Le Royaume de Galicie et de Lodomérie (en allemand : Königreich Galizien und Lodomerien ; en polonais : Królestwo Galicji i Lodomerii), dépendance de l'archiduché d'Autriche, partie de l'Empire d'Autriche, comprenait les deux duchés d'Auschwitz (en allemand : Herzogtum Auschwitz ; en polonais : Księstwo Oświęcimskie) et de Zator (en allemand : Herzogtum Zator ; en polonais : Księstwo Zatorskie), acquis par l'Autriche lors du premier partage de la Pologne  ;
  • Le Royaume de Pologne (en polonais : Królestwo Polskie ; en russe : Царство Польское ou Tsarstvo Polskoye), en union personnelle avec l'Empire russe, comprenait l'ancien duché de Siewierz (en allemand : Herzogtum Sewerien ; en polonais : Księstwo Siewierskie), acquis par la Prusse lors du troisième partage de la Pologne, partie de l'ancienne province prussienne de Nouvelle-Silésie (en allemand : Neuschlesien ; en polonais : Nowy Śląsk), cédé au duché de Varsovie (en allemand : Herzogtum Warschau ; en polonais : Księstwo Warszawskie) par le traité de Tilsit du 9 juillet 1807, partie du département de Kalisz.

En revanche, la Silésie prussienne comprenait une partie de l'ancien district morave de Katscher.

Haute-Lusace prussienne[modifier | modifier le code]

La Haute-Lusace prussienne correspondait à la partie septentrionale du margraviat de Haute-Lusace (en allemand : Markgrafschaft Oberlausitz), cédé par le royaume de Saxe (en allemand : Königreich Sachsen) par le traité de Vienne du 18 mai 1815, confirmé par l'acte final du Congrès de Vienne du 9 juin 1815.

Elle comprenait :

Subdivisions[modifier | modifier le code]

La province de Silésie était divisée en districts, subdivisés en cercles comprenant une ou plusieurs communes.

District de Breslau[modifier | modifier le code]

Le district de Breslau (en allemand : Regierungsbezirk Breslau) était subdivisé dix-sept cercles ou arrondissements : Breslau-Ville (en allemand : Stadtkreis Breslau), Breslau-Campagne (en allemand : Landkreis Breslau), Brieg (Brzeg), Guhrau (Góra), Habelschwerdt (Bystrzyca Kłodzka), Militsch (Milicz), Namslau (Namysłów), Neumarkt Środa Śląska), Neurode (Nowa Ruda), Öls (Oleśnica), Ohlau (Oława), Polnisch Wartenberg (Syców), Steinau (Ścinawa), Strehlen (Strzelin), Trebnitz (Trzebnica), Waldenburg (Wałbrzych) et Wohlau (Wołów).

District de Liegnitz[modifier | modifier le code]

Le district de Liegnitz (en allemand : Regierungsbezirk Liegnitz) était subdivisé en quinze cercles ou arrondissements : Liegnitz-Ville (en allemand : Stadtkreis Liegnitz), Liegnitz-Campagne (en allemand : Landkreis Liegnitz), Bunzlau (Bolesławiec), Freystadt (Kożuchów), Glogau (Głogów), Görlitz, Goldberg (Złotoryja), Grünberg (Zielona Góra), Hoyerswerda, Lauban (Lubań), Löwenberg (Lwówek Śląski), Lüben (Lubin), Rothenburg, Sagan (Żagań) et Sprottau (Szprotawa).

District d'Oppeln[modifier | modifier le code]

Le district d'Oppeln (en allemand : Regierungsbezirk Oppeln) était subdivisé en douze cercles ou arrondissements : Beuthen (Bytom), Cosel (Koźle), Falkenberg (Niemodlin), Groß Strehlitz (Strzelce Opolskie), Grottkau (Grodków), Leobschütz (Głubczyce), Lublinitz (Lubliniec), Neisse (Nysa), Neustadt (Prudnik), Oppeln (Opole), Pleß (Pszczyna) et Ratibor (Racibórz).

District de Reichenbach[modifier | modifier le code]

Le district des montagnes de Silésie (en allemand : Regierung des Schlesischen Gebirges zu Reichenbach) ou district de Reichenbach (en allemand : Regierungsbezirk Reichenbach) était subdivisé en dix cercles ou arrondissements :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Constitution de l'État libre de Prusse du 30 novembre 1920, chapitre IV : Le Conseil d'État, article 32, paragraphe 1er : « Il faut entendre par provinces : la Prusse-Orientale, le Brandebourg, la ville de Berlin, la Poméranie, la Marche-frontière de Posnanie-Prusse-Orientale, la Basse-Silésie, la Haute-Silésie, la Saxe, le Schleswig-Holstein, le Hanovre, la Westphalie, la Province rhénane et la Hesse-Nassau ».