Sikorsky MH-53 Pave Low

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sikorsky MH-53)
Aller à : navigation, rechercher
HH-53 « Super Jolly Green Giant »
MH-53 « Pave Low »
Image illustrative de l'article Sikorsky MH-53 Pave Low
MH-53M à Manama, au Bahreïn

Rôle Hélicoptère de transport lourd
Constructeur Drapeau : États-Unis Sikorsky Aircraft Corporation
Premier vol 14 octobre 1964
Date de retrait 30 septembre 2008
Coût unitaire MH-53J : 40 millions de dollars US (2001)[1]
Nombre construit 72
Équipage
six (deux pilotes, deux mécaniciens embarqués et deux mitrailleurs) + 37 hommes (55 en configuration alternative)
Motorisation
Moteur T64-GE-100
Nombre deux
Type Turbine à gaz
Puissance unitaire 4 330 ch
Nombre de pales 6
Dimensions
Image illustrative de l'article Sikorsky MH-53 Pave Low
Diamètre du rotor 18 m
Longueur 20 m
Hauteur 4 m
Masses
À vide 14 515 kg
Charge utile 16 000[2] kg
Maximale 21 000 kg
Performances
Vitesse de croisière 278 km/h
Vitesse maximale 315 km/h
Plafond 4 900 m
Distance franchissable 1 100 km
Armement
Interne Combinaison de trois mini canons de 7,62 mm ou de mitrailleuses calibre .50 BMG (12,7 mm) montées sur les flancs

La série d'hélicoptères de combat, recherche et sauvetage Sikorsky MH-53 Pave Low fut produite par Sikorsky Aircraft Corporation jusqu'en octobre 2008[1] pour le compte de l'Armée de l'air américaine. Basée sur une version améliorée du HH-53B/C, variante du Sikorsky CH-53 Sea Stallion ; le Sikorsky HH-53 Super Jolly Green Giant a été initialement conçu pour remplacer le Sikorsky HH-3 Jolly Green Giant. Pave étant un code de l'USAF désignant un système d'armement vaste et recourant à l'électronique de pointe.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

L'US Air Force a passé commande de variantes des HH-53B et HH-53C pour ses missions de recherche et sauvetage et a dans le même temps développé le MH-53J Pave Low pour des missions d'opérations spéciales.

Les missions du Pave Low s'effectuent à basse altitude, sur de longues distances ; elles consistent à pénétrer dans des zones hostiles sans se faire détecter, de jour, de nuit ou par mauvais temps, pour des opérations d'infiltration, d'exfiltration et de ravitaillement des équipes des opérations spéciales. Les Pave Lows travaillent souvent en liaison avec des AC-130 pour bénéficier d'un appui tactique au combat ainsi que d'un support pour la navigation, les communications et le ravitaillement en vol[3],[4],[5].

Même si, le Pave Low est officiellement connu sous la dénomination « Stallion », l'éclairage vert de la cabine lors des opérations nocturnes des HH-53B lui a valu le surnom de « Super Jolly Green Giant ». Ce nom est une référence à un appareil plus ancien, le HH-3F « Jolly Green Giant », une variante du H-3 Sea King, utilisé dans la guerre du Viêt Nam pour des missions similaires.

HH-53B[modifier | modifier le code]

Un MH-53M Pave Low au Memorial Air Park d'Hurlburt Field en Floride.

L'US Air Force a accueilli favorablement le nouveau Sikorsky S-61R/HH-3E Jolly Green Giant dès son intégration, et en 1966, attribua un contrat à Sikorsky pour le développement d'une variante du CH-53A[6].

Le HH-53B, tel qu'il fut conçu, comportait :

  • Une sonde de ravitaillement en vol escamotable sur le côté droit du nez.
  • Des réservoirs largables avec une capacité de 2461 litres.
  • Un treuil de sauvetage sur le côté droit, équipé d'un câble en acier de 76 m.
  • Trois supports General Electric GAU-2, pour équiper l'hélicoptère de canons de type Gatling de 7,62 mm à six tubes.
  • Un blindage pesant 544 kilos.
  • Un radar Doppler de navigation dans le ventre de l'appareil.

Initialement équipés de moteurs T64-GE-3 de 3080 chevaux, ils furent par la suite équipés de moteurs T64-GE-7 développant 3925 chevaux. L'équipage se composait de cinq membres, incluant un pilote, un copilote, un chef d'équipage, et deux sauveteurs embarqués en mission[6].

En attendant la livraison de leurs HH-53B, les forces aériennes obtinrent deux CH-53A d'évaluation et de formation.
Le premier des huit HH-53B effectua son premier vol le 15 mars 1967 en Asie du Sud où il œuvra à des opérations de combat clandestines.

HH-53C[modifier | modifier le code]

Un HM-53E Sea Dragon en opération de dragage de mine dans le golfe persique.

La différence la plus visible entre les HH-53B et les HH-53C concernait le réservoir de carburant dont l'expérience révéla qu'il était trop gros et mettait ainsi à mal les performances de l'appareil, un plus petit de 1700 litres fut adopté à la place. D'autres changements inclurent un renforcement du blindage et un matériel radio plus performant pour permettre les communications longue distance avec les C-130 ravitailleurs, les chasseurs d'appui et les unités au sol[6].

Un total de 44 HH-53C fut produit à partir de 1968. Vers la fin de la guerre, ils étaient munis de contre-mesures pour faire face aux missiles à tête chercheuse thermique. Comme pour le HH-53B, le HH-53C a également été utilisé pour des opérations secrètes d'infiltration, ainsi que de récupération de drones de reconnaissance. Quelques-uns ont également été affectés au soutien du programme spatial Apollo, pour récupérer le module en cas de problème.

En addition aux HH-53C livrés, l'Air Force obtint 20 CH-53C pour des opérations de transport. Très similaire au HH-53C, le CH-53C ne possédait cependant pas de perche de ravitaillement. Les CH-53C furent ensuite utilisés pour des opérations de couverture avec un armement et un blindage accru.

Un HH-53 au Viêt Nam en octobre 1972.

Les Super Jollies échouèrent cependant en 1970 lors de l'opération Ivory Coast pour secourir des prisonniers de guerre du camp nord-vietnamien de Son Tay car ceux-ci avaient été déplacés entre temps. Ce fut cependant un véritable succès tactique. Pendant le conflit, 17 Super Jollies furent abattus, dont un par un MiG-21 le 28 janvier 1970 au dessus du Laos.

Les HH-53B, HH-53C, et CH-53C restèrent en service à la fin des années 1980. Ceux pour les opérations d'attaque étaient camouflés alors que ceux utilisés pour des missions de secours étaient repeints en gris avec une bande jaune.

HH/MH-53H[modifier | modifier le code]

Un CH-53 transportant la carcasse d'un MH-53 endommagé

Les Super Jollies furent très utiles dans les opérations au Viêt Nam, mais ils étaient nettement moins efficaces par mauvais temps ou lors des opérations nocturnes du fait de leur système de senseurs Pave Low I peu efficace.

En 1975, un HH-53B fut équipé du système plus évolué Pave Low II et requalifié YHH-53H. Cet exercice fut jugé satisfaisant et huit HH-53C en furent équipés. Ces HH-53H Pave Low III furent opérationnels dès le premier juillet 1980 et furent transférés vers le 1st Special Operations Wing à la suite du désastre de l'Opération Eagle Claw. Deux des HH-53H furent perdus en cours d'entraînement en 1984 mais furent remplacés par deux autres HH-53H.

Les HH-53H retenus furent équipés de sondes de ravitaillement en vol, de réservoirs de carburant externes, d'un treuil de sauvetage, et de canons Browning de calibre .50 (12,7 mm)

MH-53J/M[modifier | modifier le code]

Un MH-53J Pave Low IIIE du 551e Special Operations Squadron lors d'une mission d'entraînement.
Un MH-53 Pave Low du 352e Special Operations Group de la RAF approchant un MC-130P lors d'un exercice de ravitaillement en 2004.

Le MH-53J Pave Low III est le plus gros et le plus puissant hélicoptère de l'US Air Force ; c'est également le plus avancé technologiquement ; équipé d'un système de senseurs infrarouges, il peut se déplacer en terrain difficile avec une grande agilité et à très faible altitude compte tenu de sa taille. L'Air Force modifia également neuf MH-53H et 32 HH-53 pour des opérations de nuit et par mauvais temps. Ces modifications portaient sur l'ajout d'un système de visée nocturne infrarouge, d'un système de navigation inertiel, d'un système de géolocalisation, d'un système doppler de navigation, ainsi que de nombreux autres système de navigation, d'avionique et d'acquisition de cibles.

La mission principale du MH-53J était de déposer, soutenir, et récupérer les forces spéciales derrière les lignes ennemies, il avait également la capacité d'engager l'ennemi et d'effectuer des missions de recherche et de sauvetage. Il pouvait transporter 38 soldats et jusqu'à neuf tonnes d'emport, se déplacer à plus de 260 km/h jusqu'à 16000 pieds (4 900 m). La dernière mission du MH-53 Pave Low s'effectua le 27 septembre 2008, six unités fournirent un appui aux forces d'opérations spéciales en Irak[1].

Versions[modifier | modifier le code]

Deux MH-53 Pave Low lors de leur dernière mission en Irak en septembre 2008.
  • TH-53A : version d'entraînement de l'US Air Force
  • HH-53B : CH-53A affecté aux missions de recherche et de sauvetage
  • CH-53C : version lourde construite à 22 exemplaire
  • HH-53C : Super Jolly Green Giant
  • S-65-C2 : version destinée à l'Autriche et à Israël
  • S-65-C3 : version destinée à Israël
  • YHH-53H : prototype du Pave Low I
  • HH-53H : infiltrateur nocturne Pave Low II
  • MH-53H : autre version du HH-53H
  • MH-53J : Pave Low III destiné aux opérations spéciales[7],[8],[9]
  • MH-53M : Pave Low IV modifié à parti de Pave Lows III[7],[8],[9]

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau d’Israël Israël
Drapeau de l'Autriche Autriche

Le Super Jolly Green en action[modifier | modifier le code]

En 1980, durant la crise iranienne des otages, des Sikorsky MH-53 prennent part à l'Opération Eagle Claw, destinée à secourir les 53 otages retenus prisonniers dans l'ambassade américaine à Téhéran en Iran ; l'opération s'avère être un échec à cause d'une planification trop complexe, de problèmes techniques et d'une tempête de sable. Huit militaires américains y trouvèrent la mort et des documents de la CIA furent perdus en territoire hostile.

Le 20 décembre 1989, lors de l'invasion du Panama, des MH-53J Pave Low III déposent les commandos des SEAL qui prennent d'assaut l'aéroport civil de Punta Paitilla afin d'empêcher la fuite du dicateur Manuel Noriega. L'opération baptisée « Nifty Package » fut un succès.

Du 17 janvier au 28 février 1991, les MH-53J fournissent un soutien logistique aux AH-64 Apache qui attaquent les radars et les sites de défense irakiens pendant la première phase de l'Opération Tempête du Désert. Les opérations spéciales suivantes des MH-53J consistèrent à déposer et récupérer les commandos américains et britanniques derrière les lignes irakiennes ainsi qu'à mener de rapides assauts sur des positions de missiles Scud irakiens. Ils participèrent également au sauvetage d'un pilote de F-14 Tomcat abattu.

Le 28 mars 1999, au cours de la Guerre du Kosovo, un pilote de F-117 Nighthawk abattu au-dessus de la Serbie fut secouru par une équipe de recherche et sauvetage de l'USAF.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Dans le film Transformers 2 : la Revanche, le decepticon Grindor se transforme en CH-53 Super Stallion.
  • Dans les jeux vidéo Modern Warfare 2 et Modern Warfare 3, l'hélicoptère Pave Low que l'on peut obtenir dans le mode multijoueur et dans le mode campagne. Il s'agit de l'hélicoptère de Nikolai dans Modern Warfare 2 et il s'agit d'un bonus de série d'éliminations dans Modern Warfare 3 contrôlé par l'intelligence artificielle qui effectue le tour de la carte en mitraillant avec une tourelle.
  • Dans le jeu Flashpoint operation red river, il est présent lors des déploiements tactiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) MH-53s fly final combat missions, US Air Force, 1er octobre 2008.
  2. (fr) Données techniques sur le MH-53.
  3. MC-130E/H Combat Talon I/II Fact Sheet, US Air Force.
  4. MC-130P Combat Shadow Fact Sheet, US Air Force.
  5. MH-53J page. Globalsecurity.org
  6. a, b et c Greg Goebel's Vectorsite
  7. a et b MH-53J/M PAVE LOW fact sheet. US Air Force, October 2007.
  8. a et b Frawley, Gerard: The International Directory of Military Aircraft, p. 152. Aerospace Publications Pty Ltd, 2002. ISBN 1-875671-55-2.
  9. a et b USAF PAVE LOW: HH-53H / MH-53H, MH-53J, MH-53M, TH-53A, Vectorsite.net, 1 April 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]