Signal de Bougy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Panorama sur le lac Léman et les Alpes françaises

Le Signal de Bougy est le point culminant des hauteurs d'Aubonne dans le canton de Vaud (Suisse), connu de longue date pour le panorama exceptionnel qu'il offre sur le lac Léman et les Alpes – que le grand voyageur Tavernier compara à celui du Bosphore à Constantinople[1]. Depuis 1971 il accueille un parc de loisirs très populaire, le Parc Pré-Vert, situé sur la commune de Bougy-Villars.

Situation[modifier | modifier le code]

Situé à 707 mètres d'altitude sur les hauteurs des vignobles d'Aubonne, Féchy, Bougy-Villars et Mont-sur-Rolle, face au Mont-Blanc, le parc de quelque 96 hectares comprend zones vertes, étangs, forêts, promenades, places de sports et loisirs, jeux pour petits et grands, animaux de la ferme, places de pique-nique, ainsi qu'un programme saisonnier d'animations musicales et théâtrales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Émetteur du Signal de Bougy

Au début du XIXe siècle, Adrien de Baroncelli, dans son guide Jura & Suisse, l'Oberland bernois, plusieurs fois réédité, décrit le Signal de Bougy qu'il situe à 6 km au nord de Rolle, sur une colline plantée de vignes au-dessus du village de Bougy. On y accédait alors en 31 minutes en tramway électrique depuis le port de Rolle. Son hôtel était déjà « réputé pour son admirable point de vue sur le lac, les montagnes de la Savoie et le Mont-Blanc »[2].

Au début des années 1960, dans le cadre des négociations qui mèneront à la fin de la guerre d'Algérie et à l'indépendance, la France et l’Algérie font appel à la médiation de la Suisse. Pendant que des négociations officielles se poursuivent à Évian, les membres de la délégation algérienne sont logés d'abord à Genève, puis au Signal de Bougy, où les autorités suisses assurent leur sécurité et leur garantissent une « discrétion sans failles »[3]. À l’issue de la signature des Accords d'Évian, la déclaration exclusive de Krim Belkacem au correspondant de l’APS est recueillie le 18 mars 1962, à 18 heures, au Signal de Bougy[4].

  • En 1970, le site du Signal de Bougy est convoité par une clinique suédoise.
  • Mouvement d'opinion pour sauver l'endroit
  • Pierre Arnold, président de Migros, propose de l'acheter avec les fonds du Pour-cent culturel Migros, et de construire un parc tel qu'il en existe un à Zurich-Rüschlikon.
  • En 1970 la "Fondation Pré Vert", une fondation indépendante de Migros est créée pour la construction et la gestion du parc.
  • 1971, ouverture du parc
  • 1998, ouverture du golf

Activités[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Accès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alfred de Bougy, Voyage dans la Suisse française et le Chablais : les lacs de Genève (Léman), de Neuchâtel, de Bienne et de Morat, Poulet-Malassis, 1860, p. 23
  2. Jura & Suisse, l'Oberland bernois, collection des « Guides routiers régionaux à l'usage des cyclistes et des automobilistes », Paris, p. 95 [1] disponible sur Gallica
  3. Les Accords d’Évian et de la fin de la guerre d’Algérie, Documents Diplomatiques Suisses [2]
  4. « Il ya 50 ans, les accords d’Evian : La victoire de tout un peuple », in El Moudjahid, 18 mars 2012 [3]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :