Siegfried (Giraudoux)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Siegfried est une pièce de théâtre en quatre actes de Jean Giraudoux, créée le 3 mai 1928 à la Comédie des Champs-Élysées dans une mise en scène de Louis Jouvet.

Contexte d'écriture[modifier | modifier le code]

D'abord un roman, Siegfried et le Limousin, de Jean Giraudoux, ce dernier décida de l'adapter au théâtre en concentrant l'intrigue et fit ainsi son entrée triomphale dans le Gotha des jeunes auteurs au succès fulgurant.

La première pièce de Giraudoux fut créée par Louis Jouvet, le 3 mai 1928. Inspirée très librement du roman Siegfried et le Limousin' (1922), elle raconte en quatre actes comment un allemand célèbre- qui a perdu la mémoire à la guerre- retrouve sa véritable identité de Français, sous la pression de son ennemi politique et grâce aux interventions subtiles de son ancienne maîtresse, Geneviève.

Sur ce canevas, Giraudoux peignait de l’Allemagne un tableau contrasté, entre la séduction du romantisme et la menace d’un nationalisme revanchard. Incarnant un idéal pacifiste, cette pièce d’une écriture nouvelle connut un énorme succès et détermina le passage de Giraudoux à la scène et sa coopération viscérale avec Jouvet.

Résumé[modifier | modifier le code]

1921. Siegfried est sur le point de devenir le chancelier de l’Allemagne humiliée, sauveur d’un pays occupé après la défaite de la Grande Guerre. Ce soldat ramassé amnésique et sans identité sur le champ de bataille par les Allemands serait-il un ennemi français ?

Distribution des principaux rôles à la création[modifier | modifier le code]

Le sculpteur, architecte et décorateur Léon Leyritz (1888-1976), créé un " Nu masculin aux bras levés " en Lap pour cette pièce[1]

Autres représentations[modifier | modifier le code]

En 2012, la pièce a été jouée en France à Paris au Théâtre du Nord-Ouest jusque fin décembre, dans une mise en scène d'Olivier Bruaux assisté de Leman Yildirim, avec pour la distribution : Siegfried : Nicolas de Lavergne/Frédéric Thérisod, le Baron de Zelten : Mokrane Segueni, Eva : Béatrix Malthis/Aurélia Beraldo, Geneuviève : Béatrice Mendelbrot/Marion Delaunay, Robineau : Jean Paul Cassey, Muck et le douanier Pétri : Alexandre Bontemps. Costumes : Catherine Lainard.

En 2014, la pièce a reçu le label "Mission Centenaire 14-18" par l’État français. Le spectacle est à nouveau à l'affiche jusqu'au 30 novembre au Théâtre du Nord-Ouest et sera donné à l'Université Paris VIII dans le cadre de l'année thématique "Le siècle commence en 14" le 16 décembre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Collectif, Lap, ciment-roi de l'art déco, p. 16/20.p., Imp. Le Réveil de la Marne juillet 2014, catalogue de l'exposition de la Maison des Arts d'Antony du 17 septembre au 2 novembre 2014