Siconolf de Salerne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Siconolf ou Sikenolf de Salerne (mort en 849), prince de Salerne de 839 à 849.

Biographie[modifier | modifier le code]

Siconolf est le frère cadet de Sicard, qui a vraisemblablement été assassiné par son trésorier Radelchis en juillet-août 839. En réaction au meurtre de Sicard et en opposition à Radelchis, qui dans l'intervalle a été acclamé prince à Bénévent, la population de Salerne, jusqu'alors soumise au duché de Bénévent met à sa tête en décembre 839, le frère du défunt prince, Siconolf qui avait été exilé par son frère à Tarente et forcé à la prêtrise par Sicard,

Entre les deux partis éclate une guerre longue et acharnée qui voit intervenir dans le sud de Italie des mercenaires musulmans. Radelchis est le premier à faire appel à leur aide en 841, suivi par Siconolf qui recourt à la même méthode contre son rival et lui inflige une lourde défaite en 843, lors de la seconde bataille des Fourches Caudines. Siconolf prend le titre de prince en 847.

La guerre de succession se poursuit pendant une dizaine d'années, au cours de laquelle les Sarrasins sèment la dévastation partout, pillant les églises et réduisant la population en esclavage. En 844, Siconolf se brouille avec ses dangereux alliés Sarrasins et se tourne vers Guy Ier de Spolète un comte franc. Il va à Rome trouver le roi Louis roi d'Italie et fils de Lothaire Ier il lui prête l'hommage et lui promet un tribut de 1 000 pièces d'or. Siconolf n'obtient cependant pas d'aide avant l'attaque de Rome par les musulmans en 846 et l'envoi d'ambassades par les cités de Naples, Capoue et Salerne qui supplient le roi Louis d'intervenir contre les ravages des Sarrasins.

En 849, Louis II le Jeune, roi d'Italie, se décide à intervenir dans le sud de la péninsule. Il impose son arbitrage et partage le duché de Bénévent entre les deux prétendants. Sa capitulation du début de l'an 849 sanctionne le partage des territoires de la Principauté de Bénévent et la création de la Principauté de Salerne. Siconolf, prince de Salerne, est confirmé par l'empereur lui-même. La nouvelle principauté comprend, outre la cité de Salerne, les villes de Tarente, Cassano, Cosenza, Paestum, Conza, Sarno, Cimitile, Capoue, Teano et Sora. L'Apulie, et la Calabre sont abandonnées aux envahisseurs arabes implantés à Tarente. Louis II le Jeune se fait néanmoins couronner Empereur par le Pape en avril 850, à Rome

En décembre 849, Siconolf meurt, peut-être blessé ou frappé par une fièvre violente au cours d'une chasse. Il laisse le trône à son fils et héritier mineur Sicon de Salerne sous la régence de son parrain le comte Petrus (ou Pierre[1]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Venance Grumel Traité d'études byzantines I. La Chronologie, Presses universitaires de France, Paris 1956, « Princes Lombards de Bénévent et de Capoue » p. 419 et « Princes Lombards de Salerne »p. 421.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Siconolfo di Salerno » (voir la liste des auteurs), édition du 4 février 2014.
  • (en) Siconulf dans Medieval Lands
  • Jules Gay L'Italie méridionale et l'Empire Byzantin Albert Fontemoing éditeur, Paris 1904.
  • René Poupardin. « Étude sur la diplomatique des princes lombards de Bénévent, de Capoue et de Salerne ». Dans: Mélanges d'archéologie et d'histoire T. 21, 1901. p. 117-180.

Voir aussi[modifier | modifier le code]