Sicilicus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le sicilicus ou sigle est, dans l’ancienne écriture latine, un signe diacritique ressemblant à un c retourné ou un demi cercle qui servait à indiquer dans les textes latins les consonnes géminées en le plaçant sur une consonne écrite une seule fois[1]. Il était donc utilisé pour écrire des abréviations, par exemple mum̓iaes pour mummiaes[2], sabel̓io pour sabellio[3], os̓a pour ossa[4], romac̓a pour romacca[5]. Il aurait aussi été utilisé pour indiquer le doublement de voyelles, c’est-à-dire les voyelles longues, et serait devenu l’apex. Il aurait évolué pour indiquer une lettre supprimée comme le fait le signe apostrophe aujourd’hui[6]. Relativement rare, elle a principalement été utilisée au début de l’époque augustéenne[7].

Représentations informatiques[modifier | modifier le code]

Le sicilicus peut être représenté à l’aide des caractères Unicode suivants :

  • U+0313 ◌̓ - diacritique apostrophe en chef
  • U+0357 ◌͗ - diacritique demi-cercle droit en chef

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Beaulieux 1927
  2. CIL VI 21736 ou Mur. 1616, 27
  3. CIL V 1361
  4. CIL X 3743
  5. CIL XII 414
  6. Weil et Benloew, 1855, p. 316
  7. Egbert 1896, p. 30

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Beaulieux, Histoire de l’orthographe française : Les accents et autres signes auxiliaires, Champion, 1927.
  • (en) James Chidester Egbert, Introduction to the study of Latin inscriptions , 1896. (copie en ligne)
  • Henri Weil et Louis Benloew, Théorie générale de l’accentuation latine, 1855. (copie sur Google Livres)