Si tu tends l'oreille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Si tu tends l’oreille

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film.

耳をすませば
(Mimi o sumaseba)
Genre Aventure, romance
One shot manga : Mimi wo sumaseba
Cible
éditoriale
Shōjo
Auteur Aoi Hīragi
Prépublication Drapeau du Japon Ribon
Sortie 1990
Film d'animation japonais
Réalisateur
Producteur
Scénariste
Studio d’animation Studio Ghibli
Compositeur
Durée 111 minutes
Sortie

Si tu tends l’oreille (耳をすませば, Mimi o sumaseba?) est un film d'animation du Studio Ghibli sorti en 1995 dont l'histoire est issue du manga éponyme de Aoi Hīragi.

Ce film d'animation est réalisé par Yoshifumi Kondo – alors pressenti comme étant le successeur de Hayao Miyazaki, scénariste du film et plus célèbre réalisateur et scénariste du studio. Ce fut cependant son unique film; il mourut trois ans plus tard d'une rupture d'anévrisme, ce qui fut l'une des raisons du départ à la retraite de Miyazaki la même année. Il reprit finalement ses activités pour réaliser Le Voyage de Chihiro.

Thème[modifier | modifier le code]

L'action se déroule dans les années 1990 dans la ville nouvelle de Tama, dans la banlieue de Tokyo.

Le thème principal s'articule autour de la relation naissante entre les deux principaux protagonistes ainsi que la recherche de sa voie par Shizuku.

On note, en thème secondaire, un jeu de chassé croisé amoureux entre jeunes adolescents.

Comme souvent dans les films de Miyazaki (qui n'en est pas le réalisateur, mais s'est beaucoup impliqué dans le projet), le thème du travail manuel et de l'artisanat se trouve aussi en toile de fond.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Passionnée de lecture, Shizuku Tsukishima fréquente assidûment tant la bibliothèque municipale, où travaille son père, que celle de son collège, y compris pendant les congés scolaires, usant pour cela des bonnes relations qu'elle entretient avec l'infirmière.

Lors de ces lectures, elle remarque grâce aux fiches de suivi que tous les livres qu'elle a emprunté l'on précédemment été par un certain Seiji Amazawa.

Shizuku Tsukishima possédant un talent pour la poésie, ses amies lui ont demandé d'adapter en japonais la chanson Country Roads ; parallèlement à cette adaptation, elle a également écrit sur le même thème musical une chanson parodique Concrete Road (la route en béton) moquant sa banlieue. Après avoir présenté ces deux versions à son amie Yuko Harada, elle oublie sur un banc le livre contenant les paroles des chansons. Revenant sur ses pas pour le récupérer, elle le trouve dans les mains d'un garçon inconnu qui le lui rend tout en se moquant de sa négligence ainsi que sa chanson parodique.

Peu après, alors qu'elle se rend à la bibliothèque municipale pour consulter des livres mais aussi apporter son repas à son père, Shizuku voit un chat prendre le train avec elle. Intriguée et amusée par le comportement du félin, elle le suit pour arriver, après quelques déambulations, dans une petite boutique d'antiquités. Elle y rencontre le propriétaire, un vieil homme sympathique.

En retard, elle sort précipitamment de la boutique et rencontre à nouveau le mystérieux garçon, accompagné du chat, qui lui apporte le bento oublié chez l'antiquaire, et se moque à nouveau d'elle à propos de sa chanson.

Par la suite, elle se rend à nouveau plusieurs fois à la boutique, où elle trouve porte close.

Elle y rencontre finalement le garçon moqueur, qui s'avère être le petit-fils de l'antiquaire, mais aussi le fameux Seiji Amazawa ! À cette occasion, Shizuku se lie d'amitié avec Seiji et apprend que celui-ci travaille à devenir luthier et souhaite aller étudier ce métier à Crémone.

Lorsque Seiji part en Italie pour un stage d'essai chez un luthier ami de son grand-père, Shizuku, honteuse de ne pas avoir une telle ambition, décide d'écrire un roman pendant son absence. Le sujet est inspiré d'une statuette ayant une grande valeur sentimentale pour le grand-père de Seiji. Celui-ci encourage Shizuku dans son projet d'écriture et ils conviennent qu'il sera le premier lecteur du roman.

Shizuku néglige alors ses études et tombe en échec scolaire. Sa famille est inquiète pour ses chances d'intégrer un bon lycée d'autant plus qu'elle refuse de révéler à quoi elle consacre son temps. Ses parents la laissent finalement libre de ses choix en lui rappelant toutefois que celui qui trace son propre chemin ne peut s'en prendre qu'à lui-même en cas d'échec.

Une fois le roman achevé, le grand-père de Seiji le lit et assure Shizuku de son talent, comparant les défauts de l'œuvre aux inévitables imperfections du travail d'un apprenti. Le grand-père raconte la véritable histoire de la statuette qui a de curieuses similarités avec l'histoire imaginée par Shizuku et exprime son admiration devant le fait que Shizuku ait transformé une histoire triste en une histoire pleine d'espoir.

Shizuku, consciente qu'elle n'a pas encore la maturité pour être un bon écrivain, décide de l'acquérir en se remettant à ses études et rassure sa famille à ce sujet.

Seiji revient de son premier voyage en Italie. Son maître luthier, réputé sévère, se porte garant de son talent auprès de ses parents, qui le laissent repartir pour effectuer dix années d'apprentissage auprès de ce maître. Il déclare sa flamme à Shizuku qui lui avoue la réciprocité de son sentiment et promet de l'attendre jusqu'à son retour.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Logo japonais.
Logo japonais.

Personnages[modifier | modifier le code]

Par ordre d'apparition :

Shiro Nishi, doublé par Keiju Kobayashi

Grand-père de Seiji. Sa boutique d'antiquités abrite également un atelier d'apprentissage pour luthiers.
Il apparait furtivement sortant dans sa maison au début du générique de début.

Muta

Aussi appelé Moon. Gros chat très indépendant, prenant le train tout seul et fréquentant, entre autres domiciles, la maison de de M. Nishi.
Apparait au premier plan dans le plan d'ensemble sur la ville dans le générique de debut.

Shizuku Tsukishima (月島 雫, Tsukishima Shizuku?), doublée par Yoko Honna

Collégienne de 14 ans, passionnée de lecture, douée pour les lettres, rêveuse. Au début du film, elle ne s'est pas encore interrogée sur l'orientation à donner à sa vie.

Asako Tsukishima, doublée par Shigeru Muroi

Mère de Shizuku. Mère au foyer active, ayant repris des études afin de pouvoir travailler.

Seiya Tsukishima, doublé par Takashi Tachibana

Père de Shizuku. Il est employé à la bibliothèque municipale.

Kosaka-sensei, doublée par Minami Takayama

Infirmière du collège de Shizuku.

Yūko Harada, doublés par Maiko Kayama

Meilleure amie de Shizuku, ne se posant aucune question sur l'avenir, secrètement amoureuse de Sugimura.

Sugimura, doublé par Yoshimi Nakajima

Ami de Shizuku et secrètement amoureux d'elle.

Seiji Amazawa, doublé par Issei Takahashi

Le « mystérieux garçon des livres ». Scolarisé dans le même collège que Shizuku mais dans une autre classe et secrètement amoureux d'elle. Il travaille à devenir luthier, incité par son grand-père mais contre le souhait de ses parents.

Shiho Tsukisima, doublée par Yorie Yamashita

Grande sœur de Shizuku, elle entre dans la vie active et quitte le foyer familial. Contrairement à sa petite sœur, elle ne se pose pas beaucoup de question sur le sens de sa vie, se contentant de suivre le chemin tout tracé par la société.

Le Baron, doublé par Shigeru Tsuyuguchi

Statuette anthropomorphe à tête de chat. Elle a été acquise en Allemagne avant-guerre par M. Nishi, alors étudiant. Elle revêt une très grande valeur sentimentale à ses yeux.

Production[modifier | modifier le code]

Les décors des scènes montrant les aventures de Baron ont été réalisés par Naohisa Inoue et se réfèrent à un univers de son invention, Iblard, qu'il décrit dans ses tableaux.

Dans le film, Shizuku traduit la chanson Take Me Home, Country Roads (coécrite et enregistrée par John Denver) en japonais pour la chorale de son école. Elle écrit aussi une parodie japonaise de la chanson, appelée Concrete Road, à propos de sa maison à l'ouest de Tokyo. Ces chansons jouent un rôle important à plusieurs moments du film.

Le chat « Moon » (Lune) ou « Muta » tel qu'il apparaît dans le film a eu pour modèle une chatte qui avait pris ses quartiers dans les locaux du Studio Ghibli. La pendule dans la boutique est de la marque porco rosso, allusion au film du même nom de Hayao Miyazaki : c'est l'une des rares auto-références présentes dans un film du studio Ghibli.

Distribution[modifier | modifier le code]

Au cours de son exploitation au Japon, le film était précédé d'un clip On Your Mark réalisé par Miyazaki pour la chanson éponyme du groupe Chage and Aska.

Seconde histoire dans le même univers[modifier | modifier le code]

Aoi Hīragi, l'auteure du manga dont est adapté Si tu tends l'oreille, a publié ensuite un autre manga, Baron, neko no danshaku (バロン 猫の男爵, Baron: neko no danshaku?, littéralement « Baron, le chat baron »), dans lequel elle reprend certains personnages de la première histoire dans une intrigue toute différente et sans autre lien avec la première (c'est donc une autre histoire dans le même univers plutôt qu'une suite). Les deux personnages qui réapparaissent dans cette seconde histoire sont les deux chats Moon et Baron. Un film d'animation du studio Ghibli, adapté de ce second manga, est sorti en 2002 sous le titre Le Royaume des chats.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]