Siège de Tarragone (1811)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de Tarragone.
La prise de Tarragone par le maréchal Suchet (tableau de Jean-Charles-Joseph Rémond, 1837, musée de l'Histoire de France (Versailles).
La prise de Tarragone par le maréchal Suchet (tableau de Jean-Charles-Joseph Rémond, 1837, musée de l'Histoire de France (Versailles).
Informations générales
Date -
Lieu Tarragone
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français Drapeau de l'Espagne Espagne
Commandants
Louis-Gabriel Suchet Général Senen de Contreras
Forces en présence
21 634 hommes
Pertes
entre 4 000 et 4 300 tués ou blessés 15 000 tués, blessés, prisonniers et malades
Batailles
Campagne d'Aragon et de Catalogne (1809-1814)

Valls (1re)  · Gérone  · Alcañiz (es)  · María-Belchite  · Mollet  · Vich  · Villafranca (2e)  · Lérida  · Tortose  · Valls (2e)  · Tarragone (1er)  · Sagonte  · Valence  · Castalla (en)  · Tarragone (2e) 

Le siège de Tarragone oppose les Français commandés par le maréchal Suchet aux Espagnols sous les ordres du général Senen de Contreras, gouverneur militaire de la ville. Le siège débute le . La prise de Tarragone a lieu le .

Ayant obtenu la reddition de Tortose après six jours de siège, Suchet remonte vers le nord pour assiéger une des dernières places fortes encore aux mains des Espagnols en Catalogne et investit Tarragone le . Au bout de cinquante-cinq jours de siège, la ville fut prise d'assaut le .

Résultats[modifier | modifier le code]

Un plan du siège de la ville de Tarragone.

Une source donne des pertes de côté français s'élevant à 4 300 tués ou blessés pour une armée de 21 634 hommes, y compris le général de division Jean-Baptiste Salme tué. Les pertes espagnoles s'élèvent entre 14 000 et 15 000 personnes qui se répartissent entre 8 000 qui ont été capturées et le reste tué, blessé, ou mort de maladie. Durant le massacre précédant l'assaut final, les assaillants français ont massacré de nombreux civils dont 450 femmes et enfants[1]. Une seconde source affirme que le total des pertes espagnoles était de 15 000 personnes, dont 7 000 ont été tout simplement massacrées. Les pertes françaises étaient de 1 000 tués et 3 000 blessés ou malades[2].

Postérité littéraire[modifier | modifier le code]

La nouvelle d'Honoré de Balzac Les Marana commence avec la prise de Tarragone par les troupes du maréchal Suchet. « Le , Tarragone prise d'assaut, Tarragone faisant feu par toutes les croisées, Tarragone violée, les cheveux épars, à demi nue, ses rues flamboyantes inondées de soldats français tués ou tuant[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Smith, p 365
  2. Gates, pp 300-301
  3. Les Marana, Bibliothèque de la Pléiade,1979, t.X, p. 1037-1041 (ISBN 2070108686)