Siège de Tall Afar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Tall Afar
Extraction de soldats américains par un UH-60 Black Hawk après une mission près de Tall Afar.
Extraction de soldats américains par un UH-60 Black Hawk après une mission près de Tall Afar.
Informations générales
Date 26 août - 22 septembre 2005
Lieu Tall Afar
Issue Victoire américano-irakienne
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Irak Irak
Flag of Jihad.svg Rebelles sunnites
Commandants
Drapeau des États-Unis Herbert McMaster
Drapeau de l'Irak Abdelaziz Mohammad Jassim
Forces en présence
Drapeau de l'Irak
5 000 à 6 000 hommes

Drapeau des États-Unis
3 500 à 4 000 hommes
Flag of Jihad.svg
500 à 1 000 hommes
Pertes
Drapeau de l'Irak
15 morts
36 blessés

Drapeau des États-Unis
6 morts
52 blessés
Flag of Jihad.svg
163 morts
295 à 600 prisonniers
Guerre d'Irak
Batailles
Invasion de l'Irak (2003)

Opération Southern Focus · Umm Qasr · Al Faw · Bassorah · Nassiriya · 1re Nadjaf · Opération Northern Delay · Opération Viking Hammer · Samawa · Kerbala · Bagdad

Guérilla irakienne contre la Coalition militaire en Irak (2003-2011) et
1re guerre civile irakienne (2006-2008)

Sadr City · 1re Falloujah · 2e Nadjaf · 1re Samarra · 2e Falloujah · 1re Mossoul · 1re Al-Qaim · 1er Tall Afar · Opération Steel Curtain · Massacre de Haditha · Fusillade d'Ishaqui · Ramadi · Offensive du Ramadan · Campagne de Diyala · 3e Nadjaf · Bases de Bassorah · Attentat de Qahtaniya · Opération Black Eagle · Opération Restore Peace III · Bassorah · Opération Bashaer al-Kheir · Opération New Dawn

2e guerre civile irakienne (2011-2014)

Opération al-Shabah · Al-Anbar · Youssoufiya · Mahallabiyah · 2e Samarra · 2e Mossoul · Massacre de Badoush · Massacre de Tikrit · Baïji · 2e Tall Afar · 2e Al-Qaim · Massacre de Hilla · Tikrit · Jourf al-Sakhr

Intervention militaire contre l'État islamique (2014-en cours)

Zoumar · Sinjar · Massacres de Sinjar · Barrage de Mossoul · Saklaouiya · Massacre de Zaouïat Albou Nimr

Attentats de la guerre d'Irak
Coordonnées 36° 22′ 27″ N 42° 27′ 13″ E / 36.374166666667, 42.45361111111136° 22′ 27″ Nord 42° 27′ 13″ Est / 36.374166666667, 42.453611111111  

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Tall Afar.

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Tall Afar.

Géolocalisation sur la carte : Irak

(Voir situation sur carte : Irak)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Tall Afar.

Les forces gouvernementales irakiennes, appuyées par l'armée américaine, ont mené un siège contre la ville de Tall Afar, proche de la frontière avec la Syrie et considérée comme un bastion de la guérilla Irakienne. Cette ville et ses environs avait en effet servi de refuge à ceux-ci après la bataille de Falloujah.

Préparatifs[modifier | modifier le code]

Char M1 Abrams américain patrouillant dans les rues de Tall Afar le 3 février 2005.

La ville est investie à partir du 26 août. L'armée américaine donne l'ordre aux habitants d'évacuer la ville le 4 septembre, avec un délai de 72 heures. Pour les y encourager, elle coupe l'eau et l'électricité.

Un camp de 300 tentes est installé à Nakhwa, à 20 kilomètres de la ville. Selon les sources[1],[2], entre 15 000 et 300 000 personnes vivent dans le désert avec moins d'un litre d'eau par personne et par jour.

Siège[modifier | modifier le code]

Effectifs[modifier | modifier le code]

L’opération est officiellement ordonnée par le premier ministre Ibrahim al-Jaafari et dirigée par l’armée irakienne. Celle-ci envoie 6 000 soldats, officiellement soutenus par 4 000 fantassins américains. Cependant, l’US Army assure toute la logistique (ravitaillement, soutien médical) et le soutien aérien : plusieurs dizaines d'hélicoptères et d'avions de combat.

Combats[modifier | modifier le code]

Soldat américain lors d'une patrouille à Tall Afar le 1 novembre 2005.

L’offensive est lancée dans la nuit du vendredi 9 au samedi 10 septembre 2005, à 2 heures du matin.

Selon le gouvernement irakien, cette bataille a permis de tuer 150 rebelles et d'arrêter plus de 450 combattants et suspects. Al-Qaida a appelé à la vengeance, son chef en Irak Abou Moussab Zarqaoui, a de suite annoncé une « guerre totale » contre les chiites, exhortant les sunnites à sortir de leur sommeil pour démarrer une « guerre d'extermination ».

Plusieurs sources font état de l'usage de napalm[3] par les troupes irako-américaines. Les États-Unis ont également acheminé des combattants de milices chi'ites et kurdes pour le nettoyage final, contribuant à renforcer le caractère de guerre civile des opérations. Enfin, des cas de tortures ont été mentionnés.

Les pertes civiles ne sont pas déterminées.

Bilan et suites[modifier | modifier le code]

Le gouvernement irakien reprend le contrôle de la ville, et fait plus de 600 prisonniers. Parmi ceux-ci, quelques dizaines de combattants étrangers.

Dès le mercredi 14 septembre 2005, une série de onze attentats, à forte connotation anti-chiite, sème la terreur à Bagdad, faisant 150 morts et 230 blessés. L'attaque la plus sanglante (80 morts et 162 blessés) touche le quartier chiite de Kazimiyah, lorsqu'un terroriste se fait exploser avec sa voiture au milieu d'un attroupement de chômeurs, qu'il attire autour de lui en leur proposant du travail. Un autre attentat vise un convoi militaire américain, faisant 2 blessés.

Le jour même, dès l'aube, un groupe d'hommes armés et habillés en soldats arrête dix-sept personnes de la tribu chiite Bani Tamim, les regroupe sur la place publique et les exécute par balle. Cette vengeance d'Al-Qaida intervient le jour même où la copie modifiée du projet de constitution irakienne est remise à la mission de l'ONU à Bagdad.

Enfin, le 28 septembre, le premier attentat suicide perpétré par une femme en Irak se déroule à Tall Afar.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Croissant-Rouge indique qu'au moins 5 000 à 7 000 familles (15 à 25 000 personnes) ont quitté leur maison ; il n'avait que douze personnes pour leur porter assistance.
  2. Marianne n°441 indique que jusqu'à 300 000 personnes ont vécu sous la tente.
  3. (fr) Courrier international