Siège de Port-Arthur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de Port-Arthur
Informations générales
Date mai 1904 - début 1905
Lieu Port-Arthur
Issue Victoire militaire japonaise
Belligérants
Drapeau : Russie Empire russe Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
General Anatoli Stoessel General Maresuke Nogi
Forces en présence
50 000 hommes, 7 bateaux 80-150 000 hommes, 450 canons, 24 obusiers Krupp
Pertes
31 306 tués ou blessés, 4 navires 57 780 tués ou blessés, 1 bateaux
Guerre russo-japonaise
Batailles
Port-Arthur (1re) · Chemulpo · Yalou (en) · Nanshan (en) · Te-li-Ssu (en) · Col de Motien (en) · Tashihchiao (en) · Port-Arthur (2e) · Hsimucheng (en) · Mer Jaune · Ulsan · Korsakov (en) · Liaoyang (en) · Cha-Ho · Sandepu (en) · Mukden · Tsushima
Coordonnées 38° 47′ 47″ N 121° 14′ 10″ E / 38.79638889, 121.2361111138° 47′ 47″ Nord 121° 14′ 10″ Est / 38.79638889, 121.23611111  

Géolocalisation sur la carte : Chine

(Voir situation sur carte : Chine)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Port-Arthur.

Le siège de Port-Arthur est l’un des événements majeurs de la guerre russo-japonaise

Le siège de Port-Arthur par les Japonais commence fin mai 1904. Port-Arthur capitule au début de 1905 (selon le calendrier grégorien).

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Le petit port de pêcheurs du village de Liouchoun (aujourd'hui Lüshunkou) fut modernisé par des ingénieurs allemands à partir de 1884.

Il avait reçu le nom de Port-Arthur depuis l'établissement en 1860 de liens douaniers par un navire anglais, commandé par le lieutenant William K. Arthur et ce nom fut adopté par les puissances européennes qui, quant à elles, obtenaient ou réaménageaient en les fortifiant des concessions commerciales en Chine.

En 1894, le port et la péninsule de Liao-Dong[1] furent attaqués par le Japon qui en obtint la concession en 1895 par le traité de Shimonoseki ; mais sous la pression des puissances européennes choquées par les massacres commis et surtout soucieuses de ne pas limiter leur influence, la Chine en reprit l'administration (accord dit de la « triple intervention » ou de « l'intervention tripartite du 23 avril 1895 », après ce premier conflit sino-japonais, entre la Russie, l' Allemagne et la France).

À cette époque, la Russie était en pleine construction du Transsibérien et un tronçon était envisagé vers le sud pour raccourcir la distance vers Vladivostok. D'autre part les Allemands étaient de plus en plus présents à Tsing-Tao[2] (aujourd'hui Qingdao, dont ils obtiendront la concession pour 99 ans, en 1898) et les Anglais faisaient de même à Hong Kong (obtenue en 1897) et à Port-Edward.

Afin de ne pas être absente du jeu des puissances européennes en Chine et de faciliter l'accès vers l'océan Pacifique, la Russie, sur la proposition du ministre des Affaires étrangères, le comte Mouraviev, se décida à renforcer son influence[3]. Une escadre russe entra à Port-Arthur en décembre 1897, tandis que des discussions diplomatiques se tenaient à Pékin. Contre versement important, La Russie obtint alors pour vingt-cinq ans la concession du port et de la presqu'île, en mars 1898. De plus après la révolte des Boxers en 1900, la Russie obtint comme les autres puissances européennes des compensations. Pour la Russie, ce fut le protectorat commercial sur la Mandchourie. De quoi irriter le Japon, armé par l'Allemagne, qui visait à augmenter son influence dans la région.

De 1895 à 1904, le Japon multiplia par cinq son budget militaire, convaincu qu'il reprendrait pied en Mandchourie.

L'Empire britannique, par son traité du 30 janvier 1902 avec le Japon, était fidèle à sa politique de première grande puissance maritime. Elle promettait d'intervenir contre la Russie[4], si la France attaquait le Japon. En attendant, elle ferma ses ports aux Russes, ainsi que le canal de Suez, rendant extrêmement long et difficile l'intervention de la flotte russe (essentiellement basée en Europe) en Extrême-Orient.

La décision en avril 1903, de Nicolas II, à l'instigation du gouverneur de Sibérie Bezobrazov, de suspendre l'évacuation par étapes des troupes russes, tel que l'accord sino-russe de 1902 le stipulait, allait provoquer la réaction des Japonais, ceux-ci attaquant par surprise la flotte russe d'Extrême-orient le 8 février 1904.

Les forces en présence[modifier | modifier le code]

Afin d'appuyer la base de Vladivostok, il fut décidé à partir de 1901 de construire une base navale digne de ce nom pour la flotte russe du Pacifique, commandée par l'amiral Makarov. Les travaux commencèrent sur les projets de l'ingénieur militaire Vélitchko. Début 1904, seulement 20 % du projet étaient réalisés. Le port était entouré de cinq forts, trois fortins et de quatre batteries plus éloignées, ainsi que de diverses redoutes sur les collines environnantes. La base abritait la 7e escadre de l'amiral Stark avec 7 cuirassés, 9 croiseurs, 24 bateaux torpilleurs, 4 canonnières, et d'autres navires.

Sous le commandement du vice-amiral Alexéiev (il quittera Port-Arthur en 1902), un régiment d'infanterie était stationné à la forteresse depuis 1899, composé de quatre bataillons en 1900.

Malgré l'Alliance franco-russe, la France n'intervint pas directement, obligée à la neutralité en Asie par l'Angleterre[5] ; mais elle était inquiète de l'avancée japonaise, surtout à cause de ses possessions indochinoises et aussi de ses enclaves commerciales de Chine, dont sa base navale de Kouang-Tchéou-Wan[6].

La flotte russe de la Baltique, qui ne pouvait passer le canal de Suez, bloqué par les Britanniques, est obligée à un long périple de huit mois pour porter en vain secours à la flotte du Pacifique, un retard qui causera sa perte.

La forteresse de Port-Arthur avait trois fronts : le front oriental (général Gorbatovsky) sur le flanc droit, le front septentrional (colonel Sémionov) au centre et le front occidental (colonel Irman) sur le flanc gauche au-delà de lignes armées. Les positions étaient supervisées par le général Kondratenko et les réserves par le général Alexandre Foch[7]. Le port était commandé par le vice-amiral Grigorovitch.

Au plus fort du siège, les Russes bénéficieront de 50 000 hommes, les Japonais de 90 000 hommes.

Le siège[modifier | modifier le code]

Le siège fut d'abord précédé d'une bataille navale en février 1904 qui marqua le déclenchement de la guerre russo-japonaise.

Puis le 7 août[8] 1904, les Japonais attaquent, sur le front oriental, des redoutes russes et cela aboutit à un combat qui va durer deux jours. Les Japonais perdent plus de 1 200 hommes et les Russes 450.

Au cours de ce siège, le commandement militaire japonais emploiera des tactiques de « mission-suicide », tactiques réemployées au cours de la Seconde Guerre mondiale avec les attaques aériennes de Kamikaze contre les flottes de guerre américaines[9] « lorsque la mission-suicide arriva à la ligne de barbelés [...]. Ce fut à 20h40, une heure après l'ouverture des hostilités, que les trois mille hommes de troupes « à l'écharpe blanche » furent anéantis (Il s'agit du nom des troupes de mission suicide) »

Première attaque[modifier | modifier le code]

Afin de riposter à cette défaite, les Japonais – en surnombre – commencent à bombarder le front oriental et le front septentrional, le 19 août. Dans les deux jours qui suivent, ils arrivent à prendre deux redoutes et à tenir la colline Longue (ou Dlinnaïa). À partir du 21, le général Nogi attaque le front occidental et avance près des premiers forts. Les pertes sont considérables des deux côtés, les Japonais sont toutefois maintenus à distance.

Siège et seconde attaque[modifier | modifier le code]

Le général Nogi obtient des renforts et se décide alors à assiéger la forteresse, le 19 septembre, tandis que du côté russe, les renforts partis trop tard (il fallait plus de six mois aux navires russes pour atteindre le Pacifique) laissent supposer une fin rapide.

Le lendemain matin, les Japonais commencent à tenir les hauteurs ; mais ne prennent pas la colline Haute, dite aussi cote 203, héroïquement défendue par le colonel Irman, le lieutenant Podgoursky et le 5e régiment.

Troisième attaque[modifier | modifier le code]

Les Japonais se décident alors à des travaux de sape et à construire jour et nuit des tranchées et des fortifications, afin d'intensifier le siège à partir d'octobre. Les réserves de nourriture commencent à manquer du côté russe et le scorbut fait ses premières victimes.

Le 30 octobre, après trois jours d'actions menées par les artilleurs japonais, Nogi ordonne une attaque générale.

L' infanterie japonaise appuyée par l'artillerie ne parvient pas en deux jours à prendre le fort N°II et essuie de lourdes pertes.

Quatrième attaque[modifier | modifier le code]

Le général Nogi obtient dans les premiers jours de novembre le renfort de la 7e division d'infanterie et attaque le front oriental et la colline Haute, le 26 novembre. Cela lui coûte la perte de 10 % de ses hommes. Aussi décide-t-il de changer de tactique et de mettre toutes ses forces à l'assaut de la colline Haute, du haut de laquelle on peut apercevoir le port même de Port-Arthur distant de cinq kilomètres.

les combats acharnés vont durer neuf jours, jusqu'à la prise de la colline par les Japonais le 5 décembre. Les pertes japonaises s'élèvent à plus de dix mille soldats et officiers pendant ces combats.

les Russes quant à eux, perdent 4 500 hommes sur la colline Haute et 6 000 en tout. Dès le lendemain les Japonais profitent de la prise de la colline pour corriger leurs tirs d'artillerie vers le port. Ils visent les navires russes de l'escadre du Pacifique et les détruisent.

  • Le cuirassé Retvizan coule le 7 décembre,
  • Le cuirassé Pobiéda (Victoire coule le 9 décembre, le Peresviet est capturé, le croiseur Pallada et le Boyarine sont coulés.
  • 124 torpilles japonaises frappent le cuirassé Sébastopol. Le commandant du navire, Nicolas von Essen, ordonnera lui-même de saborder le Sébastopol, le 2 janvier, lors de la capitulation.
  • Les Japonais perdent deux destroyers, ainsi que le croiseur Takasago qui est détruit par une mine.

Capitulation[modifier | modifier le code]

Le général Stössel visite les défenses quelques jours avant la capitulation.

Le 2 janvier 1905 (ou 20 décembre 1904, selon l'ancien calendrier julien), le général Stössel fait part à l 'État-major japonais de son intention de commencer des négociations en vue de la capitulation, contre l'avis du conseil de guerre de la base navale.

Le 5 janvier 1905, la capitulation est acceptée par les Japonais qui ont perdu 57 780 hommes. Les 23 491 soldats survivants russes (y compris les 16 000 blessés et malades), les 868 officiers et les 9 000 marins civils et leurs familles deviennent prisonniers de guerre et emmenés pour la plupart au camp de Nagazaki.

Libéré en 1906, le général Stössel fut traduit devant le tribunal militaire et condamné à mort, peine commuée ensuite en dix ans d'emprisonnement. Il fut gracié par Nicolas II en 1909.

Les Français et Port-Arthur[modifier | modifier le code]

Le gouvernement français et la majorité de la presse de l'époque étaient favorables aux Russes, toutefois le gouvernement français détachera en Mandchourie quelques officiers observateurs auprès des Japonais[10].

Les Français, admiratifs devant l'héroïsme des défenseurs de la base navale russe, lancèrent une souscription à l'initiative de L'Écho de Paris pour faire frapper une médaille commémorative en l'honneur des Russes[11].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Commandant de Bailincourt, Les Derniers jours du Sébastopol, notes de son commandant N.O. von Essen, Paris, Éditions Augustin Challamel, 1914
  • Alexandre Stepanov, Port-Arthur, Moscou, 1954
  • Paul Vial, L'Europe et le monde de 1848 à 1914, Paris, Éditions de Gigord, 1968.
  • Pierre Kovalevsky, Histoire de Russie et de l'URSS, Paris, Librairie des cinq continents, 1970.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Appelée aussi Liao-Tung
  2. Ils en feront une importante base navale avec le stationnement de la troisième escadre de marine de l'Empire allemand
  3. Contre l'avis du comte de Witte
  4. Jean-Marie Le Breton, Grandeur et destin de la vieille Europe, L'Harmattan, 2004.
  5. Ainsi les marins du navire russe Diana ne pourront débarquer à Saïgon. L' Allemagne ravitaillera les navires russes.
  6. Cédée à bail par la Chine, la France la conservera jusqu'en 1943, lorsqu'elle fut envahie par les Japonais.
  7. Prononcer Fok, ne pas confondre avec le général – plus tard maréchal – français du même nom.
  8. Dans le calendrier grégorien
  9. in Le Regard de l'écrivain Ryōtarō Shiba sur la guerre russo-japonaise par Takahashi Seiichirô, université de Tokai in Faits et imaginaires de la guerre russo-japonaise, p. 526.
  10. Sont présents au titre d'officiers étrangers observateurs pendant la guerre russo-japonaise de 1904-1905, notamment pendant la durée du siège de Port-Arthur, le colonel Corvisart et le capitaine Charles-Émile Bertin près l'Armée japonaise pour suivre au jour le jour le théâtre des opérations militaires et ceci jusqu'à la conclusion de la paix. Le capitaine Charles-Émile Bertin ne quittera toutefois le sol japonais, pour rentrer en France, que le 22 janvier 1906. Les carnets de croquis du capitaine Bertin de cette époque, photos et documents originaux ont été conservés
  11. cf: http://www.phaleristique.com/russie_imperiale/saint_georges/honneur/port-arthur.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]