Siège de Nara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de Nara
Le temple du Tōdai-ji à Nara.
Le temple du Tōdai-ji à Nara.
Informations générales
Date 1180
Lieu Nara au Japon
Issue Victoire des Taira, la majeure partie de la ville détruite.
Belligérants
Ageha-cho.svg Clan Taira Moines guerriers de divers temples de Nara
Commandants
Taira no Tomomori, Taira no Shigehira Divers
Pertes
Inconnues Plus de 3500 civils et religieux tués.
Guerre de Gempei
Batailles
Uji (1re) · Nara · Ishibashiyama · Fujigawa · Sunomata · Yahagigawa · Hiuchi · Kurikara · Shinohara · Mizushima (navale) · Fukuryūji · Muroyama · Hōjūjidono · Uji (2e) · Awazu · Ichi-no-Tani · Kojima · Yashima (navale) · Dan-no-ura (navale)
Coordonnées 34° 41′ N 135° 48′ E / 34.683333, 135.834° 41′ Nord 135° 48′ Est / 34.683333, 135.8  

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Nara.

Après la bataille d'Uji du 23 juin 1180, durant laquelle Minamoto no Yorimasa avait affronté une petite armée Taira avec l'aide des moines du Mii-dera et d'autres temples, les Taira, victorieux mais furieux d'avoir été affrontés, décidèrent de donner l'assaut et brûler le Mii-dera, avant de se rendre à l'ancienne capitale Nara. Les Taira furent alors affrontés par des moines guerriers de presque tous les principaux monastères et temples de Nara. Taira no Shigehira et Tomomori, deux fils du chef du clan Taira, Kiyomori, commandèrent le siège.

Les moines creusèrent des fossés dans les routes et construisirent de nombreuses formes de défenses improvisées. Ils se battaient principalement avec des arcs et flèches et des naginata, alors que les Taira étaient à cheval, ce qui leur donnait un grand avantage. En dépit de la supériorité numérique des moines, et de leurs défenses stratégiques, leurs ennemis parvinrent à détruire presque tous les temples de la ville : pour mettre fin aux combats incessants, Taira no Shigehira finit par ordonner de mettre le feu au Kōfuku-ji et au Tōdai-ji. Seul l'Enryaku-ji parvint à repousser les attaquants et à survivre.

Le Heike Monogatari décrit la destruction du Daibutsu du Tōdai-ji:

«La statue colossale du Bouddha de Vairocana de cuivre et d'or, dont la tête voûtée perçait les nuages, où brillait le joyau sacré de son front élevé, a fondu avec la chaleur, de sorte que ses symboles de pleine lune tombèrent sur le sol en dessous, alors que son corps fondait dans une masse informe.»

En tout, 3500 personnes sont mortes dans l'incendie de Nara.

Références[modifier | modifier le code]