Siège de La Rochelle (1573)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de La Rochelle de 1572-1573
Le Siege de La Rochelle par le Duc d Anjou en 1573.jpg
Informations générales
Date 11 février26 juin 1573
Lieu La Rochelle, province d'Aunis
Issue Victoire de la ville de La Rochelle
Belligérants
Le duc d'Anjou et futur Protestants rochelais
Guerres de religion
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de La Rochelle.
Le duc d'Anjou et futur Henri III

Le siège de La Rochelle, ordonné par Charles IX et commandé par le duc d'Anjou[1] (le futur Henri III), commence le 11 février 1573 et se termine par la suspension des armes le 26 juin 1573.

Ordre de bataille[modifier | modifier le code]

L'armée de siège comprenait (à compléter) :

L'armée huguenote comprenait (à compléter) :

Historique[modifier | modifier le code]

Le Massacre de la Saint-Barthélemy a porté un coup dur au protestantisme. C'est pour profiter du désarroi qui règne chez les protestants, que le roi et la reine-mère Catherine de Médicis entendent soumettre définitivement les protestants à leur autorité. Leur cible est La Rochelle, ville de tête du protestantisme français. Les protestants surimposent sur la ville - qui dispose d'importantes défenses - l'image de Genève française, République maritime en butte aux menées du pouvoir royal. Dans un ouvrage anonyme, Le Réveil-Matin des François et de leurs voisins composé par Eusèbe Philadelphe cosmopolite et publié à Edimbourg un an après le siège, La Rochelle se retrouve pendant le premier semestre 1573 « de toutes parts assiégées par les Janissaires du Tyran ». Les imaginaires des deux camps en guerre ouverte depuis une vingtaine d'années se cristallisent donc sur ce lieu et ce moment. La chute de la place serait un coin important enfoncé dans la cohésion du camp protestant. Le roi espère y parvenir par des négociations[2]. Cependant, le corps de ville de La Rochelle refuse de recevoir le gouverneur du roi Charles IX dans la place, Armand de Gontaut-Biron. Le blocus est décrété dès novembre 1572 et le camp royal dirigé par Anjou, frère du roi, n'est effectivement dressé qu'en février 1573.

Le duc d'Anjou est accompagné par les princes, François d'Alençon, Henri de Navarre (le futur Henri IV), et le prince de Condé, ces deux derniers fraîchement convertis au catholicisme. Le duc d'Anjou commande une armée de 5 000 fantassins et de 1 000 cavaliers. Toute la bonne noblesse de France le suit ; le grand maître de l'artillerie, Biron, les chefs du parti catholique Louis de Gonzague, Henri de Guise, Charles de Mayenne, Claude d'Aumale, Nevers, Montluc, mais encore le maréchal de Cossé, Henri de la Tour d'Auvergne, Villequier, Brantôme, le comte de Retz, Philippe Strozzi

François de La Noue (vers 1573)

La Rochelle est sans véritable chef militaire d'extraction noble. François de La Noüe travaille autant pour le compte des protestants que pour le compte du roi. La ville est aux mains des bourgeois et a 1 300 soldats sous son ordre. Des bateaux anglais lui apportent des subsistances. Alliée de la France et officiellement engagée dans des négociations de mariage avec François d'Angoulême, le plus jeune frère du roi Charles IX, Élisabeth Ire d'Angleterre condamne officiellement les particuliers anglais qui viennent au secours de La Rochelle mais en réalité elle les soutient en coulisse. Les navires anglais rentrent et sortent comme ils le souhaitent dans la rade. Les tentatives de Nevers pour la combler sont un échec. Toutefois le 19 avril 1573, une flotte anglaise commandée par le protestant français Montgomery est victorieusement repoussée par les bombardements catholiques.

Entrée dans la ville de La Rochelle des ambassadeurs polonais.

Sur terre, huit grands assauts sont donnés contre les remparts de la ville de février à juin. Ces assauts sont meurtriers, rares sont ceux qui ne sont pas blessés. Le duc d'Anjou lui même est atteint à plusieurs endroits et au cours de l'un de ces assauts, le 21 février 1573, le duc d'Aumale est tué. Le 26 mars 1573, 150 assiégeants meurent dans l'explosion accidentelle d'une mine destinée à faire sauter les remparts.

La résistance des protestants, l'échec des assauts, les difficultés de ravitaillement viennent à bout de la patience des assiégeants. Par ailleurs, des intrigues de clans se forment à l'intérieur du camp royal. Le prince François mène la fronde. Le 23 mai 1573, 6 000 Suisses arrivent venus en renfort, mais l'attaque générale lancée trois jours plus tard se termine dramatiquement pour les catholiques. Le 28 mai 1573 le duc d'Anjou apprend son élection comme roi de Pologne. Le siège s'arrête le 26 juin 1573. La paix est signée le 6 juillet 1573.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lettre d'Henri d'Anjou à Ceux de La Rochelle le 9 février 1573
  2. Cf. notamment la lettre d'Henri IV du 10 septembre 1572 (lien wikisource)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Bourgeon, « De Mons à la Rochelle via Paris, ou les paradoxes de Monsieur de La Noue (1572-1573) » in Bulletin de la société de l'histoire du protestantisme français, 1992, vol. 138, n°1, pp. 5-18.
  • Pascal Rambeaud, La Rochelle, fidèle et rebelle, Paris, Éditions Le Croît Vif, collection « Documentaire », 1999.