Prise de Lérida (1810)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Siège de Lérida (1810))
Aller à : navigation, rechercher
Prise de Lérida.png
Informations générales
Date 23/29 avril au 14 mai 1810
Lieu Lérida
Issue victoire française
Commandants
Louis-Gabriel Suchet Enrique José O'Donnell
Jaime García Condé
Forces en présence
13 000 hommes
30 canons
Conde 8 000 hommes et 105 canons
O'Donnell 7 à 8 000 hommes et 6 canons
Pertes
à Lérida 1 000 hommes
à Margalef 100 à 200 hommes
à Lérida 8 000 hommes et 105 canons
à Margalef 2 500 hommes et 3 canons
Batailles
Campagne d'Aragon et de Catalogne (1809-1814)

Valls (1re) · Gérone · Alcañiz · María-Belchite · Mollet · Vich · Villafranca (2e) · Lérida · Tortose · Valls (2e) · Tarragone (1er) · Sagonte · Valence · Castalla (1er) · Castalla (2e) · Tarragone (2e)

Coordonnées 41° 36′ 50″ N 0° 37′ 32″ E / 41.6139, 0.62556 ()41° 36′ 50″ Nord 0° 37′ 32″ Est / 41.6139, 0.62556 ()  

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Prise de Lérida (1810).

Géolocalisation sur la carte : Catalogne

(Voir situation sur carte : Catalogne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Prise de Lérida (1810).

Le combat de Lérida oppose les Français commandés par le général Suchet aux espagnols commandés par le général O'Donnel. La confrontation a lieu le 23 avril 1810.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le roi Joseph lui demande de pacifier l'Andalousie et lui se dépêche juste après de réduire la Catalogne et commence par aller vers Lérida. L'entreprise est difficile car la proximité des autres places fortes (Tortose, Mequinenza et Tarragone) impose une forte présence pour contenir la place sans être menacé par les sorties.

Les forces en présence[modifier | modifier le code]

Les français du IIIe corps :

La Prise de Lérida a lieu le 14 mai 1810 (ou le 13 mai 1810 confirmer).
Suchet arrive le 15 avril pour investir la ville.

Margalef[modifier | modifier le code]

Le général Suchet, apprenant que la colonne du général O'Donnel est près de la ville, envoie la division Musnier qui ne la trouve que le 22 avril. Il est fort de 8 000 hommes dont 400 cavaliers. La division Musnier allégée du 121e de ligne a cependant les 4e régiment de hussards et 13e régiment de cuirassiers. La confrontation commence par la rencontre des troupes de Jean Isidore Harispe et de Miguel Ibarrola Gonzáles. Ibarrola recule rapidement mais se fait charger de flanc par les cuirassiers qui font un carnage, c'est le moment où arrive la deuxième division commandée par O'Donnell. C'est de nouveau la débandade dont profitent les cuirassiers. La journée se solde par plus de 500 pertes et 2 500 prisonniers espagnols, un général (Despuig), huit colonels, trois étendards et un drapeau. Les français eurent 120 pertes, toutes du 13e régiment de cuirassiers[1].

Le siège[modifier | modifier le code]

Après cette victoire une sommation est faite aux assiégé mais la réponse de Garcia Condé est négative. La ville est protégée par la Sègre et les forts (Garden et château) la première tranchée d'approche est ouverte le 29 avril et le 7 mai les premiers tirs se font sur la ville. Le 12 avril une brèche est faite au fort Garden et un magasin de poudre explose, à la tête d'un bataillon du 114e et quatre compagnies d'élite du 121e le général Vergez d'un côté et le général Buget de l'autre prirent les deux redoutes opposées.
Le 13, il est 19h et le général Habert lance un assaut général et pénètre dans la ville dès le lendemain c'est la drapeau blanc qui est hissé.

Jean Charles Joseph Remond (1795-1875), Siège de Lerida par le général Suchet, le 14 mai 1810, 1836, Musée de l'Histoire de France (Versailles).

Furent libéré des geôles trente trois officiers des armées d'Aragon notamment ceux pris lors du combat de Mollet (colonel Guéry). Les prises de guerre comprenaient les canons de la ville 1 500 000 cartouches, dix drapeaux, dix milliers de poudre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dont Henry César d'Houdetot jeune issu des pages de l'Empereur.