Siège de Florence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de Florence
Siège de Florence (fresque de Vasari et de Stradano, 1558).
Siège de Florence (fresque de Vasari et de Stradano, 1558).
Informations générales
Date 24 octobre 152910 août 1530
Lieu Florence (Toscane)
Casus belli Sac de Rome par les lansquenets et renversement des Médicis à Florence
Issue Victoire du Saint-Empire et rétablissement du gouvernement ducal
Changements territoriaux Toscane
Belligérants
Fleur de lis of Florence.svg République florentine Charles V Arms-personal.svg Charles Quint *,
Emblem of the Papacy SE.svg États pontificaux
Commandants
Fleur de lis of Florence.svg Malatesta Baglioni,
Invisible.png Francesco Ferrucci
Charles V Arms-personal.svg Philibert de Châlon
Pertes
~2 000 prisonniers
Notes
* union personnelle entre l'Espagne et le Saint-Empire
Septième guerre d'Italie
Batailles
Rome — Naples — Landriano — Florence — Gavinana

Le siège de Florence, qui débuta à l'automne 1529, est l'un des ultimes épisodes des guerres de la Ligue de Cognac. Une armée considérable du Saint-Empire et d'Espagne commandée par Philibert de Châlon, Prince d'Orange, encercla la ville, et, après un siège de près de dix mois, s'en empara, renversant la République florentine pour mettre sur le trône Alexandre de Médicis en tant que duc de Toscane.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'issue du sac de Rome (1527), les Florentins avaient chassés les Médicis et proclamé la république ; le nouveau gouvernement se rangea aux côtés des Français dans leur guerre contre la Ligue de Cognac. Mais les défaites françaises au siège de Naples (1528) et lors de la bataille de Landriano en 1529 contraignirent François Ier à signer la paix de Cambrai avec l'empereur Charles Quint. Lorsque le pape Clément VII et la République de Venise firent la paix à leur tour avec l'Empereur, Florence se retrouva isolée. Charles Quint, voulant se concilier la faveur du pape, ordonna à ses armées de s'emparer de Florence pour y rétablir un Médicis, c'est-à-dire un parent du souverain pontife.

La république repoussa l'invasion pendant plusieurs mois, puis, à la faveur de la trahison des mercenaires qui étaient à sa solde, dut abandonner Volterra aux Impériaux. La mort de son meilleur capitaine, Francesco Ferrucci, exécuté par l'ennemi à l'issue de la bataille de Gavinana, ôta aux Républicains leurs dernières espérances. La ville capitula le 10 août 1530.

Source[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]