Siège de Constantinople

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Military symbol.svg Page d'aide sur l'homonymie  Cette page d’homonymie contient une liste de différentes batailles ou sièges partageant le même nom.
Siège de Constantinople en 1453 (peint en 1499)

Plusieurs sièges de Constantinople ont eu lieu durant l'histoire de l'Empire byzantin. Seuls deux aboutirent à la prise de la ville très bien défendue par son enceinte de remparts, celui de 1204 par les Croisés et celui de 1453 par les Ottomans ; le premier eut pour conséquence l'instauration temporaire de l'Empire latin ; le second entraîna, après la chute de Constantinople, la disparition définitive de l'Empire byzantin, dernier avatar légal de l'Empire romain.

Une cité convoitée[modifier | modifier le code]

Constantinople a été une cité convoitée depuis sa création. Sans rappeler précisément les conditions de sa fondation par Constantin, il est toutefois nécessaire de comprendre que la ville se trouve idéalement placée entre Orient et Occident, au contact des principales civilisations du moment et à la croisée des principales routes de commerce aussi bien sur terre que sur mer. De plus, par ses nombreuses conquêtes et reconquêtes, Byzance multiplie les contacts avec des peuples assez souvent hostiles à sa suprématie (les Bulgares, les Perses, les Ottomans, mais aussi les Italiens, les Normands sans oublier les Croisés). Nous retiendrons également des différentes descriptions connues de Constantinople au Moyen Âge, par les Occidentaux ou par les Arabes, que la ville était remplie de richesses qui attiraient les convoitises.

Au cours de son histoire millénaire, Constantinople, héritière de l'Empire romain, a toujours joui d'une aura particulière : la capitale a ainsi connu de près de trente sièges. Deux d'entre eux ont abouti à la prise de Constantinople et à sa perte par les Byzantins : en 1204 par les Croisés, et en 1453 par l'Empire ottoman de Mehmed II.

Liste des sièges[modifier | modifier le code]

Sièges de Constantinople par les Perses et les Arabes[modifier | modifier le code]

Sièges de Constantinople par la Bulgarie et la Rus'[modifier | modifier le code]

Sièges de Constantinople durant les Croisades[modifier | modifier le code]

Reconquête grecque de Constantinople[modifier | modifier le code]

En 1261, un petit groupe de soldats dirigé par Alexis Strategopoulos, général au service de Michel VIII Paléologue, entre dans la capitale latine mal défendue, amenant la chute de l'Empire latin de Constantinople. Par cette action, Constantinople est rétablie comme capitale de l'empire byzantin. La plupart des troupes latines de défense de la ville étaient absentes et en campagne, et l'empereur a fui, sans aucune résistance, mais il n'y a pas eu de siège à proprement parler.

Sièges de Constantinople par les Ottomans[modifier | modifier le code]