Shunbajunki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Shunbajunki (舜馬順熙?, r. 1237-1248) est un roi[1] des îles Ryūkyū[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Shunbajunki est le deuxième de la lignée Shunten. Il succède à son père Shunten en 1237[3].

Le règne de Shunbajunki est réputé pour la construction du château de Shuri et l'introduction du système d'écriture japonais kana. Le chinois et les sinogrammes ne sont introduits qu'à peu près un siècle plus tard; même après cette date, les documents gouvernementaux continuent d'être écrit en kana, comme le sont beaucoup des poésies.

Shunbajunki meurt en 1248, et son fils Gihon lui succède.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Kerr, George H. (1965). Okinawa, the History of an Island People. Rutland, Vermont: C.E. Tuttle Co. OCLC 39242121
  • Shinzato, Keiji, et al. Okinawa-ken no rekishi (History of Okinawa Prefecture). Tokyo: Yamakawa Publishing, 1996. p. 38.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kerr, George. (2000). 'Okinawa: The History of an Island People, p. 52 sur Google Livres; bien que les dirigeants suprêmes d'Okinawa - à commencer par Shunten (c. 1166 -. c 1237) - sont communément identifiés comme « rois », Kerr fait remarquer qu'« il est faux d'attribuer à part entière la « royauté » à un chef d'Okinawa dans ces premiers siècles... la primauté distincte d'un individu dû au pouvoir d'une éminente personnalité ou une compétence prééminente dans le maniement des armes ou de la ruse politique est lentement remplacée par des institutions officielles du gouvernement, des lois et des cérémonies, soutenues et renforcées par un respect croissant pour la fonction royale »
  2. Nussbaum, Louis-Frédéric. (2002). 'Japan Encyclopedia, p. 172 sur Google Livres; extrait, Eisō est « roi des îles Ryūkyū » au XIIIe siècle
  3. Kerr, pp. 50-51. sur Google Livres

Source de la traduction[modifier | modifier le code]