Shubénacadie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shubénacadie
Musée Micmac de Shubénacadie
Musée Micmac de Shubénacadie
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau de la Nouvelle-Écosse Nouvelle-Écosse
Municipalité Comté de Hants
Statut village
Date de fondation 1699
Démographie
Langue(s) parlée(s) Français, Anglais
Géographie
Divers
Site(s) touristique(s) Musée amérindien de Shubénacadie

Shubenacadie est une communauté Micmac située dans le Comté de Hants, en Nouvelle-Écosse, au Canada. Sa population, en 2006, est de 2 074 habitants.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Dans la langue Micmac, Shubénacadie (ou Sipekne'katik) veut dire « région abondante en nausette » ou « région de la patate rouge ».Dans le dialecte Micmac, ākăde veut dire une place […]. Shubénacadie est appelée par les locaux Saagaabenācăde, un endroit où leur racine favorite, le Sagaaban, pousse. Le mot s'applique aussi pour la rivière, où les racines sont abondantes.

Le terme "Shubénacadie" se prononce en chiac (patois anglo-acadien) "chu bin en Acadie" qui veut dire "Je suis bien en Acadie"[1].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1699, le père Louis-Pierre Thury installe une mission le long de la rivière Shunénacadie sur le territoire des Amérindiens Micmacs. La mission dénommée Saint-Anne, adapte pour les Amérindiens une vision chrétienne de Sainte-Anne et de Marie avec la vison du monde vue par les micmacs.

En 1738, le Père Jean-Louis Le Loutre arrive en octobre de cette année à la mission Sainte-Anne, après avoir passé l'hiver précédent au Cap-Breton ou il apprit la langue des Micmacs avec l'abbé Pierre Maillard.

En octobre 1755, la Déportation des Acadiens commence. La mission Sainte-Anne est détruite par les Anglais.

Shubénacadie est l'unique site du système d'étude amérindienne de 1922 à 1968, avec la seule école résidentielle amérindienne du Canada Atlantique.

Aujourd'hui, c'est un centre de service avec plusieurs boutiques et un musée.

Géographie[modifier | modifier le code]

La communauté amérindienne de Shubénacadie est située sur la rivière Shubénacadie, qui est un émissaire du Grand lac Shubénacadie. La rivière Shubénacadie se jette dans le bassin des Mines au fond de la baie de Fundy.

Résidents célèbres[modifier | modifier le code]

  • Anna Mae Aquash, activiste amérindienne, est née pas loin d'Indian Brook.
  • Shubénacadie Sam, un sifleu qui fait des prédictions sur la venue du printemps.

Attractions touristiques[modifier | modifier le code]

Shubénacadie est reconnue pour les plus hautes marées au monde. On peut faire du rafting sur ses différents cours d'eau et surtout sur les vagues de la rivière Shubénacadie.

Shubénacadie est aussi l'endroit où se trouve le parc de la faune de Shubénacadie. Ce parc animalier est un endroit protégé pour les canards Ducks Unlimited et un centre d'information toute l'année[2]. Le parc abrite des animaux indigènes à l'Amérique du Nord tels que l'ours noir, chevreuil, cerf, couguar, orignal, loups, et les poney de l'Île au Sable. Des programmes scolaires sont offerts toute l'année, ainsi que des programmes d'information durant les mois d'été.

Shubénacadie a un petit musée appelé le Tin Smith Shop[3]. Ce musée date des années 1890 et le bâtiment servait à la fabrication de lait, ensuite une quincaillerie jusqu'en 2000, lorsque la bâtisse fut laissée à la communauté par son propriétaire, M. Harry Smith. Il fut ouvert comme musée par la suite.

  • Une quincaillerie - avec des outils de 1920.
  • Ferblanterie - avec des équipements d'origine, intacts depuis les années 1890.
  • Boutique d'artisanat et boutique de cadeaux, personnel permanent et approvionnés par des artistes locaux de Nouvelle-Écosse.
  • Expositions supplémentaires - en mémoire des vétérans de guerre, linges, ustensiles ménagers, et outils agricoles.

Le centre de course Atlantic Motorsport Park est situé à une courte distance de Shubénacadie (11 kilomètres)[4]. C'est une des seules pistes de course en Amérique avec des pistes de courses à temps plein, et exploité entièrement par des bénévoles.

Références[modifier | modifier le code]