Patinage de vitesse sur piste courte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Short-track)
Aller à : navigation, rechercher

Patinage de vitesse sur piste courte
Short-track

Description de l'image  Short track speed skating pictogram.svg.
Fédération internationale ISU
Sport olympique depuis 1992
Description de cette image, également commentée ci-après

Championnats des Pays-Bas 2006

Départ d'une course
Épreuve de coupe du monde

Le patinage de vitesse sur piste courte[1] (patinage de vitesse courte piste au Canada et selon le Mouvement Olympique et short-track en France), est un sport similaire au patinage de vitesse sur longue piste (ou long-track en France), se pratiquant sur glace dans une patinoire standard sur une piste en forme d'anneau de 111,12 mètres de circonférence, où 2 à 8 patineurs s'affrontent. Les vitesses de ce sport peuvent atteindre les 55 à 60 km/h. C'est ce qui donne la principale caractéristique de ce sport : réussir à maintenir une vitesse élevée tout en patinant sur une piste très serrée.

Lames[modifier | modifier le code]

À première vue les patins de courte piste pourraient être confondus avec ceux de longue piste. Or ils sont très différents. En courte piste, les virages sont quatre fois plus serrés qu'en longue piste. Les lames du patinage courte-piste subissent donc divers réglages, spécifiques à ce sport, permettant d'accroître le contrôle du patineur.

Au fil du temps, quatre modifications se sont développées et sont aujourd’hui indispensables.

Tout d’abord, les supports de lames des patins de courte piste sont plus ou moins surélevées comparativement aux supports de longue piste. En surélevant la botte, le patineur peut se pencher davantage avant que la botte ne vienne toucher la glace. Cette inclinaison lui permet de se maintenir dans des virages plus courbés.

Deuxièmement, la lame peut être désaxée et/ou décentrée : vu de dessus elle pointe vers la gauche. Ce changement d'angle permet au patineur de s'incliner davantage et de virer plus court.

Troisièmement, la lame n’est pas parfaitement droite, mais courbe. Vu de dessous, la lame forme un léger "C". Ce réglage s'effectue pour que la lame suive naturellement un parcours courbé vers la gauche d'un rayon de 8 à 12 mètres en général. Dans le jargon des patineurs, cette modification s'appelle une "banane".

Quatrièmement, à l'aide d'une machine, on gruge la lame pour qu'elle prenne la forme d'un arc léger, en forme de "U" vu de côté, appelé "berceau". Son réglage dépend des préférences du patineur, et améliore encore la stabilité dans les virages ainsi que la poussée dans les lignes droites.

Finalement, les patins « claps » de la longue piste n'ont pas fait leur entrée dans le patinage sur piste courte pour des raisons pratiques et sécuritaires. Il serait en effet trop facile, avec plusieurs compétiteurs sur la même piste, de se coincer une lame ou une main dans le clap, ce qui occasionnerait à la fois une blessure et une chute qui pourrait faire d'importants dommages physiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le patinage de vitesse sur courte piste n’a environ que 100 ans et provient de l’Amérique du Nord, tandis que le patinage de vitesse remonte au XIIIe siècle en Hollande.

Le patinage de vitesse sur courte piste a commencé en 1905 au Canada et aux États-Unis, et la première compétition reconnue a eu lieu en 1909. Dans les années 1920 et 1930, le sport devient populaire en Grande-Bretagne, au Japon, en France, en Belgique et en Australie.

Même si l’Union internationale de patinage incorpore le patinage de vitesse sur piste courte à son association en 1967, ce n’est qu’en 1976 que les compétitions officielles de l’ISU commencent.

En fait, ce sport est resté longtemps dans l'ombre de son aîné qui a été reconnu comme sport international puis sport olympique. Les pistes de short-track sont similaires à une patinoire de hockey sur glace, ainsi, pour s'entraîner, les patineurs de vitesse ont pris l'habitude de les emprunter car elles sont pour la plupart couvertes, ce qui n'était pas le cas des grandes patinoires ; par conséquent, certains n'hésitaient pas à prendre part à des compétitions de short-track.

Avec le temps, de plus en plus de pistes ont été couvertes, et la plupart des patineurs ont dû se spécialiser dans l'une ou l'autre discipline pour être concurrentiels, surtout depuis que le short-track s'organise, avec notamment la mise en place de championnats du monde depuis 1981 (à Meudon-la-Forêt) puis en 1988. Ce sport a été inclus dans le programme olympique d'abord comme sport de démonstration à Calgary, puis sport olympique à Albertville en 1992.

Cette discipline gagne de plus en plus d'admirateurs et de popularité après chaque Jeux olympiques.

Règles[modifier | modifier le code]

  • Patinoire : la longueur de l'anneau de vitesse doit être de 111,12 mètres sur une piste de glace avec deux côtés de 60 m et des extrémités de 30 m. Les courbes doivent être dans une forme symétrique.
  • Patins : Les lames doivent avoir une longueur comprise entre 13 et 19 pouces.

LORS DES COMPÉTITIONS

  • Les lames des patineurs ne doivent pas passer à l'intérieur des blocs délimitant le virage.
  • Les patineurs dépassant un adversaire ne doivent en aucun cas le toucher ou le pousser volontairement.
  • Le patineur doit être muni de tout son équipement de protection.
  • Un patineur ne peut pas faire deux faux départs dans la même course.
  • Un patineur ne peut pas être anti-sportif (être violent ou même crier ou frapper).
  • Si une de ces règles n'est pas respectée, le patineur se verra infliger une disqualification, voire un carton jaune ou rouge en fonction de la gravité de l'incident.
  • Deux Penalty sur une même distance entrainent un carton jaune et l'exclusion du patineur pour la distance en cours.
  • Deux cartons jaune sur une même compétition entrainent un carton rouge et l'exclusion de la compétition.
  • Un patineur ayant deux cartons rouges sur une période de 12 mois sera temporairement exclu des compétitions ISU.

Compétitions[modifier | modifier le code]

Patinage de vitesse sur piste courte dans le monde[modifier | modifier le code]

Les pays dominants sont la Corée du Sud, le Canada, la Russie et la Chine.

Le patinage de vitesse courte-piste au Québec[modifier | modifier le code]

Dans le cas du Canada, les patineurs dominants viennent surtout du Québec du fait que les provinces de l'Ouest canadien sont plus tournées vers le patinage de vitesse longue-piste. Environ 4 500 jeunes participent chaque année à ces compétitions, partout à travers le Québec.

Le short-track en France[modifier | modifier le code]

La France a obtenu des résultats relativement inégaux au fil des années en short-track. C'est en France que le short-track est devenu olympique (démonstration à Albertville lors des Jeux Olympiques de 1992, pour devenir une discipline olympique à Lillehammer en 1994). C'est aussi en France qu'ont eu lieu les premiers championnats du monde de short-track, à Meudon-la-Forêt. Les Français reviennent actuellement sur le devant de la scène en short-track, avec en particulier les patineurs masculins Maxime Châtaignier et Thibaut Fauconnet.

Patineurs de vitesse sur piste courte[modifier | modifier le code]

Hommes[modifier | modifier le code]

Femmes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

CLUBS Français:

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mouvement olympique, 'Patinage de vitesse sur piste courte, page consultée le 9 février 2010