Shōjirō Iida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Shojiro Iida)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iida (homonymie).
Shōjirō Iida
Image illustrative de l'article Shōjirō Iida

Naissance 8 août 1888
Préfecture de Yamaguchi, Japon
Décès 23 janvier 1980 (à 91 ans)
Tokyo Japon
Origine Flag of Japan.svg Japon
Allégeance War flag of the Imperial Japanese Army.svg Armée Impériale Japonaise
Arme Infanterie
Grade Général
Années de service 1908 – 1945
Conflits Intervention Sibérienne
Guerre sino-japonaise
Seconde Guerre mondiale
Commandement Garde Impériale
Armée de Taïwan
XXVeDivision AIJ
XVeArmée AIJ
XXXeArmée AIJ

Shōjirō Iida (飯田祥二郎, Iida Shōjirō?, (8 août 1888 – 23 janvier 1980) était un général de l'Armée Impériale Japonaise durant la seconde guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Iida est natif de la préfecture de Yamguchi au Japon, il a été diplômé de la 20e classe de l'académie de l'armée impériale japonaise en 1908 et de la 27e classe de l'école militaire impériale du Japon en décembre 1915. Il est promu capitaine en décembre 1918. Il participe à la force expéditionnaire japonaise lors de l'intervention sibérienne contre les forces de l'armée bolchevik et l'armée blanche, en Russie[1].

Après avoir servi à différentes tâches administratives au sein du quartier général impérial japonais, incluant un stage en tant qu'instructeur à l'école d'infanterie de 1932 à 1934, Iida assume le commandement du IVe régiment des gardes impériales, de 1934 à 1935. Il devient par la suite chef d'état major de la IVe division, de 1935 à 1937.

Au début de la seconde guerre sino-japonaise, Iida devient le chef de l'état major de la 1er Armée japonaise en Chine, en 1938. Iida est promu au rang de lieutenant général en août 1939. On lui offre le commandement de l'armée taïwanaise du Japon, de 1938 à 1939. En 1939, il retourne à la garde impériale, comme commandant, et garde ce poste jusqu'en 1941[2].

Au début de la guerre du pacifique, Iida est muté au sud, afin de prendre le commandement de la XXVe armée japonaise, en Indochine française, occupée par les forces japonaises en 1941. Il établit son quartier général à Saigon et se prépare à l'invasion de la la Thaïlande. En décembre 1941, Iida prend le commandement de la nouvelle XVe armée japonaise, qui inclut la XXXIIIe division de l'AIJ, ainsi que de la LVe division de l'AIJ. Début décembre, ses forces contrôlent facilement la faible résistance Thaï, ce qui force la Thaïlande à conclure un pacte d'amitié avec le Japon. Le 20 janvier 1942, les divisions de Iida pénètrent en Birmanie, pour ce qui deviendras la très fructueuse conquête de la Birmanie par les troupes japonaises[3].

Les forces de Iida, qui comptaient plus de 35 000 hommes, ont rapidement et facilement pris le dessus sur les forces britanniques, malgré un terrain inhospitalier et des approvisionnements limités. Le 8 mars, Iida prend Rangoon, coupant ainsi la route de Birmanie, et isolant par le fait même la Chine. Au mois de mai, les forces chinoises et britanniques ont été expulsées de la Birmanie vers la Chine et l'Inde, avec plus de 30 000 victimes, contre à peine 7 000 du côté japonais[4].

On rappelle Iida au Japon en 1943, on lui confie le commandement de la défense générale. En 1944, il devient le commandant en chef de l'armée centrale de district. Il se retire des tâches actives, ainsi que du service en 1944.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hayashi, Kogun: The Japanese Army in the Pacific War.
  2. Ammenthorp, The Generals of World War II.
  3. Latimer, Burma: The Forgotten War.
  4. Allen, Burma: the Longest War 1941–45.