Samuel Katz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Shmuel Katz)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Katz.

Samuel Katz était un écrivain et homme politique israélien. Il est né le 9 décembre 1914, et mort le 9 mai 2008[1]. Ancien membre dirigeant de l'Irgoun, il a été élu à la première Knesset sur les listes du Herout. Il est également connu pour sa biographie de Vladimir Jabotinsky[2].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Il est né en Afrique du Sud en 1914, sous le nom de Samuel Katz. En 1930, il rejoint le mouvement Betar. En 1936, il s'installe en Palestine et rejoint l'Irgoun. En 1939, il est envoyé à Londres par Vladimir Jabotinsky pour y négocier sur l'avenir de la Palestine. Il a été le rédacteur en chef du journal The Jewish Standard et a écrit pour le Daily Express et le Jerusalem Post.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1946, il retourne en Palestine et intègre la direction d'Irgoun où il s'occupe des relations extérieures. Il est l'un des sept membres de la direction suprême d'Irgoun[3] et porte-parole de l'organisation[4],[5].

En 1948, il assiste à l'attaque de l'Altalena par les troupes du Palmah sur les côtes de Tel-Aviv.

Shmuel Katz est l'un des fondateurs du parti politique Hérout et du Mouvement pour un Grand Israël en 1967 et favorise la création du groupe américain Americans for a Safe Israel.

En 1977, Katz devient le conseiller diplomatique du premier ministre Menahem Begin. Il l'accompagne deux fois à Washington où il a été chargé d'expliquer quelques points au président Jimmy Carter. Il quitte cette fonction le 5 janvier 1978 à cause de différends avec le gouvernement sur les propositions de paix avec l'Égypte[6].

Écrivain[modifier | modifier le code]

Samuel Katz est l'auteur de Battleground: Fact and Fantasy in Palestine écrit en 1973. Il y décrit les racines du conflit israélo-arabe du point de vue révisionnisme sioniste. Il attaque ce qu'il appelle une propagande utilisée par les Arabes à propos des origines du conflit et essaie de les réfuter en affirmant que « la majorité des réfugiés arabes n'ont été chassés de Palestine par personne. La grande majorité est partie de sa propre volonté ou suivant les ordres et exhortations de leurs chefs, avec l'assurance que leur départ favorisera la guerre contre Israël[7]. » Cette version des faits n'est plus partagée par les historiens aujourd'hui[8].

Il a également consacré une partie de sa vie à la biographie de Vladimir Jabotinsky, Lone Wolf : A Biography of Vladimir (Ze'Ev) Jabotinsky (Sachant que Ze'Ev signifie loup en hébreu, et donc Wolf en anglais).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Days of Fire (1966)
  • Battleground (1973)
  • Lo Oz Velo Hadar (1981)
  • (en) Shmuel Katz, Lone wolf : a biography of Vladimir (Zeʼev) Jabotinsky, New York, Barricade Books,‎ 1996 (ISBN 1569800421, résumé).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Former Herut MK Shmuel Katz, 93, Passes Away - News Briefs - Arutz Sheva
  2. The Best Biography of Jabotinsky: The Lone Wolf Jewish Post
  3. 'France Accused Of Supporting Palestine Terrorists: Jewish Leader Tells Of Murder Plot', The Times, Friday, March 18, 1966; pg. 11; Issue 56583; col F.
  4. Seliktar, 2002, p. 39.
  5. Terence Smith, New York Times, June 27, 1977
  6. The New York Times, January 6 1978, Adviser to Begin quits
  7. (en) Ben Hecht, Perfidy, Jerusalem New London, NH, Milah Press,‎ 1997 (ISBN 0-9646886-3-8, résumé), p. 13
  8. (en) Benny Morris, The birth of the Palestinian refugee problem revisited, Cambridge New York, Cambridge University Press,‎ 2004 (ISBN 0521009677);(en) Yoav Gelber, Palestine, 1948 : war, escape and the emergence of the Palestinian refugee problem, Brighton Portland, OR, Sussex Academic Press,‎ 2006 (ISBN 9781845190750, résumé)..

Liens externes[modifier | modifier le code]