Shinsaku Takasugi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shinsaku Takasugi

Shinsaku Takasugi (高杉晋作, 27 septembre 1839 - 17 mai 1867) était un samouraï du clan Chōshū qui a contribué significativement à la restauration de Meiji.

Il utilisait le nom Umenosuke Tani (谷梅之助) pour cacher ses activités pour le shogunat.

Premières années[modifier | modifier le code]

Takasugi est né à Hagi, la capital du domaine de Chōshū (aujourd'hui préfecture de Yamaguchi). Son père est Kochuta Takasugi, un samouraï de moyen rang du domaine.

Takasugi a rejoint la Shoka Sonjuku, la célèbre école privée de Yoshida Shōin. Il se consacra à la modernisation de l'armée de Chōshū, et est devenu le favori de Yoshida. En 1858, il entra dans la Shoheiko (une école militaire sous le contrôle direct du shogun à Edo), mais en 1859, il retourna chez lui sur demande du clan. Takasugi - malgré son jeune âge - était une personne influente de Chōshū qui était partisan d'une politique extrême qui défendait l'isolement du Japon et encourageait l'expulsion des étrangers. Takasugi participa à l'attaque du 12 décembre 1862 sur la délégation britannique à Edo.

Voyage en Chine[modifier | modifier le code]

Malgré la politique nationale d'isolement pendant la période Edo, en 1862, sur ordre du clan, Takasugi voyagea secrètement jusqu'à Shanghai en Chine pour étudier la situation de l'époque et la puissance des pays occidentaux. La visite de Takasugi coïncide avec la révolte des Taiping, et il fut choqué par les effets de l'impérialisme européen sur l'empire chinois. Takasugi retourna au Japon convaincu que son pays devait se renforcer pour éviter d'être colonisé par l'Occident, ou sinon, il connaitrait un destin semblable à la Chine. Avec le mouvement de plus en plus important du Sonnō jōi (« Révérez l’Empereur, expulsez les barbares »), qui attirait certains membres radicaux de la classe guerrière et de la noblesse du Japon, les idées de Takasugi ont eu de l'écho à Chōshū et dans d'autres régions du Japon.

Formation de la Shotai et de la Kiheitai[modifier | modifier le code]

Shinsaku Takasugi fonda la Kiheitai de Chōshū, milice qui combattit le Bakufu pendant la seconde expédition de Chōshū de la guerre du Boshin.

Takasugi est à l'origine de l'idée révolutionnaire de la milice irrégulière auxiliaire (shotai). Dans le cadre du système féodal, la classe des samouraïs était autorisée à posséder des armes. Takasugi a favorisé le recrutement d'hommes du peuple, créant ainsi des milices paramilitaires mixtes socialement. Dans ces unités, ni le recrutement ni la promotion ne dépendait (du moins en théorie) du statut social. Des fermiers, des commerçants, des charpentiers et même des lutteurs de sumo et des prêtres bouddhistes ont été enrôlés, bien que les samouraïs aient toujours formé la majorité de la Shotai. Takasugi a clairement vu que l'utilisation des richesses financières des commerçants et des fermiers de classe moyenne pouvait augmenter la force militaire du domaine, sans affaiblir ses finances. Puisque les chefs de Chōshū ne pouvaient pas - et étaient peu disposés - changer la structure sociale du domaine, l'utilisation limitée des paysans et des hommes du peuple permettait de former un nouveau type de militaires sans déranger la société traditionnelle.

En 1863, Takasugi lui-même a fondé une unité spéciale de la Shotai sous son commandement direct appelée la Kiheitai, qui était composée de 300 soldats (dont la moitié étaient samouraïs). Cependant, en raison de la propagation de l'idéologie du Sonnō Jōi, Takasugi a été emprisonné par les autorités du domaine, après coup d'état contre ces dernières à Kyoto en 1863, qui menaçait de compromettre le rôle important de Chōshū dans la politique nationale.

Crise externes et internes[modifier | modifier le code]

Cependant, Chōshū n'a bientôt plus eu d'autres choix que de faire appel à Takasugi. Après que Chōshū ait ouvert le feu sur des navires de guerre occidentaux dans le détroit de Shimonoseki le 25 juin 1863, les Anglais, les Français, les Néerlandais et les Américains ont bombardé Shimonoseki l'été suivant, le port principal du domaine Chōshū , ce qui sera plus tard appelé le bombardement de Shimonoseki, qui précéda le débarquement des soldats français. Le combat contre les unités de Chōshū démontra l'infériorité des troupes traditionnelles japonaises contre les armées occidentales, et convainquit les chefs du domaine de la nécessité absolue d'une réforme militaire complète. L'administration du domaine de Chōshū a invité Takasugi à effectuer cette réforme en tant que 'directeur des affaires militaires', mais il a aussi été chargé - à seulement 25 ans -de négocier avec la paix avec les quatre puissances occidentales.

En raison de l'humiliation des forces de Chōshū contre les Occidentaux, Takasugi réalisa que la confrontation directe avec les étrangers n'était pas une option. Au lieu de cela, le Japon devait apprendre les tactiques, les techniques et les technologies militaires de l'Occident. Takasugi a équipé sa milice Kiheitai avec les derniers fusils modernes, et a introduit une formation sur les stratégies et les tactiques occidentales. En outre, Takasugi a usé son influence avec le mouvement Sonnō Jōi pour promouvoir une politique conciliante avec l'Occident, et ainsi le mouvement nationaliste s'est transformé en un mouvement anti-Bakufu avec l'objectif de renverser le régime de Tokugawa pour renforcer le Japon contre les étrangers.

Affaibli par l'attaque punitive des puissances occidentales, Chōshū ne pouvait pas résister à une expédition montée par le Bakufu en automne 1864 en représailles à des tentatives précédentes de Chōshū de s'emparer de Kyoto. Au début, les forces conservatrices, qui favorisaient la conciliation avec le Bakufu afin de sécuriser le domaine, étaient dominantes dans le gouvernement de Chōshū, et Takasugi et certains de ses compatriotes ont dû quitter le domaine pour éviter l'emprisonnement. Takasugi, avec une douzaine de disciples, dont les futurs chefs politiques que seront Aritomo Yamagata, Hirobumi Itō et Kaoru Inoue, s'est réfugié à Kokura sur Kyūshū et a préparé une attaque sur les forces conservatrices de Chōshū. La guerre civile de Chōshū commença le 13 janvier 1865.

Takasugi a joué un rôle important dans cette guerre civile et sa milice Kiheitai a prouvé sa supériorité sur les forces samouraïs démodées. Avec une série de victoires rapides et l'appui de Takayoshi Kido, Takasugi a obtenu la victoire en mars 1865. Il est devenu l'un des personnages principaux de la politique du domaine de Chōshū et a continué à agir en tant qu'expert en science militaire occidentale, consacrant ses efforts à importer des armes et à lever des troupes. Ces réformes se sont avérées réussies quand Chōshū fut victorieux sur quatre fronts pendant la seconde expédition de Chōshū contre le Bakufu en 1866. À elle seule, la Kiheitai a remporté la victoire sur deux des fronts. Les efforts de Takasugi avaient créé une petite 'nation en armes', lui donnant une puissance militaire relativement grande pour sa petite taille. Avec sa victoire sur les forces de Tokugawa, la position du Bakufu devenait critique, et des domaines traditionnellement rivaux se sont alliés à Chōshū dans les batailles suivantes qui ont mené à la restauration de Meiji et à la fin du régime de Tokugawa.

Mort[modifier | modifier le code]

Takasugi n'a pas vécu assez pour voir ce succès. Il est mort de la tuberculose le 17 mai 1867, à seulement 28 ans. Sa Kiheitai a été repris par son protégé Aritomo Yamagata. Un an plus tard, le rêve de Takasugi de renverser le shogunat Tokugawa fut accompli avec la restauration de Meiji. La Kiheitai a été dissoute début 1870 après la création de l'armée impériale japonaise.

Legs[modifier | modifier le code]

Shinsaku Takasugi, une personne importante du début de la restauration de Meiji, est aussi bien connu pour ses talents militaires que pour ses compétences en politique. Cependant, en mourant à 28 ans, Takasugi ne put devenir l'un des chefs célèbres du Japon dans l'ère Meiji. Dans sa ville natale - Hagi dans l'ouest du Japon- on se réfère à lui en héros mystique et énergique, qui déploie tous ses efforts pour ouvrir la voie à la modernisation, à l'occidentalisation et aux réformes, non seulement dans les domaines militaires mais aussi dans les domaines politiques et sociaux.

Shinsaku Takasugi dans les médias[modifier | modifier le code]

  • Takasugi est un personnage secondaire dans l'OAV de Kenshin le vagabond, Confiance et Trahison. Il était l'un des alliés du personnage principal dans le clan Choshu et déjà dans les dernières phases de sa maladie. Son seiyu est Wataru Takagi.
  • Takasugi est l'inspiration pour Shinsuke Takasugi, un des antagonistes principaux de la série Gintama.

Notes et références[modifier | modifier le code]