Shinkō Kinema

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Shinkō Kinema (新興キネマ?) est une société de production cinématographique japonaise active dans les années 1930.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

La Shinkō est fondée en septembre 1931 à partir des restes des studios Teikoku Kinema avec l'aide du capital de la Shōchiku[1]. L'historien Jun'ichirō Tanaka écrit que le studio faisait partie des efforts de la Shōchiku pour monopoliser l'industrie japonaise du cinéma, en utilisant la Shinkō pour contrôler certaines des sociétés de production indépendantes en distribuant leurs films, et en attirant les talents rebelles qui quittaient ses rivaux comme Nikkatsu ou Fuji Eiga[2]. Et de fait, la Shinkō à distribué les films de vedettes jidaigeki comme Tsumasaburō Bandō et Kanjūrō Arashi ou de gendaigeki telle que Takako Irie. Pendant une période, des réalisateurs comme Kenji Mizoguchi, Tomu Uchida, Minoru Murata, Shigeyoshi Suzuki et Yutaka Abe, ainsi que des vedettes comme Tokihiko Okada, Isamu Kosugi, Eiji Nakano, Fumiko Yamaji et Mitsuko Mori y ont tourné des films[2]. Masaichi Nagata est devenu chef de studio à un moment donné[3]. Ses principaux bureaux sont situés à Hatchōbori à Tokyo[3] et ses studios à Uzumasa à Kyoto et Ōizumi (de nos jours à Nerima) à Tokyo.

Fusion[modifier | modifier le code]

La Shinkō, cependant, ne peut retenir tous ces talents et demeure un studio de second rang. En 1941, dans le cadre de la réorganisation menée par le gouvernement de l'industrie, il est fusionné avec Daito Eiga et le bras de production de la Nikkatsu pour forme les Daiei Film (en)[4],[5]. Les studios de Tokyo et de Kyoto de la société Toei se trouvent de nos jours sur les sites des anciens studios Shinkō[6],[7].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Joseph L. Anderson, Donald Richie, The Japanese Film: Art and Industry, Princeton University Press,‎ 1982, p. 79–80
  2. a et b (en) Jun'ichirō Tanaka, Nihon eiga hattatsushi, Chūō Kōron,‎ 1976, vol. 2: 176–186
  3. a et b Hatchōbori shūhen: Rekishi annai, Chūō-ku Kyōdoshi Dōkōkai
  4. (en) Joseph L. Anderson, Donald Richie, The Japanese Film: Art and Industry, Princeton University Press,‎ 1982, p. 142–144
  5. (en) Jun'ichirō Tanaka, Nihon eiga hattatsushi, Chūō Kōron,‎ 1976, vol. 3: 24–26
  6. « Satsueijo gaiyō », Tōei Kyōto Satsueijo (consulté le 16 mai 2011)
  7. « Tōei Kabushiki Kaisha Tōkyō Satsueijo Dejitaru Sentā-tō shunkōshiki », Nerima-ku (consulté le 16 mai 2011)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]