Shinjuku ni-chōme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shinjuku ni-chōme
新宿二丁目
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Ville Tokyo
Arrondissement Shinjuku
Géographie
Coordonnées 35° 41′ 24″ N 139° 42′ 24″ E / 35.690005, 139.70680135° 41′ 24″ Nord 139° 42′ 24″ Est / 35.690005, 139.706801  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir sur la carte administrative du Japon2
City locator 14.svg
Shinjuku ni-chōme
新宿二丁目

Géolocalisation sur la carte : Tokyo

Voir la carte administrative de Tokyo
City locator 14.svg
Shinjuku ni-chōme
新宿二丁目

Géolocalisation sur la carte : Tokyo

Voir la carte topographique de Tokyo
City locator 14.svg
Shinjuku ni-chōme
新宿二丁目

Shinjuku ni-chōme (新宿二丁目?, ou simplement Ni-chōme) est un quartier de l'arrondissement de Shinjuku à Tokyo au Japon. Ni-chōme est connu comme le quartier gay de Tokyo.

Situation[modifier | modifier le code]

Ni-chōme est à environ dix minutes à pied de la gare de Shinjuku, soit par Shinjuku dōri, soit par Yasukuni dōri. La station Shinjuku sanchōme (M-09 or S-02) sur les lignes Tokyo Metro Marunouchi ou Toei Shinjuku, ou la station Shinjuku Gyoenmae (M-10) sur la ligne Marunouchi sont à trois ou quatre minutes à pied de Ni-chōme.

Le nombre de bars gay dans le quartier est estimé à une dizaine de bars pour femmes, contre environ 400 pour hommes[1]. La plupart se trouve près de la rue Nakadai (Nakadai Dōri). Outre des bars, le quartier a un restaurant gay (Cocoro Café), des magasins avec des mensuels (G-Men et Badi par exemple) et des DVD/vidéos pornographiques, des saunas, des hôtels, boîtes de nuit et des salons de massage.

Dans les bars gays[modifier | modifier le code]

Les bars peuvent accueillir, pour la plupart, une dizaine de clients ou moins. Il n'y a pas un bar ou club dans le quartier qui peut accueillir plus d'une centaine de clients. Les bals et les événements destinés à un plus grand nombre de participants se déroulent hors du quartier.

Certains bars sont spécialisés par type ou par genre. Il y a ainsi des bars destinés aux amateurs de gros, de musclés, d'étudiants, de drag queens, de cuiristes, etc. Les bars sont aussi répartis selon le sexe. Certains bars n'acceptent par ailleurs qu'un seul sexe et refusent parfois même les étrangers.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Benjamin Gauducheau, « Lesbiennes au Japon, pas facile de "sortir du placard" », Aujourd'hui le Japon, le 7 décembre 2010