Shinasha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shinasha
Boró
Parlée en Éthiopie
Nombre de locuteurs 19 900 (en 1994)[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 bwo
IETF bwo

Le shinasha (ou borna, autonyme, boró, un terme qui s'applique aussi bien à la langue qu'au peuple[2]) est une langue afro-asiatique de la branche des langues omotiques parlée en Éthiopie.

Localisation géographique[modifier | modifier le code]

Le shinasha est parlé dans l'État régional éthiopien de Benishangul-Gumuz.

Classification[modifier | modifier le code]

Le shinasha est classé parmi les langues couchitiques occidentales, un sous-groupe aussi appelé omotique. Les langues omotiques sont considérées par certains linguistes comme étant une branche des langues afro-asiatiques et non comme appartenant au couchitique.

La langue est classée par Bender (1988) dans le sous-groupe des langues gonga, aussi appelées langues kafa ou kefoïdes.

Phonologie[modifier | modifier le code]

Les tableaux présentent les phonèmes du shinasha : les consonnes[3] et les voyelles[4].

Voyelles[modifier | modifier le code]

Antérieure Centrale Postérieure
Fermée i [i] iː [] u [u] uː []
Moyenne e [e] eː [] o [o] oː []
Ouverte a [a] aː []

Les voyelles [e] et [o] peuvent être réalisées [ɛ] et [ɔ][4].

Consonnes[modifier | modifier le code]

Bilabiales Alvéol. Dorsales Glottales
Palatales Vélaires
Occlusives Sourdes p [p] t [t] k [k]
Sonores b [b] d [d] g [g]
Éjectives p’ [p’] t’ [t’] k’ [k’] ʔ [ʔ]
Fricatives Sourdes f [f] s [s] š [ʃ] h [h]
Sonores z [z]
Affriquée Sourdes ts [t͡s] č [t͡ʃ]
Sonores dʒ [d͡ʒ]
Éjectives ts’ [t͡s’] č’ [t͡ʃ’]
Nasales m [m] n [n]
liquides l [l]
roulées r [r] rh [r]
Semi-voyelle w [w] y [j]

Une langue tonale[modifier | modifier le code]

Le shinasha possède trois tons, un ton bas, non marqué, un ton moyen, marqué [ā] et un ton haut marqué [á]. Cependant, pour Rottland, le statut de phonème du ton moyen n'est pas certain. Il pourrait n'être qu'un ton de passage dans des trisyllabes, par exemple, ts’alāní, ce porc-épic, ou k’órāni, cet aigle[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Ethnologue.com
  2. Rottland, 1990, p. 185.
  3. Rottland, 1990, p. 187.
  4. a et b Rottland, 1990, p. 188
  5. Rottland, 1990, p. 189.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Franz Rottland, « A Sketch of Shinasha Morphology », dans Richard J. Hayward (éd.), Omotic Language Studies, School of Oriental and African Studies, University of London, Londres, 1990, p. 185-209 (ISBN 0-7286-0166-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]