Shin Yong-mok

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Shin Yong-mok (hangeul : 신용목) est un poète sud-coréen né en 1974[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Shin Yong-Mok est né à Geochang, dans la province de Gyeongsangnam-do, en Corée du Sud en 1974[2]. Il est entré à l'université alors qu'il écrivait déjà des poèmes. Il a été élu président de la délégation des étudiants de son université et a immédiatement attaqué son université pour corruption. Il a également entrepris un jeûne de protestation pour la démocratisation des institutions éducatives[1]. Il a fait ses débuts littéraires en 2000.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il a été influencé par les poètes activistes de l'ancienne génération, dits «Poètes du peuple» (Minjung shi-in), tels que Kim Nam-ju et Shin Kyeong-nim, et il s'est beaucoup penché sur l'influence de la littérature sur le cours de l'histoire et sur la société[3].

Il fait figure de "nouveau poète" en Corée du Sud, dans le sens où il fait partie des poètes qui évitent d'écrire des textes à connotation politique. Il énonce essentiellement des messages d'amour pour la communauté dans un style doux et facile d'accès. Sa poésie est basée sur sa foi en des valeurs de "co-existence avec ses semblables" qu'il fait passer avant le bonheur personnel. Même en pleine période de néolibéralisme où la concurrence entre les écrivains est considérée comme un mal nécessaire, il cherche à donner du sens aux moindres lueurs d'espoir afin de protéger la collectivité et la liberté de l'être humain. Comme on peut le remarquer dans ces vers : "Chaque heure qui m'est donnée / je prends ma lampe de poche et je vérifie les rênes / pour voir s'il n'y aucun problème", l'auteur se place dans la position d'un garde responsable de la "paix", de l'équilibre. Son travail tend à montrer que l'esprit de l'homme, son intégrité ne se trouveront pas corrompus même dans une société de plus en plus matérialiste[3].

Slhin a remporté plusieurs prix, en particulier le prix littéraire de Nouvel écrivain en 2000, décerné par Jakga segye, et le prix littéraire Commencement et le prix de Jeune poète Yuksa (육사시문학상젊은시인상) en 2008[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 그 바람을 다 걸어야 한다 Il faut marcher à travers tout ce vent (2004)
  • 바람의 백만번째 어금니 La millionième molaire du vent (2007)
  • 아무 날의 도시 Dans une ville de n'importe quel jour (2012)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b "신용목" biographical PDF available at LTI Korea Library or online at: http://klti.or.kr/ke_04_03_011.do#
  2. « 신용목 시인 », sur http://people.search.naver.com/search.naver?sm=tab_txc&where=people_profile&ie=utf8&query=%EC%8B%A0%EC%9A%A9%EB%AA%A9&os=215784, Naver (consulté le 13 novembre 2013)
  3. a et b Source-attribution|"Shin Yong-Mok" LTI Korea Datasheet available at LTI Korea Library or online at: http://klti.or.kr/ke_04_03_011.do#
  4. « 신용목 시인> 수상네역 », sur http://people.search.naver.com/search.naver?sm=tab_txc&where=people_profile&ie=utf8&query=%EC%8B%A0%EC%9A%A9%EB%AA%A9&os=215784, Naver (consulté le 13 novembre 2013)

Lien interne[modifier | modifier le code]