Shikishima (PLH 31)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shikishima.
Shikishima (PLH 31)
Image illustrative de l'article Shikishima (PLH 31)
Le Shikishima (PLH 31) en 2004.

Autres noms しきしま
Histoire
A servi dans Garde côtière du Japon
Quille posée 24 août 1990
Lancement 27 juin 1991
Armé 9 avril 1992
Statut Actif
Caractéristiques techniques
Type Aviso porte-hélicoptères
Longueur 150 m
Maître-bau 17 m
Tirant d'eau 6 m
Déplacement 6 500 t.
Tonnage 7 175 t.
Propulsion 2 diesels SEMT Pielstick 19 PC 2-5 V 400
2 hélices
Puissance 20 800 cv
15 290 kW
Vitesse 25 nd
Caractéristiques militaires
Armement 2 x 2 Oerlikon 35 mm
2 x 1 JM61 Sea Vulcan de 20 mm
2 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm
2 canons à eau
Aéronefs 2 Eurocopter AS-332 Super Puma
Rayon d'action 20 000 mille marin à 14 nd
Autres caractéristiques
Électronique En 2007 :
1 radar de navigation JMS 1596
1 radar de recherche surface JMS 830
1 radar surface-air OPS-14C
1 radar de contrôle hélicoptère JMI 3000
Système de transmissions par satellite Inmarsat
Équipage 110 + 30 pour le groupe aérien
Chantier naval Ishikawajima-Harima, Tokyo
Port d'attache Yokohama
Indicatif Numéro IMO 9009566

Le Shikishima (PLH 31) (しきしま?) est, en 2013, le plus grand navire de la Garde côtière du Japon[1]. PLH signifiant Patrol Vessel Large with Helicopter.

Historique[modifier | modifier le code]

Il est à l'origine construit par l'agence de sécurité maritime (qui deviendra en 2000 la garde côtière du Japon) pour l’escorte des navires transportant du plutonium venant de France et du Royaume-Uni pour les réacteurs nucléaires japonais. Il effectue une seule escorte en 1992 de l'Akatsuki Maru (ex-Pacific Crane), un navire de 4 800 t chargé de transporter une tonne de plutonium depuis Le Havre[2] puis il est assigné la préfecture maritime de Yokohama. Son coût est estimé en 2009 à 35 milliards de yens (272 millions d'euro en avril 2013).

Il effectue des missions de lutte contre la piraterie en Asie du Sud-Est[3] et effectue régulièrement des croisières vers les îles Senkaku et Okinotorishima, zones litigieuses avec la Chine[4].

Succession[modifier | modifier le code]

Suite à une loi anti-piraterie voté en 2009, il a été décidé en 2010 la construction de deux navires basés sur sa coque. Le premier est l'Akitsushima (PLH 32) armé d'un canon de 40 mm lancé par IHI Marine United le 4 avril 2012[5] et qui est livré le 30 novembre 2013[6],[7], le coût total est de 32 milliards de yens (234 millions d'euro en août 2014), un troisième est prévu. Leur durée de vie prévue est de 25 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) Eric Wertheim, Naval Institute Guide to Combat Fleets of the World: Their Ships, Aircraft, and Systems, Naval Institute Press,‎ 15 avril 2007, 1124 p. (ISBN 978-1591149552, lire en ligne), p. 402
  2. « Les Japonais vont transporter une tonne de plutonium par mer », sur Les Échos ,‎ 19 aout 1992 (consulté le 8 avril 2013)
  3. (en)« Philippine Coast Guard and Japan Coast Guard to hold Anti-Piracy Training in Manila », sur Philippine Coast Guard,‎ 26 août 2012 (consulté le 8 avril 2016)
  4. (en)James Simpson, « MSDF Ships Visit Yokohama’s Minato Mirai », sur Japan Security Watch,‎ 8 octobre 2012 (consulté le 8 avril 2013)
  5. (ja)« 海保最大級の巡視船が完成、進水式で披露 », sur News24,‎ 4 avril 2012 (consulté le 8 avril 2013)
  6. (en)« Current Ship Projects », sur SeaWaves,‎ 7 avril 2013 (consulté le 8 avril 2013)
  7. (en) « Large Patrol Vessel Akitsushima (PLH-32) Enters Japan's Coast Guard Service », sur Navy Recognition,‎ 30 novembre 2013 (consulté le 12 août 2014).