Shi Tennō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kōmoku-ten au kondō du Tōdai-ji
Bishamon-ten au kondō du Tōdai-ji

Les chinois : Sida Tianwang sont les gardiens des horizons et de la loi bouddhique au Chine.

Présentation[modifier | modifier le code]

Leurs noms sont :

  • Chiguo Tianwang (持國天王, 持国天王 ou 治國天, 治国天), gardien de l'est ;
  • Zengzhang Tianwang (増長天王), gardien du sud ;
  • Guangmu Tianwang (廣目天王, 広目天), gardien de l'ouest ;
  • Duowen Tianwang (毘沙門天, également connu sous le nom de Tamon-ten, 多聞天王) gardien du nord. Le shintô populaire le considère également comme un des trois kamis de la guerre (san senjin).

Ils servent tous quatre Taishaku-ten (帝釈天), le dieu du centre, et le considèrent comme le gardien de la morale. Ils sont eux-mêmes les vassaux de l'un d'entre-eux : Bishamon-ten. Ils résident sur le mont Meru.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Dans l'iconographie japonaise, les Shi Tennō sont représentés en guerriers en armure à l'allure menaçante et piétinant souvent des démons. Mais certaines caractéristiques permettent de les différencier :

  • Jikoku-ten tient un sabre et un trident ;
  • Jōchō-ten est représenté tenant un sabre ou une lance ;
  • Kōmoku-ten tient un rouleau d'écriture et un bâton ;
  • Bishamon-ten porte une lance, ou un trident avec oriflamme, et une pagode.

Un temple, le Shi Tennō-ji[modifier | modifier le code]

Le régent Shōtoku leur fit ériger l'un des plus anciens temples du Japon, en 593, le Shi Tennō-ji à Naniwa (Osaka).

Correspondance des noms[modifier | modifier le code]

Ce tableau donne la correspondance des noms entre les différentes langues du bouddhisme ainsi que quelques informations sur le symbolisme des Shi Tennō. Ils correspondent aux Chaturmahârâja de l'Inde et aux Tian Wang chinois.

Nom sanskrit Vaiśravaṇa वैश्रवण (Kubera कुबेर) Virūḍhaka विरूढक Dhṛtarāṣṭra धृतराष्ट्र Virūpākṣa विरूपाक्ष
Nom Pāli Vessavaṇa वेस्सवण (Kuvera कुवेर) Virūḷhaka विरूळ्हक Dhataraṭṭha धतरट्ठ Virūpakkha विरूपक्ख
Signification “Celui qui entend chaque chose” “Celui qui agrandit” ou “Patron de la croissance” "Celui qui maintient les choses" ou “Gardien des terres” "Celui qui voit tout"
Chinois traditionnel 多聞天王 增長天王 持國天王 廣目天王
Chinois simplifié 多闻天王 增长天王 持国天王 广目天王
Hànyŭ Pīnyīn Duō Wén Tiān Wáng Zēng Cháng Tiān Wáng Chí Guó Tiān Wáng Guăng Mù Tiān Wáng
Nom coréen Damun Cheonwang

다문천왕

Jeungjang Cheonwang

증장천왕

Jiguk Cheonwang

지국천왕

Gwangmok Cheonwang

광목천왕

Nom japonais (kanji) 多聞天

ou 毘沙門

増長天 持國天

ou 治國天

廣目天
Nom japonais (rōmaji) Tamon-ten or Bishamon-ten Zōchō-ten Jikoku-ten Kōmoku-ten
Nom tibétain rnam.thos.sras

(Namthöse)

'phags.skyes.po

(Phakyepo)

yul.'khor.srung

(Yülkhorsung)

spyan.mi.bzang

(Chenmizang)

Couleur Jaune Bleu Blanc Rouge
Symbole Ombrelle, mangouste Épée Pipa Serpent, petite stupa ou perle
Adeptes Yakṣas Kumbhāṇḍas Gandharvas Nâgas
Direction Nord Sud Est Ouest

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Dans l'univers de Sailor Moon, les Shi Tennō sont quatre guerriers servant la Reine Beryl (ou Reine Péril) et sont les premiers grands ennemis que Sailor Moon et ses amies doivent affronter.
  • Dans RG Veda (manga du groupe CLAMP, dix tomes parus chez Tonkam), dont l'univers est très fortement inspiré des mythes védiques et bouddhiques, les Shi Tennō tiennent le même rôle que dans le bouddhisme. Au service de Taïshaku-ten, ils sont chargés de pourchasser les six étoiles noires qui menace l'Empire de celui-ci.
  • Dans les Megami Tensei, les quatre rois sont des figures récurrentes.
    • Dans Shin Megami Tensei, ils se trouvent dans quatre temples aux quatre coins de Tokyo, et rencontrer les quatre permet de récupérer le katana de Masakado.
    • Dans Shin Megami Tensei: Lucifer's Call, les quatre rois doivent être affrontés et vaincus dans la tombe de Masakado afin de récupérer le plus puissant des Magatamas. À noter qu'ils peuvent aussi être fusionnés en tant que démon allié.
    • Dans Persona 3 et 4, les quatre rois sont des Personæ du héros.
    • Dans Shin Megami Tensei : Imagine, il est possible de combattre les quatre rois dans le donjon "Old Ichigaya Camp : Gold". Ils peuvent aussi faire office de compagnons.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Japon : Dictionnaire et civilisation, Louis Frédéric, Éditions Robert Laffont, Collection Bouquins, 1470 p, (1999) (ISBN 2-221-06764-9)
  • L'Art de l'ancien Japon, Danielle et Vadime Elisseeff, Éditions Mazenod, 620 p. (1980) (ISBN 2-85088-010-8)
  • Les Dieux du Bouddhisme, Louis Frédéric, Éditions Flammarion, Collection Tout l'art, 360 p. (2001) (ISBN 2-08-010654-6)