Sherman Alexie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sherman Alexie

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Sherman Alexie au Texas Book Festival de 2007.

Nom de naissance Sherman Joseph Alexie, Jr.
Activités Romancier, poète, scénariste
Naissance 7 octobre 1966 (47 ans)
Wellpinit, État de Washington, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Genres Fictions documentaires
Distinctions PEN/Faulkner Award

Œuvres principales

  • Indian Blues
  • Danses de guerre

Sherman Joseph Alexie, Jr., né le 10 octobre 1966 à Wellpinit dans l'État de Washington aux États-Unis, est un romancier, poète et scénariste américain. Il vit aujourd'hui à Seattle et écrit principalement sur les populations amérindiennes.

Sherman Alexie fait partie de l'ancienne d'écrivains indiens, appelée Renaissance amérindienne par le critique littéraire Kenneth Lincoln, et est sans doute un de ses membres les moins prolifiques avec une dizaine de livres parus. Le magazine Opertido l'a fait figurer dans sa liste des vingt meilleurs jeunes romanciers américains[1].

Ses romans ne sont jamais complètement autobiographiques et sont marqués par un grand réalisme, notamment sur le mode de vie actuel des Amérindiens.

Biographie[modifier | modifier le code]

Indien d'Amérique né d'un père de la nation Cœur d'Alène et d'une mère de la nation Spokane, Sherman Alexie a grandi dans une réserve près de Seattle, dans l'État de Washington à l'Ouest des États-Unis. Il écrit aussi bien des poèmes que des romans, recueils de nouvelles, pièces de théâtre et même scénarios de films. Son livre Phoenix, Arizona a d'ailleurs été adapté à l'écran par le réalisateur Chris Eyre en 1998 ; c'est le premier film réalisé, produit, écrit et interprété par des Indiens.

Il s'est fait connaître pour son roman Indian Killer en 1997, un drame contemporain sur la légende d'un tueur indien. Alexie y décrit la misère contemporaine de son peuple, le dénuement matériel et spirituel des jeunes Indiens et les ravages causés par l'alcool et la drogue.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • The Business of Fancydancing (1991)
  • I Would Steal Horses (1992)
  • Old Shirts and New Skins (1993)
  • First Indian on the Moon (1993)
  • Seven Mourning Songs For the Cedar Flute I Have Yet to Learn to Play (1993)
  • Water Flowing Home (poetry, 1995)
  • The Summer of Black Widows (1996)
  • The Man Who Loves Salmon (1998)
  • One Stick Song (2000)
  • Dangerous Astronomy (2005)
En français
  • Red Blues, traduit par Michel Lederer, Albin Michel (2008)

Fictions[modifier | modifier le code]

  • Indian Blues (en: Reservation Blues) (roman, 1995)
  • Indian Killer (roman, 1997)
  • Phoenix, Arizona (nouvelles, 1999)
  • La vie aux trousses (en: The Toughest Indian in the World) (nouvelles, 2000)
  • Dix petits Indiens (en: Ten Little Indians) (nouvelles, 2003)
  • Flight (roman, 2007)
  • Le Premier qui pleure a perdu (en: The Absolutely True Diary of a Part-Time Indian) (roman jeunesse, 2008)
  • Danses de guerre (nouvelles, 2011)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Smoke Signals (1998) de Chris Eyre : scénario
  • The Business of Fancydancing (2002) : scénario et réalisation
  • 49? de Eric Frith (2003) : scénario

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]