Sherlock Holmes contre Jack l'Éventreur (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sherlock Holmes contre Jack l'Éventreur.

Sherlock Holmes contre Jack l'Éventreur

Titre original A Study in Terror
Réalisation James Hill
Scénario Donald Ford
Derek Ford
Acteurs principaux
Sociétés de production Sir Nigel Films
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Thriller
Sortie 1965
Durée 95 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sherlock Holmes contre Jack l'Éventreur (A Study in Terror) est un film britannique réalisé par James Hill et sorti au Royaume-Uni en 1965. John Neville y incarne Sherlock Holmes, et Donald Houston le Docteur Watson.

Le film a été tourné aux studios de Shepperton à Londres, et quelques scènes à Osterley House (toujours à Londres).

Le scénario du film est inspiré d'une histoire écrite par Adrian Conan Doyle (fils d'Arthur Conan Doyle) intitulée « Fog ». Adrian Conan Doyle a par ailleurs été coproducteur du film avec la société Sir Nigel Films qui lui appartenait[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Londres, 1888. Sherlock Holmes décide d'enquêter sur plusieurs meurtres commis dans le quartier londonien de Whitechapel par un criminel qui se fait surnommer « Jack l'Éventreur ».

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : octobre 1965
Drapeau des États-Unis États-Unis : 10 août 1965

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

Allusions au Canon holmésien[modifier | modifier le code]

Relations avec l'affaire « Jack l'Éventreur »[modifier | modifier le code]

Le film utilise plusieurs éléments de la véritable affaire « Jack l'Éventreur » de 1888. Ainsi le nom des victimes généralement attribuées au meurtrier est respecté : Polly Nichols, Annie Chapman, Elizabeth Stride, Catherine Eddowes ainsi que Mary Jane Kelly. Dans les premières secondes du film, un autre meurtre est mis en scène avant celui de Polly Nichols, sans que le nom de la victime soit donné. On peut supposer qu'il s'agit de Martha Tabram, au sujet de laquelle un débat existe sur la possibilité qu'elle ait été tuée par le même meurtrier que les autres femmes.

Le film comporte cependant plusieurs déformations de la véritable affaire. Les meurtres sont ici commis à des intervalles de temps très rapprochés (un délai de 3 jours est par exemple évoqué entre le meurtre de Nichols et de Chapman, alors que ce délai a été de 8 jours). Dans la véritable affaire, plus de deux mois se sont écoulés entre le meurtre de Nichols et le dernier de Mary Jane Kelly. Par ailleurs, certains meurtres ne correspondent pas à la réalité des faits. Le couteau du meurtrier est ici retrouvé planté dans la gorge de la première victime (alors que le meurtrier n'a jamais abandonné son couteau), Polly Nichols est ici assassinée après avoir été plongée dans un bac d'eau pour étouffer ses cris (ce qui n'était pas le cas), et il est précisé lorsque Holmes se rend à la morgue que la tête de Stride est presque entièrement détachée du corps, alors que l'entaille faite au coup de cette victime a justement été peu profonde dans la véritable affaire, au point que certains « ripperologues » pensent que le meurtrier a été « dérangé » et a dû fuir avant d'avoir « terminé » ce qu'il comptait faire.

Enfin, au cours de l'intrigue, l'inspecteur Lestrade confie à Holmes la lettre « Dear Boss », dont l'auteur affirme être Jack l'Éventreur. Les ripperologues considèrent généralement de nos jours que cette lettre était un canular. Cependant, dans le film, Holmes est immédiatement persuadé qu'il s'agit d'une véritable lettre du meurtrier, et insiste pour qu'elle soit publiée dans la presse quotidienne pour qu'éventuellement, certaines personnes reconnaissent l'écriture du meurtrier. L'écriture manuscrite de la lettre lui est utile pour déterminer l'identité du meurtrier.

Novélisation[modifier | modifier le code]

En 1967, le film a été adapté en roman par Paul W. Fairman signé du nom-maison Ellery Queen[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Saint-Joanis, Ironmongers Daily News no 7048, 2 mai 2012, Société Sherlock Holmes de France
  2. a et b Titres et dates de sortie - Internet Movie Database
  3. Claude Mesplède (dir.), Dictionnaire des littératures policières, vol. 1 : A - I, Nantes, Joseph K, coll. « Temps noir »,‎ 2007, 1054 p. (ISBN 978-2-910-68644-4, lien OCLC?).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]