Shepard Fairey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shepard.

Shepard Fairey

Description de l'image  Fairey.jpg.
Nom de naissance Frank Shepard Fairey
Naissance (44 ans)
Charleston (Caroline du Sud)
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Mouvement artistique Street art

Frank Shepard Fairey (né le 15 février 1970 à Charleston en Caroline du Sud) est un artiste américain, sérigraphe, fresquiste et illustrateur.

Issu de la scène du skateboard[1], il s'est d'abord fait connaître par les autocollants André the Giant Has a Posse, qui a donné la campagne Obey Giant. Son travail est devenu mondialement célèbre lors de la campagne présidentielle américaine de 2008, avec la création du poster HOPE de Barack Obama qui deviendra une image-icône de la campagne. L'Institut d'art contemporain de Boston le considère comme un des plus connus, des meilleurs et des plus influents artistes de Street art du moment[2].

En France, Shepard Fairey est d'abord exposé à "La base", la galerie éphémère d'Invader où il présente de petits portraits de guérilleros coagulés et plusieurs fois à la Galerie Magda Danysz qui a défendu très tôt son travail en galerie. Il participe au M.U.R. en mai 2007 lors d'une pièce avec WK interact. Une de ses recompositions d'affiches a été exposée à la Fondation Cartier lors de l'exposition Né dans la rue - Graffiti, à l'automne 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Shepard Fairey (il met habituellement son premier prénom) est né et a grandi à Charleston (Caroline du Sud), son père est médecin. Il s'est plongé dans l'art en 1984, à l'âge de 14 ans, et a commencé à dessiner pour des t-shirts et des skateboards[3],[4]. Fairey a été diplômé du lycée de Wando (Wando High School) en 1988. Tout en entrant à l'école Rhode Island School of Design (RISD) en 1989, il crée la campagne de stickers André the Giant Has a Posse, qui a donné la campagne Obey Giant. La campagne est devenue, selon les mots de Fairey, une « expérience en phénoménologie. » Il a reçu le diplôme de RISD en 1992 avec une maîtrise en arts dans l'illustration[5], et réside actuellement à Los Angeles, en Californie, avec sa femme Amanda et ses filles Vivienne et Madeline[6].

En utilisant le slogan The Medium is the Message emprunté à Marshall McLuhan, Fairey est devenu l'un des artistes les plus connus des années 2000. À l'origine du groupe de conception graphique de BLK/MRKT avec d'autres graphistes et l'artiste Dave Kinsey, Fairey s'en va en 2003 et entre dans Studio Number One. En 2004, Fairey, Robbie Conal et Mear One ont réalisé, pour le collectif Post Gen, une série de posters "anti-war, anti-Bush" pour une campagne de Street art intitulée "Be the Revolution"[7].

Son travail est présent dans les collections du Smithsonian, du Los Angeles County Museum of Art, du Musée d'Art Moderne de New York et du Victoria and Albert Museum de Londres[8]. Sa première rétrospective muséale Supply & Demand (du même nom que son livre) s'est ouverte à Institute of Contemporary Art de Boston, du 6 février au 16 août 2009[9]. Il continue néanmoins ses activités de graffiti, ce qui lui a encore valu une arrestation en février 2009[10].

Fairey est aussi DJ dans de nombreux clubs sous les noms de DJ Diabetic et Emcee Insulin, car il est diabétique[11].

Il siège au comité de Reaching to Embrace the Arts, une association qui fournit des fournitures artistiques aux écoles et aux étudiants dans le besoin[12].

Influences[modifier | modifier le code]

Le travail de Fairey est influencé par Andy Warhol, Alexander Rodtchenko, Barbara Kruger, Robbie Conal et Diego Rivera. Sa campagne Obey est en partie inspirée du film de John Carpenter Invasion Los Angeles. Il en récupère plusieurs slogans, comme Obey, ou encore This is Your God.

Carrière[modifier | modifier le code]

Une fois diplômé, Fairey a fondé Alternate Graphics, une petite entreprise d'impression à Providence (Rhode Island), spécialisée dans l'impression de T-shirts et stickers. En 1994, il rencontre la cinéaste américaine Helen Stickler, qui réalise l'année suivante un court documentaire à son sujet, André the Giant Has a Posse, qui sera présenté en 1995 au New York Underground Film Festival, en 1997 au Sundance Film Festival et poursuivra une longue carrière dans les festivals et musées.

De 1997 à 2003, Fairey, conjointement avec Dave Kinsey et Phillip DeWolff, dirige le studio BLK/MRKT Inc., spécialisé en "guérilla marketing"[13], avec des clients comme Pepsi, Hasbro, Netscape[13], pour lequel Fairey créa la version au dinosaure rouge du logo de la fondation Mozilla et la mascotte de Mozilla.

En 2003, il fonde l'agence de design graphique Studio Number One avec son épouse Amanda Fairey[14]. Ils réalisent la pochette du disque des Black Eyed Peas, Monkey Business et l'affiche du film Walk the Line[14]. Fairey est aussi responsable des pochettes de Zeitgeist de The Smashing Pumpkins[15], Whiskey on a Sunday de Flogging Molly, de la compilation de Led Zeppelin Mothership et de The Greater Of Two Evils d'Anthrax.

En 2004, c'est la campagne "Be the Revolution" pour Post Gen. Il fonde Swindle Magazine avec Roger Gastman. En 2005, Fairey a collaboré avec DJ Shadow pour un coffret de t-shirts, stickers, affiches et CD. La même année, il est en résidence au Contemporary Museum de Honolulu. En 2006, Fairey réalise huit gravures de vinyls pour une édition limitée de maxi-45 tours du groupe alternatif Mission of Burma et travaille avec le groupe Interpol.

En 2006, sort le livre Supply and Demand : The Art of Shepard Fairey. En 2008, Philosophy of Obey (Obey Giant) : The Formative Years (1989 - 2008), dirigé par Sarah Jaye Williams[16]. En juin 2007, Fairey présente une exposition intitulée "E Pluribus Venom," à la galerie Jonathan LeVine[17]. En septembre 2008, il expose sous le titre "Duality of Humanity" à la Shooting Gallery de San Francisco[18]. Le 7 février 2009, débute une rétrospective de son travail à l'Institute of Contemporary Art de Boston.

Le poster HOPE de Barack Obama[modifier | modifier le code]

L'image d'une campagne présidentielle[modifier | modifier le code]

Affiche « HOPE » à Denver (Colorado).

Shepard Fairey a créé une série d'affiches en soutien à la candidature de Barack Obama à l'élection présidentielle de 2008[19],[20], ainsi qu'un design pour la campagne Rock the Vote. Le 5 novembre 2008, la ville de Chicago a installé des bandeaux avec le portrait HOPE le long des rues ceinturant le quartier des affaires au centre-ville, avec la mention « Félicitations au Chicagoan Barack Obama, président-élu des États-Unis d'Amérique[21],[22] ». Fairey a aussi créé Change et Vote, deux images supplémentaires pour la campagne Obama. Dans de nombreuses interviews, il a indiqué que l'affiche originelle disait PROGRESS mais que l'équipe de campagne l'avait contacté pour le remplacer par un message plus en ligne avec celui de la campagne[23]. Fairey a distribué à ses frais 300 000 autocollants et 500 000 affiches pendant la campagne, se finançant par la vente d'affiches et de dérivés[24].

Barack Obama lui a envoyé une lettre de remerciements pour son soutien : « Je veux vous remercier d'avoir utilisé votre talent au service de ma campagne. Vos messages politiques ont encouragé les Américains à croire qu'ils pouvaient changer le statu quo. Vos images ont un effet profond sur les gens, qu'elles soient vues dans une galerie ou sur un panneau indicateur. C'est un privilège pour moi d'avoir été l'objet de votre travail d'artiste et une fierté d'avoir eu votre soutien. » (« I would like to thank you for using your talent in support of my campaign. The political messages involved in your work have encouraged Americans to believe they can change the status-quo. Your images have a profound effect on people, whether seen in a gallery or on a stop sign. I am privileged to be a part of your artwork and proud to have your support. ») - Barack Obama, 22/02/2008.

TIME Magazine a commandé à Fairey le portrait d'Obama utilisé en couverture du numéro consacré à la "personnalité de l'année 2008"[25]. Cette image a aussi été utilisée en couverture du numéro de février 2009 de Esquire Magazine. GQ Magazine a désigné Fairey parmi ses hommes de l'année, pour l'influence qu'il a eue sur l'élection[26].

En janvier 2009, l'US National Portrait Gallery a acheté l'image originale HOPE pour sa collection permanente[27]. Fairey a réalisé BE THE CHANGE, une affiche officielle de l'investiture du président-élu le 20 janvier 2009.

Controverses autour de la propriété intellectuelle d'une image[modifier | modifier le code]

En 2009, après diverses recherches sur l'origine de la photographie à la base du travail de l'affichiste[28], on a conclu que l'affiche HOPE était basée sur une photographie prise en avril 2006 par Mannie Garcia, alors en contrat freelance avec l'Associated Press (AP), qui réclame d'être créditée ainsi qu'une compensation financière[29]. Garcia affirme cependant qu'il est le détenteur des droits de la photographie et il a déclaré être fier de l'impact de son image à travers le travail artistique de Fairey[30].

Fairey pense que son travail en l'espèce tombe dans la catégorie de l'usage raisonnable (Fair use)[31]. Les avocats des deux parties discutaient d'un règlement amiable, mais Fairey a engagé une poursuite fédérale contre l'Associated Press pour obtenir un jugement déclaratoire indiquant que son usage de la photo relevait du fair use et pas du copyright [32],[33].

Imitations[modifier | modifier le code]

L'affiche a elle-même fait l'objet de nombreuses imitations et détournements[34], notamment avec une campagne d'affichage parisienne reprenant le visage de Nicolas Sarkozy "à la manière de" et le slogan de campagne d'Obama "Yes, we can!", campagne réalisée par Greenpeace[35], au risque de voir son impact graphique dévoyé[36], et même d'applications en ligne de générations d'images [37]. Reprise aussi avec la photo de Laink ( "youtuber " de jeux vidéos et humoristique francophone ) : " Nope " .

Actualités[modifier | modifier le code]

Shepard Fairey a été arrêté à Boston, vendredi au soir pour des graffitis, dont il serait l'auteur, alors qu'il se rendait à l'Institut d'art contemporain de Boston qui présente son exposition, « Supply and Demand ». Il a ensuite été remis en liberté sous caution. Selon la police, il aurait graffité deux immeubles avec un motif qu'il utilisait lors d'une précédente campagne artistique. L'un des sites est sur la voie ferrée proche de l'université de Boston. Selon le musée qui l'accueille, Shepard Fairey était depuis deux semaines à Boston, où il a peint pour la ville une bannière de six mètres sur quinze[38]. En juin 2012 Shepard Fairey réalise une fresque géante de 40 m de haut, située au coin de la rue Jeanne d'Arc et du boulevard Vincent Auriol dans le 13ème arrondissement de Paris[39].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Zittoun, Tania, Transitions: Symbolic Resources in Development, IAP, 2006, p168. ISBN 1-59311-226-2
  2. Upcoming Exhibitions, SHEPARD FAIREY, The Institute of Contemporary Art, Boston
  3. Hope: Street artist Shepard Fairey's star rises, ColoradoDaily.com, Boulder, CO, 15/01/2009.
  4. Obama's On-the-Wall Endorsement, washingtonpost.com, 18/05/2008.
  5. Icon Maker Shepard Fairey, Rhode Island School of Design, consulté le 08/02/2009.
  6. Shepard the Giant, The Boston Globe, consulté le 08/02/2009
  7. Eudes, Yves : "En Californie, les "afficheurs-guérilleros" font des slogans et caricaturent les armes antiguerre", Le Monde, 10/06/2004.
  8. "Local woman’s grandson behind the Obama “Hope” poster ", Independent, South Carolina.
  9. "Shepard Fairey: Supply & Demand", Boston Happenings Examiner, 14/01/2009.
  10. "Le créateur de l'affiche-symbole de la campagne d'Obama arrêté", RFI, 08/02/2009.
  11. Signore, John Del "Shepard Fairey, Street Artist", Gothamist, 21/06/2007.
  12. "About us", Reaching to Embrace the Arts, consulté le 21/01/2009.
  13. a et b Steven Heller, Véronique Vienne, Citizen Designer: Perspectives on Design Responsibility, Allworth Communications Inc., 2003, p225. ISBN 1-58115-265-5
  14. a et b studionumber-one.com
  15. The Smashing Pumpkins Team With Shepard Fairey For ’Zeitgeist’ Cover
  16. "The philosophy of Obey", obeygiant.com.
  17. Genocchio, Benjamin, "E PLURIBUS VENOM", New York Times, 29/06/2007.
  18. Ryzik, Melena, "The Street Artist Shepard Fairey Moves Closer to the Mainstream but Is Still Rebellious" New York Times, 01/10/2008.
  19. Beer, Jeff, "Shepard Fairey : Obey Obama. The designer's endorsement as a striking poster series" Creativity Online, 30/01/2008.
  20. "Obama's On-the-Wall Endorsement", washingtonpost.com, 18/05/2008.
  21. "City Hall reacts to Obama win", ABC WLS-TV, 05/11/2008
  22. Chicago Tribune
  23. "'Obey' Street Artist Churns Out 'Hope' for Obama", wired.com, 21/09/2008.
  24. 3 A+Purveyor+of+Hope/ "Shepard Fairey: Purveyor of Hope", SuicideGirls.com, 12/12/2008.
  25. "TIME Magazine Person of the Year 2008" time.com, 14/12/2008.
  26. "SHEPARD FAIREY NAMED GQ MAN OF THE YEAR", supertouchart.com, 26/11/08.
  27. "Gallery gets iconic Obama image", BBC, 08/01/2009.
  28. Gunthert, André, "L'affiche d'Obama: triomphe du copyleft", Actualités de la recherche en histoire visuelle, 20/01/2009.
  29. "Artist, AP Disagree Over Photo Credit, Payment", Morning Edition, National Public Radio, 05/02/2009.
  30. "Artist Sues The A.P. Over Obama Image", The New York Times, 10/02/2009.
  31. "A.P. Says It Owns Image Used in Obama Poster", Dave Itzkoff, New York Times, 05/02/2009.
  32. "Shepard Fairey Sues Associated Press Over Obama Poster", The New York Times,09/02/2009.
  33. Debraine, Luc, "Trouvé sur le Net", L'image de la semaine, Le Temps (CH), 13/02/2009, consulté le 15/02.
  34. Voir par exemple Shepard Fairey posters for Barack Obama sur la Rene Wanners's Poster Page, consultée le 15/02/2009.
  35. "SarkObama tombe le masque", Le Post, 03/12/2008
  36. Gunthert, André,"Sarkobama, une image qui ne veut rien dire?", Actualités de la recherche en histoire visuelle, 01/12/2008
  37. Comme l'Obamicon
  38. Le Figaro.fr, L'auteur du "Hope" d'Obama arrêté
  39. Site de France Télévision, Street Art : Shepard Fairey fait le mur à Paris 13e

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E Pluribus Venom de Shepard Fairey (2008) Ginkgo Press.
  • Philosophy of Obey (Obey Giant): The Formative Years (1989 - 2008), sous la direction de Sarah Jaye Williams (2008), Nerve Books UK.
  • Obey: Supply & Demand, The Art of Shepard Fairey de Shepard Fairey (2006), Ginkgo Press.

Articles connexes[modifier | modifier le code]