Shenphen Rinpoché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shenpen Rinpoche Vienna 2004.jpg

Shenphen Rinpoche (né le 10 janvier 1969 en France) est un enseignant bouddhiste et un Lama de la tradition Gelugpa du bouddhisme tibétain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ordonné à l’âge de 16 ans (1985) par Kyabjé Thubten Zopa Rinpoché en premier, puis complètement ordonné par le 14e Dalaï lama, Shenphen Rinpoché fut ensuite reconnu comme le Tulku de Lama Gendun Rabgye, du monastère de Kharnang situé dans le Kam au Tibet oriental, faisant ainsi de Rinpoché un des rares Lamas réincarnés en occident[1]. Il a notamment été reconnu par un oracle de Dharamsala ainsi que par les responsables du monastère de Kharnang[2]. Lors de sa prise de refuge, à 16 ans, il est entré en tant que moine au monastère Nalanda.

Le premier enseignant de Lama Shenphen Rinpoché fut le maître Gelugpa Khensur Geshe Tegchok. Ses autres enseignants importants sont Thubten Zopa Rinpoché, le 14e Dalaï-Lama, Gomo Tulku, mais aussi Lama Gendun Rinpoché et Dilgo Khyentse Rinpoché.

Activités[modifier | modifier le code]

Shenpen Rinpoche 2007.jpg

Après plusieurs années passées au monastère, Lama Shenphen Rinpoché a débuté des études médicales à Paris (Faculté Libre des Sciences de la Santé) puis s’est engagé dans des activités humanitaires pendant plus de cinq ans, principalement en Inde, mais aussi au Népal, et en Russie (pour les enfants des rues)[3].

L’association AMCHI (en) a été créée en 1989 pour soutenir l’organisation des missions[3].

Entre 1998 et 2001, suivant la requête de Lama Zopa Rinpoché, directeur spirituel de la Fondation pour la Préservation de la Tradition du Mahayana (FPMT), Shenphen Rinpoché a été directeur d’un centre de retraite en Grèce. Puis il s’est rendu en Espagne pour ouvrir un petit centre, jusqu’en 2002.

En 2000, Rinpoché a créé la Congrégation Bouddhiste Dharmaling. Depuis 2002, Rinpoché vit en Slovénie de manière permanente (il est également citoyen Slovène), où il a ouvert le premier, et jusqu’à ce jour le seul, Temple bouddhiste de Slovénie[4].

En octobre 2008, Shenphen Rinpoché a été invité à une émission télévisée sur l’écologie et la religion au cours de laquelle il a donné son avis sur les méthodes et les raisons d’accroître la sensibilisation à l’écologie[5]

En février 2009, Shenphen Rinpoché rencontra le premier ministre de la Slovenie, Borut Pahor avec qui il aborda les lois sur les religions en Slovenie, la promotion de l'éthique séculaire dans l'éduction, et la situation du centre Dharmaling[6].

Rinpoché se rend fréquemment en Hongrie, en Autriche, en France, en Roumanie et en Russie.

Lama Shenphen Rinpoché pratique depuis plus de vingt ans une méthode qui combine les mantras et la méditation, orientée vers l’aide des problèmes physique et psychologique.

Tradition[modifier | modifier le code]

Ayant reçu une formation traditionnelle et des enseignements de différents maîtres du bouddhisme tibétain, à Dharamsala, en Inde du nord, et à Sera-Jhe à Bylakuppe en Inde du sud, mais également au monastère de Kharnang au Kham dans le Tibet oriental, Lama Shenphen Rinpoché cherche à enseigner un bouddhisme dépourvu d’imprégnations culturelles, politiques et éducationnelles tibétaines. Rinpoché encourage un bouddhisme plus engagé dans la société, en proposant plus de services au public comme des visites dans les hôpitaux ou la participation à l'éducation dans les écoles, en appliquant le Dharma dans la vie quotidienne.

Rinpoché s’est ainsi engagé depuis des années à adapter – sans la détériorer – la lignée du bouddhisme tibétain en Occident. Rinpoché a, par exemple, créé un vêtement bouddhiste plus “occidentalisé”.

Agressions[modifier | modifier le code]

Shenphen Rinpoché a été victime de deux agressions, qu'il a qualifiées de tentatives d'assassinat, en Slovénie, la première en juin 2011 et la seconde le 12 avril 2012 durant lesquelles il a subi de multiples blessures au couteau de ses deux agresseurs, dont certaines ont percé ses poumons, et a été hospitalisé en conséquence. Dans les deux cas, Shenphen Rinpoché déclare que les attaques ont été planifiées, selon lui, et qu'il ne sait pas si elles ont été perpétrées pour des motifs religieux[7],[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]