Shelah (fils de Juda)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shelah.

Shelah ou Chela (hébreu שֵׁלָה shŠela, ou selon la vocalisation tibérienne, ṣŠēlāh) était, selon la Bible hébraïque, le plus jeune des trois fils de Juda et de sa première épouse, Bat Shoua.

Récit biblique[modifier | modifier le code]

Après la vente de Joseph, Juda s'est retiré à Kezibh, et a pris pour femme la fille de Choua l'Adullamite. Celle-ci lui donne trois fils, Er, Onan et Shelah. Lorsqu'Er meurt sans avoir donné d'enfants à sa femme Tamar, suivi d'Onan qui ne donne pas de descendance à son frère[1], Juda, voulant préserver Shelah, renvoie Tamar chez son père, et ne lui donne pas Shelah en mariage lorsque celui-ci atteint l'âge de se marier[2]; Shelah aura cependant une descendance, car dans le Livre des Chroniques, son nom est mentionné comme celui d'un clan, comprenant un sous-clan nommé Er.

Vision académique[modifier | modifier le code]

Selon la critique biblique, la description de Shelah est un mythe étiologique éponyme expliquant les fluctuations dans la constitution de la tribu de Juda, Shelah représentant le dernier clan à s'intégrer à la tribu[3],[4]; la description de Er comme descendant de Shelah dans le Livre des Chroniques, suggère que Er était en réalité le nom d'un clan d'importance autrefois égale à celle des Shelah mais ayant progressivement été subsumé par celui-ci[3],[4].

Le récit de Tamar, duquel la description de Shelah fait partie, vise secondairement soit à asseoir l'institution du mariage lévirat, soit à présenter un mythe étiologique; le rôle de Shelah serait alors l'exemple d'un frère refusant le lévirat[3]. Emerton considère les preuves à ceci comme non concluantes, bien que la littérature rabbinique classique soutienne une telle position[5].

Possible références dans le Coran[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Salih.

Le Coran fait référence à un prophète nommé Salih (arabe:صالح, « le bon »), envoyé parmi la société des Thamud, un peuple vivant dans des maisons coupées à même la montagne. Les détails sur ce personnage sont peu nombreux: il serait né à la 9ème génération suivant Nouh, tandis que Shelah naît environ quatre générations plus tard. Cependant, la vague similitude des périodes et des noms ont conduit certains à penser que Salih est Shelah, bien que la narration coranique n'offre que peu de similitudes avec le récit biblique. De nombreux docteurs de l'Islam identifient les Thamud aux Edomites à Petra, du fait de la description de leur habitat ; le nom de Salih pourrait également en dériver - le nom historique de Petra étant Se'lah, signifiant roche en hébreu. Selon Philippe Hatti[6], un peuple de nomades voyageant sur des chameaux, nommés Thamudaïs aurait été détruit par Sargon II (-722 à -704). Il n'existe aucune autre trace archéologique fiable au sujet des Thamud ainsi que des Ad, fréquemment évoqués conjointement dans le Coran.

Notes et citations[modifier | modifier le code]

  1. Genèse 38:7-10
  2. Genèse 38:11-14
  3. a, b et c J. A. Emerton, Judah And Tamar
  4. a et b Cheyne and Black, Encyclopedia Biblica
  5. Bereshit Rabba 85:6
  6. Histoire de l'islam, ref à compléter