Shasou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shasou
M8 G1 M23 G43
šȝsw

Le terme shasou apparaît dans les documents égyptiens après la chute des Hyksôs. Il décrit des bédouins localisés d'abord en Transjordanie, qui sont ensuite cités dans la Palestine du sud, puis dans une région plus au nord, autour de Megiddo et Bet-Shean.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Selon R. Givéon, le mot šȝsw pourrait dériver de l'égyptien « errer », ou de šȝs, « aller, passer au travers », ou du sémitique « voler, piller ». Ward exprime une préférence pour l'origine égyptienne.

Il pourrait s'agir d'un terme désignant ceux qui se déplacent dans le désert, de la même manière que le terme arabe bédouins.

Le terme canaanéen šasah, « piller » témoigne de la mauvaise réputation (maraudeurs, voleurs) associée au terme[1]. De même, le papyrus Anastasi I témoigne de l'antipathie qu'ils inspiraient aux Égyptiens, reflétée également dans l'histoire de Joseph[2],[3].

Les documents égyptiens[modifier | modifier le code]

Le terme apparaît dans des textes égyptiens sous les règnes de Thoutmôsis III, Amenhotep II, Thoutmôsis IV, Amenhotep III, Akhénaton, Séthi Ier, Ramsès II, Mérenptah, et Ramsès III, entre le XVe siècle et le XIIe siècle avant notre ère.

La première occurrence se trouve dans l'inscription biographique trouvée à El-Kab de l'amiral Ahmôsé[4], qui raconte avoir fait des prisonniers Shasou en servant le pharaon Âakhéperenrê Thoutmôsis II, vers -1490. Les Shasous se trouvaient sur son chemin alors qu'il menait une expédition punitive vers le nord. Pour R. Givéon le seul évènement pouvant expliquer l'apparition des Shasous à cette date est l'expulsion des Hyksôs (autour de -1550).

En l'an 39 de Thoutmôsis III, pendant sa 14e campagne, le pharaon combat les Shasous avant d'atteindre le Rétjénou. Ceux-ci se trouvent donc dans le sud de la Palestine. D'après la grande liste du pharaon, ils se trouveraient plus précisément dans le Negev (no 14 de la liste).

Les autres documents de la XVIIIe dynastie attestent de l'importance grandissante des Shasous en Palestine, par le nombre importants de prisonniers (à l'époque d'Amenhotep II, une liste de prisonniers donne un nombre avoisinant la moitié de ceux de Kharou), puis par leur nomination aux côtés des plus grands ennemis de l'Égypte, comme Babylone ou Tehenou (Libye).

Pendant le règne d'Amenhotep III, est évoquée une source des Shasous (En-Shasous) à proximité de la ville biblique de Dothan. L'endroit est connu comme un lieu où les bédouins amènent leurs troupeaux. L'histoire de Joseph fait également mention de nomades qui viennent abreuver leurs bêtes à une source près de Dothan.

Lors de la campagne de Séthi Ier, largement attestée comme un évènement historique par la présence de stèles de victoires retrouvées à Megiddo et Beth Shean, ils vivent dans une région fertile en eau et montagneuse entre Sileh à l'est du Sinaï et Pa-Canaan (peut-être la ville de Gaza[5] ?). Le texte d'introduction du relief montrant les shasous note :

« Les ennemis shasous complotent une rébellion ! Leurs chefs tribaux sont rassemblés, se tenant sur les collines de Khor, et ils sont engagés dans le trouble et le tumulte. Ils ne respectent pas leurs voisins, ils ne considèrent pas les lois du Palais ! »

Dans cette campagne le pharaon affronte également les Apirous autour de Megiddo.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les Shasous sont associés à des terre à l'est de l'Égypte : Sinaï, Canaan, Tranjordanie, Liban et Syrie. Quelques documents attestent leur présence au nord de la Palestine, autour de Megiddo, voire en Syrie. Quelques références mentionnent la Nubie, au Sud de l'Égypte[réf. souhaitée].

Une liste de Ramsès III trouvée à 'Amarah[6] reproduit une stèle plus ancienne datée du règne d'Amenhotep III. Elle donne des toponymes associés aux Shasous.

Édom et « Séïr en terre de Shasou »[modifier | modifier le code]

Pendant le règne de Séthi II, le papyrus Anastasi VI mentionne les Shasous d'Édom, que le pharaon Merneptah autorise à séjourner en Égypte avec ses troupeaux[7],[8],[9] :

« Nous avons fini de laisser les Shasous d'Edom passer la forteresse de Merneptah qui se trouve en Succoth (Tjeku), jusqu'aux piscines de Per-Atum de Merneptah en Succoth, pour les garder vivants eux et leur bétail, par la volonté du Pharaon, le long des noms des autres jours, dans lesquels le fort de Merenptah en Succoth fût passé (par de tels gens)… »

La Bible présente un parallèle tardif à cette histoire dans lequel Hada, roi d'Edom, reçoit un bon accueil en Égypte[5].

Séïr est citée dans plusieurs documents égyptiens, en rapport direct avec les Shasous. Outre la liste d'Amarah dont l'entrée est « Séïr en terre de Shasou », un obélisque de Ramsès II parle de la « montagne de Séïr », le papyrus Harris I de l'époque de Ramsès III dit :

« J'ai détruit les gens de Séïr parmi les tribus de Shasous et j'ai pillé leurs tentes avec leurs gens, leurs biens ainsi que leurs troupeaux sans nombre… »

Séïr est un lieu important de l'histoire de la religion d'Israël[5]. Dans la Bible, le mont Séïr est étroitement associé à Édom[10]. Dans le livre des Nombres Moïse appelle Edom "les frères d'Israël", faisant référence à une origine commune des deux peuples[11]. Dans la Bible, le terme est compris à la fois comme un peuple et un nom de région[3].

Les Shasous de YHWH[modifier | modifier le code]

Plusieurs documents datant des XVIIe et XIXe dynasties font mention de Yhw des Shasous, dont la liste d'Amarah. L'expression se rapporte à un territoire où un culte pour YHWH existe au XIVe siècle avant notre ère. Pour Givéon sa présence dans une liste de toponyme pourrait indiquer une ville avec un sanctuaire dans la région de Séïr, peut-être à l'origine beth-yhw, la maison de Yhw. Ce terme semble déjà apparaître pendant la XIe dynastie.

Donald Redford estime que nous avons affaire à un groupe qui adorait le dieu d'Israël, ce qui l'amène à parler d'Israël naissant à propos des Shasous[12]. De façon similaire Shmuel Ahituv parle des « adorateurs de Yahu, le dieu d'Israël[13] ».

Laban des Shasou[modifier | modifier le code]

Le toponyme Laban des Shasou apparaît dans la liste d'Amarah. Pendant la période byzantine, Libona fait partie d'une liste de garnison de la Notitia Dignitatum. Il s'agit de l'actuel Khirbet el-Libben, au sud d'Amman, qui pourrait être la même ville[5].

Laban est cité dans le territoire d'Edom dans le livre du Deutéronome, 1.1.

Considérations parallèles[modifier | modifier le code]

Shasous, Shoutous, Soutous[modifier | modifier le code]

Les Shoutous sont mentionnés en Transjordanie dans les textes d'exécration ; Albright les assimile aux « enfants de Seth » du livre des Nombres[14], bene shout est l'ancien nom de Moab[15]. D'après R. Givéon le lien est possible du fait que ces deux entités occupent le même espace, la Transjordanie méridionale, même si elles sont très éloignées dans le temps.

En revanche il juge difficile le lien avec les Soutous des documents d'El-Amarna et de Mari, car les archives de Mari indiquent des lieux trop différents de ceux usuellement attribués aux Shasous.

Shasous et Apirous[modifier | modifier le code]

Ces deux groupes sont mentionnés dans la même liste de prisonniers du pharaon Amenhotep II. Les égyptiens font donc à ce moment la différence entre ce que représentent ces deux termes, qui sont mentionnés tous deux sans le déterminatif de pays qui indique une région ou une ethnie.

Les Apirous apparaissent également dans la campagne de Séthi Ier, qui les affronte à Megiddo.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Il existe peu de traces archéologiques connues de Shasous ; il est difficile de trouver des évidences des nomades. Cependant Thomas E. Levy leur attribue un cimetière dans le district de Faynan en Jordanie. Il s'agit de restes du début du Fer II, vers la fin du Xe siècle avant notre ère.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Adolf Erman, Hermann Grapow (Hrsg.) Wörterbuch der Aegyptischen Sprache, Akademie-Verlag, Berlin 1926–1961
  2. (Gen. 46.33) Et quand Pharaon vous fera appeler, et dira : Quel est votre métier ? Vous direz : Tes serviteurs se sont toujours occupés de bétail, depuis notre jeunesse et jusqu'à maintenant, et nous et nos pères ; afin que vous demeuriez dans le pays de Gossen ; car les Égyptiens ont en abomination tous les bergers.
  3. a et b James K. Hoffmeier, Ancient Israel in Sinai: The Evidence for the Authenticity of the Wilderness Tradition, Oxford University Press,‎ 2005 (ISBN 0-19-515546-7).
  4. James Bennett Pritchard, Ancient Near Eastern Texts Relating to the Old Testament, Princeton University Press,‎ 1969 (ISBN 0-691-03503-2).
  5. a, b, c et d R. Givéon, Les bédouins Shasous
  6. H.W. Fairman, « Preliminary Report On the Excavations at 'Amrah West, Anglo-Egyptian Sudan, 1938-9. », JEA, no 25,‎ 1939
  7. Papyrus Anastasi VI, 51–61, British Museum, TGI, S. 40.
  8. Archaeology and the Shasu Nomads: Recent Excavations in the Jabal Hamrat Fidan, Jordan, Thomas E. Levy, Russell B. Adams, Adolfo Muniz
  9. J. K. Hoffmeier: Ancient Israel in Sinai, Oxford University Press, 2005
  10. (Gen. 32.3) Et Jacob envoya des messagers devant lui vers Ésaü, son frère, au pays de Séir, aux champs d'Édom.
    (Gen 36.8) Et Ésaü habita sur la montagne de Séir. Ésaü est Édom.
  11. (Nom 20.14-17) Puis Moïse envoya, de Kadès, des messagers au roi d'Édom, pour lui dire : Ainsi a dit ton frère Israël. Tu sais tous les maux qui nous sont survenus ; comment nos pères descendirent en Égypte ; et nous avons demeuré longtemps en Égypte, et les Égyptiens nous ont maltraités, nous et nos pères ; et nous avons crié à l'Éternel, et il a entendu notre voix. Il a envoyé un ange, et nous a fait sortir d'Égypte. Et voici, nous sommes à Kadès, ville qui est à l'extrémité de ta frontière ; permets que nous passions par ton pays ; nous ne passerons ni par les champs, ni par les vignes, et nous ne boirons pas l'eau des puits ; nous marcherons par le chemin royal, nous ne nous détournerons ni à droite ni à gauche, jusqu'à ce que nous ayons passé ta frontière.
  12. Donald B. Redford, Egypt, Canaan and Israel In Ancient Times, Princeton, Princeton University Press,‎ 1992 (ISBN 0-691-00086-7)
  13. S.Y. Ahituv, Canaanite Toponyms in Ancient Egyptian Documents, Magnes Press,‎ 1989 (ISBN 965-223-564-4)
  14. (Nombres 24.17) Un astre s'élance de Jacob, et une comète surgit du sein d'Israël, qui écrasera les sommités de Moab et renversera tous les enfants de l'orgueil (בני-שת, bni-Seth)
  15. Albright, Journal of Biblical Literature LXX, 1944

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • R. Givéon, Les bédouins Shosou des documents égyptiens, Leyde,‎ 1971.
  • Donald B. Reford, Egypt, Canaan and Israel in ancient times', Princeton University Press, 1993
  • J. K. Hoffmeier: Ancient Israel in Sinai, Oxford University Press, 2005
  • Michael C. Astour, Yahweh in Egyptian Topographic Lists, in Festschrift Elmar Edel in Agypten und Altes Testament, edited by Manfred Gorg, Bamberg, 1979

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]